Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Unité Nationale et Changement de mentalité : Félix Tshisekedi réveille la conscience des Congolais

Unité Nationale et Changement de mentalité : Félix Tshisekedi réveille la conscience des Congolais

This post has already been read 110 times!

Dans un post relayé par la Présidence de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Chef de l’Etat, a lancé un vibrant appel aux filles et fils du pays à l’unité nationale et au changement de mentalité. Pour lui, il n’est pas raisonnable que combats, adversités, décisions et actes non fondés sévissent jusqu’à ce jour en RD. Congo. Partant de l’idée de la construction d’un Congo meilleur dans toutes ses facettes, Félix Tshisekedi interpelle et invite les mandataires publics ainsi que la Nation toute  entière au travail et qui consacrera, ce qu’il a  dénommé «le Changement». «Ce Congo est possible si nous acceptons de changer dès à présent. Oui, ce Congo est possible !», a-t-il insisté. Ci-dessous, l’intégralité de son message.

Frères et sœurs congolais,

Lorsque je suis arrivé au pouvoir, le pays était dans une situation de crise. A la suite d’une longue période d’instabilité politique et d’incertitude, l’élection présidentielle qui a consacré notre victoire, votre victoire, continue de susciter beaucoup d’espoirs partout dans notre pays et même au-delà de nos frontières. Le jour de mon investiture, je vous ai bien entendu me rappeler : «Félix, Papa alobaki le Peuple d’abord». Les défis de notre pays sont immenses. Les problèmes sont multiples, mais il n’est pas impossible d’y remédier et de commencer ainsi à changer les choses, à changer notre mode de vie en société. Pour engager le changement dans le contexte politique particulier de la période après l’investiture, nous avons commencé à travailler avec les moyens à notre disposition. Pourquoi ? Parce que face au désir ardent de changement immédiat qui traverse tout pays, nous avions décidé de ne pas croiser les bras en spectateurs passifs. Pourquoi ? Parce que quand on veut changer les choses, on n’attend pas de réunir toutes les meilleures conditions.

Nous avions lancé le programme de 100 jours. Ce programme ne va sûrement pas résoudre tous nos problèmes en quelques mois, mais il est un début de solution. Nous avons commencé à doter nos villes de certaines infrastructures routières et d’apporter des réponses dans la production agro-industrielle ainsi que dans le domaine de la santé et bien d’autres. Nous avons ouvert plusieurs chantiers un peu partout. Ces chantiers, une fois finalisés, vont soulager déjà quelques uns de nos problèmes. Certains d’entre nous pourront ainsi rentrer plus tôt chez eux sans subir le stress des embouteillages, voyager plus facilement d’une ville à une autre, évacuer plus rapidement leurs produits et les acheminer vers d’autres marchés pour les vendre plus vite. D’autres vont enfin avoir accès à l’éclairage public, à l’électricité, à l’eau dans leurs habitations. Le programme de 100 jours nous donne la preuve que par notre volonté seule nous pouvons trouver des solutions à nos propres problèmes et surtout d’apporter des changements positifs à notre cher pays. Le grand changement que nous attendons, le changement que vous souhaitez ne sera possible que si chacun de nous tous,  Congolaises et Congolais, adopte la même attitude responsable face aux problèmes et défis qui sont les siens, qui sont les nôtres. Le vrai changement commence par chacun et chacune d’entre nous. Nous devons changer et incarner le changement partout où nous sommes pour que le pays évolue. Aussi petit soit l’impact de l’action que vous pouvez prendre, elle reste importante pour atteindre l’objectif : « Le Changement ». A ceux qui sont responsables de la gestion des affaires publiques, le premier signe visible du changement serait votre comportement et de votre compétence dans la gestion de la mission qui vous est confiée par le Peuple Congolais. Nous sommes au service exclusif des Congolaises et des Congolais. Sachons désormais travailler pour le changement de notre pays.

Mes chers compatriotes,

Chers frères et sœurs,

Je rêve d’un Congo meilleur. Nous avons le devoir de construire un Congo meilleur où tous les enfants, filles et garçons, ont droit à l’éducation, à la santé. Un Congo où aucun enfant ne dort dans la rue, ni ne meurt de faim.

Un Congo où toute personne orpheline, veuve, vulnérable ou vivant avec handicap est accompagnée par les Institutions de l’Etat. Un Congo débarrassé de la haine et du tribalisme, un Congo où nos femmes ne sont plus violées tous les jours. Un Congo où il n’y a plus de guerre. Un Congo où il n’y a pas une province contre une autre province. Un Congo où il n’y a pas ceux de là-bas et ceux d’ici. Un Congo où il n’y pas ceux d’une Eglise contre ceux d’une autre Eglise. Un Congo où il n’y a pas un camp politique contre un autre camp politique. Je veux un Congo où il n’y a qu’un seul camp, le camp des Congolais unis et fiers de notre riche diversité. Un Congo de changement de mentalité. Nous avons le devoir de porter le grand rêve et de redonner de la grandeur à notre pays, de bâtir un Congo debout et digne, un Congo des travailleurs responsables, vigilants et gardiens de nos Lois. C’est le Congo que je veux pour nous tous. C’est ce Congo là, notre Congo, pour lequel vous m’avez donné le mandat. Ce Congo est possible si nous acceptons de changer dès à présent. Oui, ce Congo est possible !

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo