Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Privilège et obligation

This post has already been read 335377 times!

C’est reparti. Les députés nationaux et sénateurs ont repris du service ce lundi 16 septembre 2019 au Parlement. Il s’agit d’une session essentiellement budgétaire consacrée à l’examen et au vote du projet de loi de finances de l’exercice 2020. Pendant trois mois, l’Assemblée Nationale et le Sénat voteront le budget de l’Etat pour l’année à venir. Ce qui permettra au Gouvernement de réaliser son programme d’action. Ainsi, le Premier Ministre reviendra au Parlement pour présenter le budget 2020.

Cette fois, plus d’excuses. Toutes les institutions du pays sont mises en place. Quoi qu’après plusieurs mois d’attente, le travail collectif peut effectivement commencer, dans l’objectif de mettre en forme la vision du chef de l’Etat mais également du gouvernement de la République.

Au cours de cette session comme de toutes les autres, Félix Tshisekedi et l’ensemble du peuple qu’il porte derrière lui attendent des élus l’exercice de leurs missions avec responsabilité et dévouement afin de contribuer à l’amélioration de la gouvernance, de l’exercice des libertés publiques et de l’amélioration du quotidien des congolais.

Le Président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba l’a si bien dit, l’adoption et même l’exécution du budget de l’Etat ne doivent plus être une simple formalité, un rituel annuel sans contenu et sans conséquences sur la vie des populations, mais plutôt une expression de leurs attentes.

Ainsi, après que le Gouvernement ait déposé au Bureau de l’Assemblée nationale le projet de loi de finances de l’exercice 2020 mais aussi le projet de loi portant reddition des comptes de la Loi de finances de l’exercice 2018, les deux Chambres du Parlement pourront donc les adopter avant la fin de la session en cours.

Cependant, l’ouverture de cette session budgétaire intervient dans un contexte marqué, d’une part, par diverses tensions de par le monde, et d’autre part, par le fait que la réalité économique échappe à la RDC dans un monde de plus en plus interdépendant, où les frontières du combat politique se déplacent vers des sujets plus faciles à appréhender par l’opinion publique.

La proposition de loi relative à l’accès à l’information figure toujours parmi les plus attendues qui doivent être adoptées au cours de la présente session.

A ce jour, les dernières perspectives du Fonds monétaire international tablent, en juillet 2019, sur une croissance de l’économie mondiale de 3,2 % pour cette année et de 3,5% pour l’année prochaine. Cette croissance sera cependant inégale. C’est ce qu’a rappelé Jeanine Mabunda ce lundi.

Il est plus que temps de martelé sur le fait que le rôle du Député n’est pas celui de construire des ponts, de bâtir des hôpitaux ou d’ériger des stades. Une tâche qui revient plutôt au Gouvernement de la République, qui seul détient les moyens de l’Etat à cet effet.

L’amélioration de la gouvernance, la promotion des libertés et du bien-être de la population constituent la mission constitutionnelle de contrôle parlementaire pour laquelle ‘’nous demeurons personnellement persuadés que, quelle que soit la différence de nos opinions et de nos convictions, la participation de tous aux travaux parlementaires est indispensable‘’.

La Pros.