Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Un proche de Félix Tshisekedi partagé entre enterrer sa sœur et pleurer son épouse

Un proche de Félix  Tshisekedi partagé entre enterrer sa sœur et pleurer son épouse

This post has already been read 958 times!

Les membres du restreint Bureau politique de la Convention des républicains, dirigée par Kitenge Yesu. Ici, à l’exposition du corps de sa sœur cadette, peu avant la triste nouvelle du décès  de son épouse.

 

Au numéro 57 de l’avenue Okito, au quartier Binza Pigeon, domicile de Kitenge Yesu, le soleil s’est, soudain, arrêté. Tous les Kitenge s’effondrent. Lui-même, désormais veuf, n’en revient pas.

Haut représentant du Président de la République, Kitenge Yesu, perd son épouse dimanche 28 juillet à Bruxelles au moment où à Kinshasa, les siens portaient en terre sa sœur cadette. Sophie Bateme Bibi, épouse de Kitenge Yesu s’éteignait alors qu’ici, le corps sans vie de sa jeune sœur, Léonie Kasongo quittait le funérarium Saint Christophe, route Baypass pour le cimetière «Chemin de Paradis». Lui-même sur place dans la capitale belge, au chevet de sa tendre épouse, partagé entre les urgences de l’Etat et ses tâches domestiques, Kitenge n’a certainement pas su arrêter le destin.

« Il a un très profond chagrin de vous faire part du rappel à Dieu de son épouse…pieusement décédée », écrit Maître Lumbala, directeur de cabinet du Haut représentant au nom et pour le compte du désormais veuf.

Joint au téléphone, Désiré-Israël Kazadi, proche de Kitenge Yesu depuis plus de deux décennies, angoissé, dit connaître, sous toutes ses coutures, la défunte. «Elle me connaissait personnellement puisque j’ai longtemps travaillé avec son mari, d’abord au sein du parti puis dans les fonctions publiques qu’il a plusieurs fois assumées et je me rappelle qu’elle a pu faire bien de choses pour moi. Alors qu’elle revenait fraichement de l’exil aux côtés de son mari, elle a pu me récompenser pour ma loyauté et ma fidélité à son cher époux. Le prix de ma loyauté m’était versé tous les mois.

Elle était d’un immense cœur. Face à la misère du prochain, elle ne résistait pas. Des hauteurs de Binza, à son ordre, les services domestiques me localisaient pour ma petite récompense mensuelle. Non, elle n’aurait pas dû mourir». Pour Kazadi, « Maman Sophie n’est pas morte puisque ses œuvres parlent et parleront encore d’elle à jamais ».

LPM 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com