Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RDC : les ambitions du gouvernement Ilunga face aux grands défis

RDC : les ambitions du gouvernement Ilunga face aux grands défis

This post has already been read 343 times!

*‘’La meilleure des manières de rendre service à nos compatriotes aujourd’hui, ce n’est plus d’agiter les problèmes, mais d’imaginer des solutions face aux grands défis qui se posent dans notre pays‘’. Leçon magistrale, en effet, du Premier ministre Sylvestre Ilunga énoncée devant les députés nationaux le vendredi 6 septembre 2019 à l’Assemblée nationale. Il répondait aux multiples préoccupations soulevées par ces élus légitimes du peuple congolais 48 heures plus tôt, suite à la présentation du programme du Gouvernement. Démystifiant toutes les monomanies, le Chef de l’Exécutif et son équipe gouvernementale ont été enfin investis et peuvent désormais se mettre sérieusement au travail. Au cours de cette réplique du nouveau locataire de la Primature, l’on retiendra le besoin d’innover sur tous les plans mais aussi l’ambition de faire renaître dans le cœur de chaque congolais une nouvelle conscience et une nouvelle espérance.

Déjà, une des primeurs pour le Premier des ministres est la réconciliation nationale qui aujourd’hui, demeure une préoccupation majeure du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi. Inquiétude que le gouvernement s’engage à matérialiser afin de mener ensemble, le combat qui vaille la peine, celui visant à éradiquer la misère et la pauvreté des populations et conduire le pays vers l’émergence.

C’est ainsi que sont projetés incessamment l’organisation d’un Forum national de réconciliation, la conclusion d’un pacte de paix avec les autorités coutumières représentatives des ethnies et tribus de la RDC, ainsi que le rapatriement des corps du feu président Joseph Mobutu et du feu Premier ministre Moïse Tshombe.

Bref, le samedi 7 septembre dernier, Ilunga Ilunkamba a donné le ton des familières remises-reprises à la Primature. Chaleureusement accueilli par son devancier, Bruno Tshibala, avec qui ils ont eu un tête-à-tête, il a été conduit à la visite du bâtiment dans lequel il prend ses quartiers, mais également de l’incontournable jardin des premiers.

Appétence

Jugé trop ambitieux par certains, qualifié de chapelet de bonnes intentions par d’autres, le programme du gouvernement Ilunga était incompris par plusieurs au départ. Un programme axé essentiellement sur les secteurs Politique, défense et sécurité, Economie et finances, Reconstruction mais aussi Social et culturel. Dans son élément de réponse à la chambre basse du Parlement, le Premier ministre a affirmé qu’il s’agit ici du fruit d’un diagnostic sans complaisance, qui a été fait par les deux grandes familles de la coalition politique à savoir, le CACH et le FCC. Ainsi, insiste-t-il sur la nécessité d’agir à l’unisson pour sa réussite étant donné que ‘’le peuple jugera les dirigeants que nous sommes tous ensemble, sans distinction‘’.

Solide sur ses jambes, Sylvestre Ilunga est revenu sur la volonté de faire renaître une nouvelle espérance. Il est évident que la majorité des congolais n’ont plus le cœur, ni la tête aux habituels discours. Ces derniers attendent plus d’actions concrètes avec impact direct dans leur vécu quotidien. L’ancien Directeur Général de la SNCC prend en compte la responsabilité de son gouvernement de porter à bras le corps toutes les attentes de ce peuple.

Au vu des maux qui prennent d’assaut tous les secteurs de la vie nationale, ‘’quand on est la République Démocratique du Congo, avec tout ce que cela implique, on ne doit aucunement avoir honte d’être ambitieux. L’ambition est le moteur de l’action, et l’absence d’ambition condamne notre société à l’inertie et à la misère‘’, assure le chef du gouvernement.

Mobilisation

Lors de sa présentation à l’hémicycle, plusieurs intervenants sont revenus sur les sources de financement des actions projetées dans le programme du gouvernement. Nombreux ont également stigmatisé le fait qu’il ne comportait ni chiffres, ni chronogramme, et qu’il ne reprenait pas d’indicateurs quantifiables, mesurables et vérifiables. ‘’Je voudrais ici réaffirmer que ce programme consacre un vrai changement de paradigme : plutôt que d’être élaboré sur la base de notre capacité actuelle de mobilisation des recettes,  nous avons d’abord voulu identifier nos besoins réels, et ensuite rechercher les moyens conséquents‘’, a répondu le patron de l’Exécutif. Selon lui, il faudrait avant tout se mettre d’accord sur le programme et sur ce que l’on veut faire du Congo, ensuite mobiliser les ressources pour la matérialisation.

