Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Comeback…

Comeback…

This post has already been read 109368 times!

La montée des violences xénophobes en Afrique du Sud n’a jamais suscité autant de colères et d’inquiétudes dans plusieurs pays du continent noir. En effet, des attaques contre des magasins et institutions représentant l’Afrique du Sud ont eu lieu en République démocratique du Congo, en représailles aux violences xénophobes visant les ressortissants étrangers noirs vivant dans la nation arc-en-ciel. Aujourd’hui, l’épisode est loin de finir. Car, dans la capitale Kinshasa, des sit-in sont prévus en guise de protestation contre ces genres des pratiques barbares qui se passent actuellement dans le pays de Madiba. C’est dans ce climat bien ‘’tendu’’ que le Premier ministre congolais, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, au-delà de son âge largement avancé et de son expérience aguerrie dans la gestion de la chose publique, s’apprête à faire son ‘’comeback’’ dans la salle du congrès du Palais du peuple. Il est conscient du fait que la dernière audition de son programme gouvernemental, non chiffré, ni chronométré,  n’aura pas rencontré l’agrément de tous les élus du peuple.

Cependant, le successeur de Bruno Tshibala Nzhenze qui sera accompagné à cette occasion de 66 membres de son gouvernement, est appelé, à tout prix, à rassurer la représentation nationale, en apportant des réponses claires et précises aux préoccupations soulevées mardi dernier, lors de la présentation de son discours-programme. Après cet exercice, l’heure sera arrivée à l’approbation de ce projet par l’Assemblée plénière, ensuite s’en suivra l’étape de l’investiture. Aussi longtemps que l’on se souvienne, cette finalité, aura de facto, effacé un combat de longue haleine qui a duré plusieurs mois. Plus de la moitié de l’année. De suite de son avènement à la tête de la RDC, Félix Tshisekedi Tshilombo, aura finalement trouvé son gouvernement composé des oiseaux rares, ayant pour mission cruciale celle de redresser la grande nation congolaise à partir de la base. Telle est la vocation du septuagénaire Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Réussira-t-il ?  S’interrogent les uns, c’est aux autres de répondre. Lui-même, le concerné, n’avait-il pas appelé à la résistance contre la facilité, en insistant sur la révolution des mentalités politiques ? Au finish, ce sursaut patriotique devrait conduire la République toute entière à retrouver le summum, faisant d’elle une nation florissante et émergeante. Pourquoi pas un eldorado au cœur de l’Afrique ? Au demeurant, tout reste possible. Mais faudrait commencer par quelque part.

Encore que, avec la clôture de la session extraordinaire qui va intervenir dès demain à la Chambre basse du parlement de Madame Jeanine Mabunda, Ilunga Ilunkamba, quant à lui, ne devrait plus penser à la cérémonie de remise-reprise qu’il fera éventuellement en ce début de semaine. Son regard doit se diriger à l’horizon 16 septembre, où le parlement sera convoqué en session ordinaire dont la matière prioritaire est le projet budgétaire pour l’exercice 2020. L’on espère que cette-fois-là, le projet budgétaire qu’il aura à présenter sera chiffré à la grandeur du pays, et bien chronométré,  afin d’éviter les remontrances  de ceux qui accordent plus d’attention dans les détails, tout en oubliant que le venin se cache à la queue du serpent. A bon entendeur, salut !

Merdi Bosengele