Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

R.D.Congo : la classe politique est-elle réellement pour l’amélioration des conditions de vie du peuple congolais ?

R.D.Congo : la classe politique est-elle réellement pour l’amélioration des conditions de vie du peuple congolais ?

This post has already been read 233 times!

Non semble être au rendez-vous de cette interrogative réflexion que la classe politique fait subir volontairement ou involontairement à notre pays, après l’organisation souveraine des élections du 30 décembre 2018. Elections qui ont conduit cet Etat de droit qu’est la République Démocratique du Congo à une passation de pouvoir présidentiel pacifique et civilisé du 24 janvier 2019, entre le 4ème Président élu Joseph KABILA KABANGE, et le 5ème Président élu de notre 3ème République Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO.

Il est regrettable pour le peuple congolais de constater qu’en dépit de ces élections souverainement organisées, et placées sous le signe de la sagesse, de l’intelligence et de la maturité politique de nos acteurs politiques, l’opposition politique d’où est issu le Président de la République actuel ne soit pas en mesure de regarder dans une même direction, pour que la stabilité politique et la sécurité sociale de la R.D.Congo ne s’installent paisiblement dans notre pays. Car, divisée négativement à cause de la défense des intérêts personnels et égoïstes par beaucoup de leaders politiques, notre classe politique dicte sa loi du plus fort au patient peuple congolais qu’elle a stratégiquement pris en otage, même après le 24 janvier 2019. C’est malheureux. Mais notre classe politique doit maintenant savoir qu’après le 24 janvier, le peuple n’est plus aveugle, mais borgne. Il suit avec maturité et sagesse, la prise des positions de l’opposition politique dans sa diversité, avec en tête LAMUKA, et la coalition CACH-FCC qui semble se  diviser positivement avec cette incise du parti et regroupement AFDC-A mis à l’actif de la démocratie en interne au sein du FCC.

Le comportement négatif et divisionniste que continue à afficher l’opposition politique et la majorité au pouvoir en interne, aussi bien au sein de LAMUKA qu’au sein CACH/FCC, oblige le patient peuple congolais d’accepter de prendre encore son mal en patience. Car, ce patient peuple comprend qu’avec sa classe politique actuelle, « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ».

Aussi, demande-t-il à sa classe politique de vivre dans la division positive qui est utile à la gestion du pays, au lieu de se cramponner dans la division négative qui est source d’autres divisions internes aussi bien au sein de l’opposition politique, avec l’irréalisme de LAMUKA pour la solution à apporter à la vérité, pendant que la coalition CACH-FCC est butée à la mise en place d’un Gouvernement national conditionné par les critères de probité, de crédibilité, d’intégrité, de méritocratie, de compétence, pour chaque manager gouvernemental appelé à exercer ses fonctions au sein de l’exécutif national. Il semblerait que chaque membre du Gouvernement devra se mettre en tête que les intérêts du peuple doivent primer en défaveur des siens. Ce qui ne sera pas facile pour certains anciens réfractaires membres qui pourraient mettre volontairement les bâtons dans les roues du Gouvernement de coalition CACH-FCC en place.  Mais avec le système  d’évaluation trimestrielle du programme commun du Gouvernement dans les différents ministères, dans les entreprises et établissements publics,  les autorités politiques et politico-administratives qui se seront distingués ou compromis dans l’exercice de leurs fonctions seront positivement ou négativement sanctionnées.

Puisqu’il vaut mieux prévenir que guérir, la paix qui est au centre de notre devise nous et qui nous a permis d’arriver à une alternance politique pacifique, doit faire l’objet d’une sensibilisation accrue par les professionnels des médias qui sont autorisés de dire tout haut ce que les autres disent tout bas, dans le respect strict des articles 1 et 23 de la Constitution de notre pays, afin de les acteurs politiques extrémistes et divisionnistes reviennent à la raison. Pour se faire, nos consœurs et confrères qui nous lisent devront s’investir davantage dans les stratégies de communication appropriées au changement des mentalités des Congolais que nous sommes, avec un accent particulier sur la conversion des mentalités de nos acteurs politiques avant celles du peuple congolais.

Aussi, le moment serait propice pour la RTNC de reprendre même sans nous, toute la série d’émissions de « Nouvelle Citoyenneté et Nous », destinée au changement des mentalités des nouveaux citoyens et des citoyens nouveaux, ainsi que la série du programme journalier de « Notre Congo » qui était axé sur le contenu de la devise de notre pays, lundi, sur l’analyse sémiologique de notre hymne national le « Debout Congolais » le mardi, sur « Congo Emblème » le mercredi, jeudi à la matière consacrée à l’avenir du pays dans« Congo Avenir », vendredi celle de la culture dans sa diversité dans « Congo Culture », samedi à l’histoire ancienne et récente du Congo, dans « Congo Histoire », et dimanche à la synthèse hebdomadaire de la matière traitée pendant la « Notre Congo ». Programmes qui ont été suspendus avant l’arrivée de l’équipe dirigeante actuelle, suite à un malentendu. Pour mener une campagne contre les antivaleurs comme la corruption, l’injustice, le népotisme et autres, il serait souhaitable que les chaînes de Radio et de Télévision qui aimeraient contribuer à la lutte contre les antivaleurs dans ses différentes formes produisent ou coproduisent ces programmes d’éducation et de sensibilisation de la population aux bonnes manières, comme le souligne si bien le docteur Gratien BOLIE MUBIALA dans son ouvrage « Les Bonnes Manières ».

C’est dans ce contexte que le changement des mentalités pour le 4ème Président et le déboulement de ceux qui ne veulent pas changer, pour le 5ème Président de la R.D.Congo, vont devenir une réalité dans cet Etat de droit, indépendant, souverain, uni et indivisible, social et démocratique pour notre pays, et non plus un rêve comme le veut certaines autorités politiques et politico-administratives.

Améliorer les conditions de vie du peuple congolais par la classe politique de la République Démocratique du Congo passe normalement par le changement des mentalités de cette classe politique qui devra se soucier réellement des conditions de vie de son peuple à travers un comportement digne qu’elle afficherait pendant ce quinquennat du 5ème Président de la 3ème République du Congo Démocratique. La réussite de l’amélioration des conditions de vie du peuple congolais il faudra nécessairement passer par l’organisation d’une prière œcuménique d’action de grâce pour la réconciliation et le pardon mutuel, sans laquelle les mentalités négatives de la classe politique continueront toujours à se développer ; et le malheur du peuple congolais ferait le bonheur de son heureuse classe politique. Mais cette dernière devra savoir qu’hormis les heureux chefs dont l’autorité viendrait de Dieu, le régime actuel voudrait  que les coupables soient placés dans les milieux de méditation et de réflexion, où ils auront à intérioriser le contenu de la devise de la République Démocratique du Congo qui est « Justice-Paix-Travail », et de son hymne national le « Debout Congolais ». Et à la sortie des prisons de MAKALA ou d’ailleurs, ils deviendront utiles pour notre pays et feront de leur mieux pour travailler pour l’amélioration effectivement des conditions de vie du peuple congolais de ce Congo démocratique.

Aimé Isidore KAKUSA GULUNDUGA-MULONDO

Homme de Culture & Formateur Audiovisuel qualifié