Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : pour sa 4ème édition, EXPO BETON s’engage pour des villes et communautés sûres et durables

RDC : pour sa 4ème édition, EXPO BETON s’engage pour des villes et communautés sûres et durables

This post has already been read 216 times!

Les investissements dans un pays nécessitent un terrain assaini, il n’y a aucun doute là-dessus. Et c’est le sens d’être de la 4ème édition de l’EXPO BETON, ce salon des investissements qui rassemblera du 9 au 12 septembre 2019, les intervenants et professionnels nationaux et internationaux autour du thème «Kinshasa 2050, Mégalopole du Corridor-Ouest». Cette édition a la particularité de la co-organisation avec l’ONU-HABITAT lors du symposium sur ses 20 ans de coopération avec la RDC et du lancement du «Premier forum urbain national de la RDC», en vue d’inciter la population à s’engager pour des villes et communautés sûres et durables. Les quatre journées réservées à cette manifestation seront consacrées à des conférences, offres promotionnelles, expositions et diverses activités culturelles, sous l’œil du Président du Comité d’organisation Expo Beton 2019, Jean Bamanisa Saidi.

En présence des acteurs publics, l’habitat, les nouvelles cités, les infrastructures, la mobilité, l’industrie, le commerce, l’environnement, l’énergie et les NTIC seront à l’honneur à travers de nombreux sous-thèmes.

Le Président de la République, Félix Tshisekedi, prendra part à la cérémonie d’ouverture de cette quatrième édition. En réponse favorable à la demande du Comité organisateur, son Directeur de cabinet a précisé que «le Chef de l’Etat milite pour la promotion des entreprises et entrepreneurs congolais qui contribuent à changer positivement la vie des congolais. L’Expo Beton dont vous êtes l’initiateur est l’un des exemples d’initiatives positives que les hommes et les femmes congolais devraient poser pour valoriser notre pays».

Me Bob Kadima, Secrétaire Général d’Expo Beton

Me Bob Kadima, le Secrétaire Général d’Expo Beton a laissé entendre que leur mission, en tant qu’asbl, est de mettre ensemble tous les acteurs qui contribuent au développement de la vie des populations. ‘’Les secteurs ciblés sont l’habitat, la construction, les infrastructures parce qu’on se dit qu’un habitat décent améliore aussi la qualité de la vie de la population‘’, déclare-t-il.

En 2016, a-t-il révélé, l’évènement dans un premier temps avait pour but d’essayer de faire comprendre à la population l’importance du ciment et de ses dérivées. Le succès remporté à cette première édition tenue au Shark Club, avait poussé le gouverneur Bamanisa à faire de cette structure occasionnelle une Asbl.

Depuis lors, Expo Beton fait régulièrement appel aux institutionnels et aux investisseurs. Mais également aux professionnels de la construction, les ingénieurs, cimentiers, étudiants ainsi que les personnes qui aspirent avoir un habitat décent.

Particularités de la 4ème édition

La démarche d’Expo Béton ici est de consulter des experts dans tous les domaines, faire poser des questions à l’Etat par ces experts afin qu’il réagisse de manière réelle et positive. Expo Béton formule également des recommandations pour démontrer ce qui ne marche pas dans un secteur comme dans un autre et proposer des pistes de solutions.

Pour les organisateurs, l’objectif de ces assises est d’exploiter le potentiel de la ville de Kinshasa en guise d’un aménagement  ordonné de territoire, en vue d’attirer les investisseurs locaux, mais aussi niveler les taxes et redevances qui scellent les investissements. Il importe de signaler que les débats porteront également sur la manière de redynamiser l’agriculture dans les zones préurbaines de Kinshasa, et d’établir un schéma qui protégera des investissements dans le secteur de l’immobilier et ce, aux fins de renforcer le partenariat public-privé.

Aussi, faut-il rappeler que plusieurs domaines liés à l’urbanisation de ville de Kinshasa, tels que le transport, l’électricité, l’eau, la communication et l’énergie dans le cadre de la lutte contre le changement climatique seront au centre des discussions.

Il en ressortira des recommandations bien entendu à la fin de ces travaux, comme cela a été le cas lors des éditions précédentes. Expo Béton martèle sur la création d’une Banque de l’habitat afin que la classe moyenne puisse être dotée des possibilités de devenir propriétaire. Selon un partenaire de cette Asbl, il est important avant cela, de créer un Fonds de promotion de l’habitat. Ce qui exige, entre autres, une disponibilité de l’espace et un financement mais aussi une étude permettant à ce que le coût des maisons à proposer puisse répondre au pouvoir d’achat de la classe moyenne.

Devenir une mégalopole dans le corridor-ouest

Le Comité d’organisation, se fiant aux projections, estime que Kinshasa qui pourrait devenir d’ici 2050, une mégalopole dans le corridor-ouest. Il y aura notamment, les villes de Matadi, Luanda, Kinshasa, Maluku et Maluku très chaud de Brazzaville ainsi que Pointe-Noire. ‘’La RDC partage plus de 12 corridors, mais celui de l’ouest est encore sombre et n’a pas encore une autorité désignée. En insistant sur ce sujet 2 éditions successives (3e et 4e), nous voulons que l’Etat congolais puisse s’armer pour arracher cette place et être l’autorité du corridor-ouest‘’, a soutenu Me Bob Kadima.

Kinshasa étant la plus peuplée et la plus grande de ce corridor, est aussi le centre de consommation de toutes les autres villes qui la compose.

En fait, déjà à l’horizon 2030, Kinshasa aura plus de 25 millions d’habitants. Aujourd’hui il y a un gros déficit en logement. Et pour ne pas rêver et être surpris, il faut donc préparer l’avenir. Selon l’Asbl Expo Béton, en 2050 il est possible que Kinshasa puisse développer des «pseudos» villes à côté d’elle tel que Maluku qui peut très bien avoir le fonctionnement d’une ville à part entière avec toutes les activités importantes. D’où, l’appellation de Mégalopole, en raison d’une ville à côtés d’autres petites villes.

En ce moment, il faudra s’attendre à défis énormes à relever en termes d’infrastructures, de mobilité, de transport multimodal pour ne pas compter uniquement sur les véhicules automoteurs, mais aussi prévoir des trains urbains, tramway et des routes secondaires.

Créer une zone de libre-échange

Au cours de cette 4ème édition, le commerce dans son volet extérieur sera également abordé. L’observation faite est que certaines denrées entrent par Kinshasa via des Etats voisins alors que ces produits ne sont pas fabriqués par ces Etats, à l’encontre des règles préétablies. ‘’En fait, le corridor doit être pris comme une zone de libre-échange‘’, a susurré le Secrétaire général. ‘’On se met d’accord que les prix des produits ainsi que les taxes soient identiques dans les villes qui la constitue, afin d’attirer les investisseurs et les mettre à l’aise‘’.

Il est bon de savoir que les investisseurs choisissent le lieu de développement de leurs affaires en fonction du tableau de classement Doing Business sur lequel la RDC est actuellement classée parmi les mauvais élèves. Il y a des indicateurs de performance pour les attirer notamment, la délivrance du permis de construire et le raccordement à l’électricité. En RDC, les procédures d’administration demeurent longues et trop coûteuses.

La difficulté ici est aussi le manque d’un plan d’aménagement général à jour. Par exemple, il faut savoir au préalable ce qu’il faut construire comme type de maison partout. La loi sur l’urbanisme date de 1957. ‘’Lorsque cette loi avait été créée, Kinshasa n’avait que 600.000 habitants. Aujourd’hui, elle est obsolète et inadaptée‘’, avance M. Kadima.

Boris Luviya