Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Gouvernement Ilunga : Cherubin Okende aux antipodes !

Gouvernement Ilunga : Cherubin Okende aux antipodes !

This post has already been read 755 times!

OBSERVATIONS SUR LE PROGRAMME DU GOUVERNEMENT

 

(Par Cherubin Okende)

Monsieur le Premier Ministre,

Sans préjudice de la considération que nous portons en votre personne, nous faisons fi de ce raccordement frauduleux qui vient de s’opérer concernant le document de base de votre programme de gouvernement en violation flagrante des dispositions du Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. En effet, il est inimaginable de concevoir que le discours programme lu en plénière est totalement différent du programme remis au bureau et distribué en bonne et due forme aux Députés.

Monsieur le Premier Ministre,

Nous avions espéré que votre expérience nous permettra d’avoir un véritable programme de gouvernement assorti de grands agrégats d’actions efficaces et pertinentes, d’un chronogramme indicatif, et dégageant des résultats précis et fiables susceptibles de rencontrer les préoccupations concrètes des Congolaises et des Congolais.

Après la lecture de votre programme de gouvernement, nous voudrions avant tout vous dire notre déception sur quatre observations d’ordre général.

Primo, nous sommes déçus qu’en dépit de votre notoriété, votre programme n’intègre pas le fait que la RDC est un pays fondamentalement rural conduit, 59 ans durant, comme si les seuls citoyens qui comptent sont ceux qui habitent les villes et en faveur desquels l’on doit continuer de dépenser la quasi-totalité des fonds publics. Rien, en effet, n’indique que dans votre programme, vous saisissez la fracture catastrophique entre les milieux urbain-rural qui exacerbe la précarité d’environ 80% de nos concitoyens vivants  en milieux ruraux.

Secundo, nous sommes déçus que malgré votre expertise, vous commettez la même faute de vos prédécesseurs en développant singulièrement une vision limitée à un mandat au lieu de proposer au pays, un plan stratégique de développement consacré même au-delà de deux décennies qui permettrait à votre Gouvernement d’engager de grands chantiers et d’aller à la recherche des voies innovantes de financement.

Tertio, nous sommes déçus que dans votre programme, en dépit de votre expérience, vous ne dégagez aucun engagement pour assurer une gouvernance ouverte basée sur la disponibilité de l’information publique à travers les nouvelles technologies de l’information et de la communication.  Enfin,

Quarto, nous sommes déçus du fait que votre programme n’offre aucune perspective rassurante de remédier aux inégalités croissantes au fil de temps exacerbées par la confiscation de la richesse par une minorité dirigeante.

Dans cette analyse, notre communication s’appesantit particulièrement sur deux secteurs à savoir le secteur économique et finances, et le secteur social et culturel.

  1. Secteur économique et finances

Monsieur le Premier Ministre,

Dans le secteur économique et finances, il est bien judicieux de parler de la diversification de l’économie et de la création des conditions d’une croissance inclusive. Cependant, la vacuité de votre programme des points de vue de l’inclusion au plan économique et aux plans social et géographique nous oblige de stigmatiser sept incongruités suivantes :

  1. Vous prétendez, dans votre programme, que vous tirerez profit de l’exploitation des ressources naturelles pour promouvoir le bien-être social tout en étant incapable d’indiquer de quelle manière votre gouvernement mettra fin à la poursuite du pillage éhonté des ressources naturelles du pays au détriment du plus grand nombre et à la destruction massive de l’environnement et de l’écosystème à l’exemple du pillage à ciel ouvert du bois et en particulier du bois rouge dans la province du Haut Katanga : 1ère incongruité !
  2. Vous prétendez rationaliser l’industrie minière afin de servir de support à l’industrialisation des autres secteurs de l’économie nationale pendant que dans votre programme, vous n’affichez aucune ambition de mettre notre immense potentiel hydroélectrique et solaire au cœur de l’industrialisation, du développement communautaire et de la géopolitique continentale. Vous n’êtes pas en mesure de réaliser que sans énergie, le Code minier restera une insulte à l’intelligence collective de nos gouvernants :

2ème incongruité !