Pour y arriver, rien de mieux que l’engagement de nouvelles réformes pour accroître la capacité de financement, ensuite la diversification des sources de financement notamment, par le recours au Partenariat Public-Privé. ‘’Votre Gouvernement fera de l’amélioration du climat des affaires son cheval de bataille pour attirer de nouveaux investissements et ainsi amorcer la diversification des sources de croissance‘’, promet Sylvestre Ilunga.

Grandeur dans la vision

Nul n’est sans ignorer que l’un des plus grands problèmes du développement du Congo est l’homme congolais dont le raisonnement a longtemps été tourné vers les antivaleurs. Il est donc temps que cela change. C’est aujourd’hui que se prépare donc aussi le Congo de demain, martèle Ilunga Ilunkamba. ‘’Si nous voulons changer ce pays, nous devons être capables avant tout de nous changer nous-mêmes. La République Démocratique du Congo est une grande nation, un grand pays qui exige de nous de la grandeur. Grandeur dans la vision, mais aussi dans l’esprit et dans l’agir‘’, a-t-il exhorté. Et pour y parvenir, ‘’j’ai renforcé ma conviction selon laquelle l’œuvre de la construction nationale n’est possible que dans une dynamique de conjugaison d’efforts‘’.

Engagements et priorités

Pour ce qui est du secteur de la défense et de la sécurité sur lequel toutes les attentions sont focus, le Premier ministre a affirmé que le Gouvernement réitère sa détermination à œuvrer effectivement pour l’éradication aussi bien de tous les groupes armés opérant en RDC, que des poches de banditisme urbain. Mais aussi s’engage d’agir, de manière implacable, contre ceux qui ont fait du massacre des Congolais leur fonds de commerce. Par ailleurs, ‘’une attention particulière sera accordée, conformément à la volonté du Président de la République, à l’amélioration des conditions sociales des hommes en uniforme‘’, a-t-il renseigné.

Des préoccupations pertinentes ont été également soulevées concernent notamment, la réalisation d’un recensement général de la population, de manière à disposer des données démographiques fiables et nécessaires à une bonne planification du développement. Pour le Premier ministre, c’est une urgence en effet, à laquelle il promet de procéder à un état des lieux des travaux préliminaires déjà réalisés, avant de planifier les prochaines étapes devant concourir au parachèvement de ce processus.

En ce qui concerne la sécurisation des congolais vivant à l’étranger, prioritairement face à la situation de xénophobie qui prévaut actuellement en Afrique du sud, le chef du gouvernement a laissé entendre que la Ministre d’Etat et Ministre des Affaires Etrangères sera chargée de prendre langue avec les Autorités sud-africaines et s’il échet, de faire le déplacement de Pretoria pour s’assurer de la sécurité de tous les citoyens congolais.

Relancer l’économie

L’économie du pays est au rouge vif depuis plusieurs années déjà, et le train de vie du congolais se détériore tous les jours davantage. ‘’L’une des clés de la relance de notre économie est, à juste titre, la réforme effective et sans complaisance des entreprises publiques‘’, atteste M. Ilunga. Et en ce qui concerne particulièrement la question récurrente de la dollarisation de l’économie congolaise, il précise que la solution réside dans la stabilisation, sur la durée, de la valeur interne et externe de la monnaie nationale. En d’autres termes, la lutte contre l’inflation et la volatilité des prix requièrent une gestion rigoureuse des finances publiques.

A cet effet, a-t-il épilogué, le Gouvernement est déterminé à ne pas recourir aux avances du système bancaire pour financer son déficit, et à observer ainsi la réglementation en la matière.

La Pros.

 

Portrait de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba

20 mai 2019, Ilunga Ilunkamba est nommé Premier Ministre. La fin de sept mois de tractations et d’incertitudes. L’homme d’Etat congolais a fait l’unanimité dans la coalition CACH et FCC. Un sacre pour ce natif de Djino, dans le KATANGA profond. Ce fils du terroir a gravi les échelons de la vie sociale, au mental et à l’abnégation. A 24 ans, il décroche son diplôme de licence en Sciences commerciales à la faculté des sciences économiques à Lovanium, aujourd’hui UNIKIN, la colline inspirée. Il accepte aussitôt d’embrasser la carrière d’enseignant, non sans une pointe d’amertume : à l’époque, les privés s’arrachent les universitaires, et leurs offrent une vie aisée.

