Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[En grève depuis bientôt 3 mois] SONAHYDROC : les agents victimes d’une manipulation politique ?

[En grève depuis bientôt 3 mois] SONAHYDROC : les agents victimes d’une manipulation politique ?

This post has already been read 655 times!

C’est depuis près de trois mois que la Société Nationale des Hydrocarbures du Congo  (SONAHYDROC)  traverse une interminable période de grève. Le nœud de cette suspension de travail, selon les membres du personnel, est la réclamation de neuf mois d’arriérés de salaire des agents  de cette société d’hydrocarbure nationale. Ils réclament aussi la démission, sans condition, du Directeur Général Hubert Mihimy Muwawa.

Pourtant, certaines sources renseignent que ce mouvement sournois ne peut être que le fruit d’une pure manipulation du personnel par des personnes malveillantes et opportunistes, voulant déstabiliser cette Société nationale qui tend à se reconstruire avec la nomination de nouveaux dirigeants. Et ce, sans doute en tirant le drap de leur côté pour bénéficier de certains intérêts, au vu des enjeux actuels de repositionnements politiques.

S’il faut s’en tenir au comportement de ces agents déclencheurs de ladite grève, souligne cette même source, il est clair et net que certains actes ne concordent pas avec certains dires et des écrits si récents de ces derniers, qui ont tantôt venté et loué les prouesses de cette nouvelle équipe dirigeante, mais qui, étrangement, s’en sont détournés quelques temps seulement après.

Tel est le cas d’une correspondance publiée dans cette entreprise, démontrant noir sur blanc les adresses de félicitations au nouveau DG, par l’équipe syndicale qui reconnaît du moins que la nouvelle équipe serait meilleure que l’ancienne en matière de gestion du personnel tout en usant du sens de l’humanisme… C’est le même syndicat qui, selon ces révélations, intoxique présentement les travailleurs.

Face à ces faux-fuyants, la Direction générale reste perplexe et trouve donc sans objet la tenue de cette grève qui s’est déclenchée, au risque d’emmener la société en faillite. Cette entreprise qui, à tout prendre, traverse une phase de restructuration. Somme toute, une affaire de positionnement serait à la base de cette interruption collective de travail de part les agents de la SONAHYDROC.

Entre temps, plusieurs familles comme les réclamaient récemment certains agents, essuient d’énormes difficultés pour se retrouver dans cette situation si pénalisante et frappante que connaît cette entreprise d’hydrocarbure.

Grâce Kabedi