Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[Forum régional des parties prenantes] Grands-Lacs : Interpeace présente ses résultats des recherches

[Forum régional des parties prenantes] Grands-Lacs : Interpeace présente ses résultats des recherches

This post has already been read 398 times!

Les délégations des officiels rwandais, burundais et ceux du Congo-Kinshasa ont répondu présent au Forum  régional des parties prenantes, lancé le 3 septembre et ce, dans le cadre du dialogue transfrontalier pour la paix dans la région des Grands-Lacs. Ils ont été accueillis par le biais de l’Interpeace qui est une structure qui vogue pour la consolidation de la paix en Afrique.  L’heure était alors de rendre public les résultats  de la recherche circonscrite dans l’esprit de connaître les causes des guerres et les pistes pour affermir la paix dans la région. Au cours de cette  recherche qui a pris près de deux ans, environ 9.000 personnes ont été consultées. Ouverte à Béatrice Hôtel, cette messe pacifique a rassemblé plus de 200 participants..

Dans une salle pleine comme un œuf, toutes les délégations ont répondu à ce grand rendez-vous régional. Rwandais, Burundais et Congolais, tous confondus dans  des différentes rangées faisaient à l’unanimité une bonne harmonie. Après  donc la présentation de tous les  représentants, quelques allocutions ont été faites notamment, celle de bienvenue exprimée par Interpeace et partenaires ou encore celle du représentant de la Suisse et de la Suède. Dans la même lignée, le rédacteur principal d’Interpeace a placé un mot sur la contextualisation de la recherche et la présentation  de la méthode. Ceci étant, les chercheurs de l’Interpeace ont exhibé les résultats clés des recherches.

Dans l’aperçu des résultats, il a été souligné que, partant d’une recherche action-participative utilisant des outils quantitatifs et qualitatifs, Interpeace et ses partenaires ont consulté plus de 9 000 personnes dans la région des Grands-lacs. Ce, pour identifier les capacités de résilience qui ont permis  aux communautés de vivre ensemble, malgré un passé de violences cycliques.

Lors de cet exposé, la recherche, s’appuyant sur le jugement des populations de trois pays,  a révélé que ‘’vivre ensemble est la compréhension la plus courante du terme réconciliation dans la région. Les populations ont réussi à coexister paisiblement, dans certains cas, et à rétablir des relations brisées’’. Ceci, bien que la majorité de ces trois nations ait été exponentiellement exposée à la violence, en l’occurrence Burundi 80%, Rwanda 63% et RDC 78%. Ce rapport a, par ailleurs, présenté les capacités individuelles, relationnelles, culturelles, traditionnelles et religieuses ainsi que politiques et institutionnelles, que ces populations ont pu développer pour arriver à reconstruire, entre autres, les relations interpersonnelles, intercommunautaires,  dans un contexte aussi complexe de conflits internes et transfrontaliers.

Lambert Saïdi