Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Impayés depuis huit mois : les agents de la Sonahydroc en grève !

Impayés depuis huit mois : les agents de la Sonahydroc en grève !

This post has already been read 381 times!

Les travailleurs de la Société nationale des hydrocarbures du Congo (SONAHYDROC)  ont manifesté vendredi  9 août dernier devant le Palais de  la nation, dans la commune de la  Gombe, pour réclamer  8 mois d’arriérés de salaire. Ils ont, de ce fait, sollicité l’implication du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, afin d’avoir gain de cause.

Au-delà de huit mois de salaire, ces employés ont signalé qu’ils ne bénéficient même plus des avantages sociaux et conventionnels. Pour la plupart, cette situation déplorable a paralysé leurs foyers, à tel point qu’ils ont été, pour certains, délogés de leurs domiciles.  Se sentant délaissés à leur triste sort, sous le silence complice de l’Etat qui, normalement, se doit de les protéger, ces derniers ont décidé d’aller demander une audience auprès du Président de la République, pour lui faire part de leurs doléances. D’après eux, la solution est que l’Etat congolais débloque un montant de subvention de la ligne de crédit conformément à l’accord signé.

«Pour la survie de la société, l’Etat avait trouvé des solutions et avait inscrit dans des documents en ordonnant qu’on paie à l’entreprise une subvention d’une ligne de crédit de 20.000.000 de dollars qui permettra à la société d’approvisionner le pays pour 120 jours des produits pétroliers. Avec cette somme d’argent, notre société reprendra les activités et les agents seront régulièrement payés. Mais, jusque-là, nous n’avons pas encore été accrédités», a déclaré Médard Simbi Ngemba, le président de la délégation syndicale de la Sonahydroc. Et de renchérir : « la tension au sein de l’entreprise est trop intense, du fait qu’au-delà de 8 mois du non-paiement, il y a aussi les avantages sociaux et conventionnels pour la période de 2017, 2018 et 2019, ainsi que le remboursement des frais des soins de santé, qui n’ont toujours pas été effectifs». Pourtant, s’inquiète Médard Simbi, la rentrée scolaire approche et les agents en difficulté ne savent pas par où commencer.

Ces agents ont promis de radicaliser la grève si les autorités n’agissent pas rapidement pour remédier à leur situation.

Irène Ndalubila