Ilunga Ilunkamba choisit de partager son savoir avec les jeunes dans les amphithéâtres, tout en continuant à se parfaire. 8 petites années plus tard, il est docteur en économie appliquée. La suite est une succes story limpide. Pendant plus d’une décennie, Il enchaîne les responsabilités au sommet de l’Etat. Directeur de cabinet de Ministre, Secrétaire d’Etat, plusieurs fois vice-ministre, enfin Ministre du Plan puis Ministre des finances.

En 1993, profondément marquis par les pillages de triste mémoire sous Mobutu, il se replie en Afrique du Sud. Le prof. Ilunga sent le besoin de marquer une pause. Mais pas pour longtemps. Sa réputation a franchi les frontières nationales, et la même année, il est Associé-gérant de la Société RETIMEX, basée à Cap-Town. Pendant 10 ans, il y apporte son expertise dans le montage des financements, et dans l’import-export pour l’industrie des métaux non ferreux de la RDC. En 2003, lorsque la RDC s’engage dans la voie de profondes réformes économiques, c’est un expert aguerri qui répond à l’appel de la nation congolaise, en qualité Secrétaire Exécutif du Comité de Pilotage de la Réforme des Entreprises Publiques (COPIREP).

C’est là qu’il découvre des grands noms féminins de l’espace politique congolais : Wivine Mumba Matipa, Louise Munga, et au tout début, Jeanine Mabunda, actuelle présidente de l’Assemblée nationale. Avec ces dames, il relève, onze ans durant, de grands défis : – La modernisation du droit des affaires et l’adhésion à l’OHADA ; – La sécurisation et la protection des investissements privés grâce à l’adhésion à l’Agence pour l’assurance du Commerce en Afrique ; – La création de tribunaux de commerce ; – La modernisation du cadre juridique des entreprises publiques, qui a ouvert la voie au processus de la réforme desdites entreprises ; – Le montage de projets financés par les partenaires au développement qui, aujourd’hui encore, soutiennent la modernisation de nombreuses infrastructures de base dans le domaine du transport ferroviaire et aérien, de l’électricité, de l’eau, des télécommunications, etc ; – La conduite d’opérations de désengagement, et notamment la réhabilitation aux standards internationaux de l’Hôtel Karavia à Lubumbashi ; – La simplification des procédures douanières à Matadi et Kasumbalesa. Cet épisode éclaire le combat actuel de Ilunga Ilunkamba pour la représentativité du genre : il croit en la femme ; et il croit aussi en la jeunesse à qui il prodigue des conseils dans la vie courante, et dans les auditoires : l’enseignement, c’est le seul métier pour lequel il a rédigé une demande d’emploi.

Au moment de sa nomination comme Premier Ministre, il préside aux destinées de la SNCC où il est confronté aux réalités de gestion quotidienne d’une entreprise publique en restructuration. Le réformateur passe ainsi de la conception des reformes à leurs mises en œuvre, douloureuses certes, mais nécessaires. Il fallait un caractère bien trempé pour concevoir et conduire ces réformes qui bousculaient la quiétude des fossoyeurs des entreprises publiques. Et autant pour les mettre en œuvre.

De fait, l’homme a du caractère, des principes, une intégrité à toute épreuve nourris par son attachement aux valeurs traditionnelles, aux valeurs familiales, et aux valeurs chrétiennes, dont il dit avoir fait le plein durant son cursus scolaire ; en plus d’un calme olympien : presque jamais un mot plus haut que l’autre. La force tranquille ; Sous son air sévère, Prof. ILUNGA est un homme ordinaire : époux, père, grand-père, à la fois patriote et nationaliste.

Ses amis disent de lui qu’il est un kinois de Lovanium, de culture Katangaise, et qui a trouvé l’âme sœur au Kongo Central, reliant ainsi l’Est à l’Ouest. A bientôt 73 ans, Ilunga Ilunkamba engage le défi de sa vie. Déjà, il a su fédérer opposition et majorité, et il porte les espoirs d’une jeunesse et d’une nation qui vient de vivre sa seule alternance pacifique du pouvoir en six décennies d’indépendance. Il lui en faudra, du caractère, de l’audace, des principes, du calme pour mener à bien ce nouveau défi.