  1. Nous ne décelons, dans votre programme, aucune détermination d’éradiquer la reprise et l’amplification de l’exportation des minerais bruts qui amenuise les recettes de l’Etat, conduit à la baisse des cours mondiaux de certains produits et condamne à terme les grandes sociétés à la fermeture. Ainsi donc, la rationalisation de l’industrie minière est une diversion comique lorsque vous affichez une grande indifférence face à la substitution de l’Etat dans ses fonctions régaliennes par les privés, notamment dans la sécurisation des concessions minières et forestières conduisant à la– spoliation des zones réservées aux creuseurs artisanaux et souvent à des violences meurtrières dont ces derniers sont les victimes : 3ème incongruité !
  2. Dans une économie congolaise essentiellement portée par l’extraction minière, le commerce à forte dominance informelle, une agriculture de subsistance et une exploitation minière artisanale, il est inconséquent, dans un programme de gouvernement, de ne pas préciser les atouts que compte exploiter concrètement votre gouvernement pour booster la croissance et créer des emplois : 4ème incongruité !
  3. Dans ce fameux programme du Gouvernement, vous ne préconisez rien du tout en vue de la valorisation des emplois existants. Aussi, considérant que l’économie congolaise est à 80% sujette au secteur informel avec des emplois non comptabilisés, sans avenir et sans protection, vous ne déployez aucun modèle d’incubation de la mutation du secteur informel au secteur formel : 5ème incongruité !
  4. Au regard d’énormes potentialités naturelles de notre pays ainsi que des défis majeurs que ces potentialités nous imposent, vous ne dites pas clairement, Monsieur le Premier Ministre, dans quels secteurs et par quels mécanismes entendez-vous soutenir la croissance et réussir la diversification de notre économie : 6ème incongruité !
  5. Monsieur le Premier Ministre, vous parlez de la croissance inclusive aux plans économique, social et géographique  mais votre fameux programme ne fixe aucune répartition géographique des ressources naturelles du pays autant qu’il n’indique aucune facilité de connexion, aucune cartographie des pôles de croissance à mettre en branle pour soutenir raisonnablement votre schéma d’inclusivité : 7ème incongruité !
  6. Secteur social et culturel

Monsieur le Premier Ministre,

Dans le secteur social et culturel et concernant particulièrement l’éducation, nous notons, avec regret, que vous en êtes encore à une perspective évasive des états généraux de l’éducation, de la formation et de la recherche comme si vous n’avez aucune vision sur le système éducatif de notre pays.

A ce stade, votre programme n’est porteur d’aucune rationalité.  En effet, Monsieur le Premier Ministre, aujourd’hui, c’est à vous et à vous seul qu’incombe la responsabilité de fixer les Congolais sur la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement, la problématique de la bourse d’études pour les étudiants, l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants, des professeurs d’université et autres.

Vous prétendez que votre gouvernement va créer et valoriser l’emploi dans tous les secteurs de la vie nationale. Et pourtant, dans votre programme, vous ne cernez pas les secteurs censés être les plus porteurs d’opportunités de croissance et de création d’emplois. Au fait, vous prétendez valoriser tous les métiers sans un plan directeur subséquent et convainquant.

Laissez-nous vous dire, Monsieur le Premier Ministre, en toute sincérité, même dans une enveloppe budgétaire de 10 à 15 milliards de dollars, toutes vos promesses sont intenables.

Monsieur le Premier Ministre,

Par ailleurs, nous sommes bien obligés de vous rappeler que le droit à un logement décent, le droit d’accès à l’eau potable et à l’énergie électrique, le droit à un environnement sain et propice à l’épanouissement intégral de la personne, le droit de la personne de troisième âge et de la personne avec handicap à des mesures spécifiques de protection sont des droits garantis par la Constitution.

A ce niveau, nous n’avons pas besoin d’affirmations évanescentes du genre « garantir l’accès à l’eau potable à la population », « améliorer le taux de desserte en eau et en électricité », « mettre en place une politique d’accompagnement et d’assistance sociale des personnes vivant avec handicap ». A ce niveau, nous avons besoin des politiques publiques effectives traduites en programme d’actions concrètes pour assurer la jouissance réelle de ces droits sociaux consacrés par notre loi fondamentale.

Monsieur le Premier Ministre, si votre crédo de « redressement national à partir de la base » est sincère, nous députés de l’AMK et Alliés sommes prêts à vous faire visiter nos circonscriptions électorales. Ici dans cette ville-province de Kinshasa, nous sommes prêts à vous amener notamment dans la circonscription de LUKUNGA. Vous serez frappé du fait que la majorité silencieuse de notre peuple vit dans des promiscuités exécrables dans des baraquements de fortune, sans eau potable ni énergie électrique. C’est autant vous dire que la République a énormément besoin d’un programme d’actions concrètes du Gouvernement plutôt qu’un chapelet de bonnes intentions.

Honorable la Présidente,

Honorables Membres du Bureau,

Honorables Députés et chers collègues,

En dépit de tout, voilà une occasion pour la représentation nationale de prouver que nous avons choisi de servir le peuple.

Monsieur le Premier Ministre, nous allons terminer en affirmant que votre programme ne répond pas aux attentes de notre peuple.

Le Groupe parlementaire AMK et Alliés rejette ce programme et votera contre l’investiture de ce gouvernement.

Nous vous remercions.

Pour le Groupe parlementaire AMK et Alliés,

HonorableChérubin OKENDE SENGA