Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Nouveau combat du siècle en perspective : Deo Kasongo au four et au moulin pour la réussite du projet

Nouveau combat du siècle en perspective : Deo Kasongo au four et au moulin pour la réussite du projet

This post has already been read 247 times!

Près de 45 ans sont passées avant que l’on ne reparle à nouveau du combat du siècle en République Démocratique du Congo. En effet, le premier combat du siècle fut organisé un certain 30 octobre 1974 au stade Tata Raphaël de la Kethulle de Ryhove, avec l’appui, mieux le soutien et la bénédiction du Maréchal Mobutu. Et, lors d’une annonce faite au cours d’une conférence de presse par Monsieur Deo Kasongo, Président de Divo Sarl, une agence événementielle, et initiateur de ce projet, un nouveau combat du siècle est en perspective et confrontera deux grands champions du monde de la boxe, comparativement au précédent qui opposa Georges Foreman à Mohammed Ali. L’annonce a été faite le 8 août dernier et l’événement aura lieu le 7 décembre prochain. Il y a lieu de préciser que l’organisation de cette activité s’inscrit dans le cadre de la vision du projet ‘’Kinshasa ya Sika’’, lancé par Deo Kasongo.

The Rumble in Kinshasa : The Redemption

Le combat du siècle ayant opposé Georges Foreman à Mohammed Ali était dénommé ‘’The Rumble in the Jungle ‘’. Mais, pour cette fois-ci, précise Deo Kasongo, il sera baptisé ‘’ The Rumble in Kinshasa : The Redemption ‘’. Il explique cette démarche dans le but d’offrir des perspectives meilleures pour l’organisation d’autres combats et de se souvenir pleinement du précédent combat qui, jusqu’à ce jour, continue de marquer les esprits des Congolais et étrangers présents ce jour-là.

Aussi, Deo Kasongo appuie l’organisation de ce combat par le souci de redorer l’image de la RD. Congo à l’internationale et de prouver au monde entier les capacités des Congolais d’assurer et d’organiser des activités de grande envergure.

En ce qui concerne l’aspect musical, le Chairman de Divo Sarl a annoncé la prestation d’un artiste musicien, figurant dans le top 3 mondial, à cet événement. Mais, lui et ses partenaires n’ont pas révélé l’identité de ce dernier, réservant une agréable surprise au public.

Bien avant la tenue de ce grand combat, Deo Kasongo fixe le début des activités préparatoires en date du 30 octobre 2019, pour la célébration du 45ème anniversaire du précédent combat.

Les Congolais invités à s’y impliquer

Quant à l’état du lieu qui servira de cadre à l’organisation de nouveau combat du siècle, un des organisateurs de l’activité, en l’occurrence Monsieur Junior Kiaku, a précisé que les travaux de réhabilitation et d’installation de nouveaux sièges et d’un grand écran géant sont en cours. Ainsi, pour lui, il estime qu’aucune entrave ne préjudiciera l’organisation de ce rendez-vous grandiose dans le monde de la boxe. L’on annonce aussi, depuis le samedi 6 juillet dernier, le début des travaux de rénovation du stade Tata Raphaël, après une évaluation technique et financière réalisée par des experts et sous la bénédiction du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Faisant lui aussi parti de l’équipe des organisateurs, le journaliste Célestin Kabala Mwana Mbuyi, qui fut le commentateur en direct du premier combat du siècle, a, en ce qui le concerne, lancé un appel vif aux Congolais de s’impliquer aux travaux de réalisation du projet. «N’ayez pas peur des inquiétudes si vous avez de l’expertise. Je crois que pour un maçon, un charpentier, on ne va pas chercher un américain, un sud-africain pour l’exécution des travaux », déclare-t-il. Donc, place à la main-d’œuvre nationale.

Ne s’opposant pas toutefois à l’aide extérieur, il estime que la contribution de chaque fils et fille du pays renforcerait davantage l’unité et la cohésion nationale, aux temps où divergences et mésententes règnent au milieu des peuples.

Sept mois ont suffi à l’organisation du premier combat, 4 mois suffiront à celui du deuxième, s’est exprimé Célestin Kabala avec pleine assurance.

John Ngoyi