Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Oubliés et délaissés : les professionnels de la mode ont présenté un mémo au Ministère de la Culture et des Arts

Oubliés et délaissés : les professionnels de la mode ont présenté un mémo au Ministère de la Culture et des Arts

This post has already been read 175 times!

La fête de la mode n’est pas passée inaperçue à Kinshasa. Le mercredi 21 août 2019, les modélistes, stylistes, couturiers, tailleurs, mannequins et sapeurs sont partis de la Place Kimpwaza dans la matinée, pour atterrir à l’esplanade de l’entrée du Ministère de la Culture et des Arts. Pour une première à Kinshasa, cette corporation des artistes de la mode a brisé le silence et s’est exprimé sur divers maux qui rongent leur secteur notamment, l’abandon total des autorités de la ville, particulièrement de leur propre Ministère. Ainsi, ont-ils remis un mémo à la Ministre Astrid Ntumba Madiya.

Le «MJ 27» est un mouvement des professionnels de la mode, entre autres, les stylistes et modélistes, créé un certain 27 avril. Ces experts en mode se sont déployés dans les grandes artères de la capitale pour un objectif majeur, celui de se faire connaître du public kinois qui, jusqu’à ce jour, ignore la quintessence de la mode. C’était également l’occasion pour les hommes et femmes de la mode de saisir le ministère de tutelle, pour exprimer toutes leurs doléances liées à la paralysie de leur secteur.

Marco Ayumba, le chargé de communication de MJ 27 a laissé entendre que leur domaine est jusque-là négligé. Surtout en ce qui concerne le stylisme, il affirme que plusieurs personnes, par manque de connaissance, se passent des services de ces derniers qui sont ceux de concevoir des modèles. ‘’Pendant notre marche, des gens nous demandaient qui nous somme vraiment ! Il y a trop de confusion sur nos différents services… les couturiers sont confondus aux tailleurs, les stylistes au couturiers et vice-versa… Pourtant, chaque activité a sa nuance‘’, a soutenu Marco Ayumba.

C’est donc dans le souci de lutter pour leur confirmation dans la société que ces artistes se sont illustrés en plein jour.

Pour ces professionnels de la mode, le Ministère de la culture doit leur procurer un statut leur permettant de s’affirmer comme les musiciens et autres artistes officiellement reconnus. Devant l’esplanade du Ministère de la culture et des Arts, ces derniers ont démontré leur savoir-faire, en présence de la représentante de la première Dame, Denise Nyakeru et de la Ministre de la Culture, Astrid Ntumba Madiya.  Plusieurs collections des stylistes et créateurs ont été présentés par des mannequins talentueux et l’ambiance était au rendez-vous.

Dans son mot, la représentante de la première Dame, Mme Katy Masudi, a félicité ce groupe qui se débrouille déjà mieux avec ses propres moyens et a promis de la part de Mme TSHISEKEDI, un soutien indéfectible à tous les porte-étendards de la  mode congolaise.

Cette cérémonie solennelle s’est soldée par la coupure d’un ruban, symbole d’un début de travail serein pour valoriser la mode congolaise. ‘’Il est temps que la RDC défende sa mode au monde et démontre sa capacité de se résorber et de répondre aux attentes des usagers de la mode tant au pays qu’à l’étranger. La performance dans ce secteur n’est pas un leurre mais une réalité qui nécessite des encouragements de mon ministère. La mode fait de nos jours partie intégrante de l’industrie créative qui constitue le fer de lance de l’industrie mondiale‘’, a signifié Astrid Madiya.

Par ailleurs, elle a déclaré que le Ministère de la Culture et des Arts se réjouit de l’initiative du mouvement MJ 27. Et que c’est sous le haut patronage de la Présidence de la République qui a permis de briser le silence, que cette première célébration solennelle de cette journée a eu lieu.

Tout en félicitant les membres de ce collectif, Mme Madiya a invité les professionnels de la mode de porter plus haut l’étendard de ce beau métier qui pourrait booster l’économie du pays. Quant aux modélistes, ils appellent les congolais à valoriser la culture de la mode congolaise, en consommant les vêtements conçus par leurs frères, plutôt que ceux produits par les étrangers.

Grâce Kabedi