Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Journée internationale de l’Accès universel à l’information : Jolino Makelele et l’UNESCO prônent le renforcement de l’information au service du développement

Journée internationale de l’Accès universel à l’information : Jolino Makelele et l’UNESCO  prônent le renforcement de l’information au service du développement

This post has already been read 94 times!

« Qui détient l’information, détient le pouvoir », dit-on. Cette expréssion révèle au grand jour l’importance que l’on accorde à l’information aujourd’hui. C’est pourquoi, à l’occasion de la journée internationale de l’accès à l’information célébrée le 28 septembre de chaque année, le Réprésentant de l’UNESCO  en RDC, avait convié lundi 30 septembre 2019, au cercle de Kinshasa, les professionnels des médias ainsi que les étudiants en journalisme de l’IFASIC menés par leur coordonnateur Gédéon Kahena, à venir prendre part à un café de presse placé sous le haut patronnage du Ministère de la Communication et des Médias. A cet effet, Jolino Makelele, Ministre d’Etat, ministre en charde de la communication, a appelé les professionnels des médias à diffuser des informations de qualité.

Dans son élan, Jean-Pierre Ekondo, en sa qualité de Représentant de l’UNESCO en RDC et le Ministre d’Etat Jolino Makelele, ont insisté sur le renforcement de l’information  au service du développement. A les en croire, le droit d’accès à l’information évolue intimément avec la société. D’où, les professionnels des médias doivent avoir des connaissances utiles et les outils néccessaires pour collecter, traiter et diffuser les informations en vue de contribuer dans la société. Jean- Pierre Ekondo, tenant mordicus au rôle de l’UNESCO, a laissé entendre que les sociétés du savoir doivent reposer sur quatre pilliers : la liberté d’expression, l’accès universel à l’information et au savoir, le respect de la diversité culturelle et linguistique et une éducation de qualité pour tous.

Pour ce faire, l’UNESCO qui a initié la célébration de cette journée, s’est engagée à soutenir les efforts déployés par les Etats membres pour instaurer des sociétes de savoir qui automisent les communautés locales et défavorisées, en améliorant l’accès à l’information ainsi que la préservation et le partage de l’information et du savoir dans tous les domaines de l’UNESCO.  «Informer les citoyens constitue une obligation principale de l’Etat selon donc plusieurs conventions et normes internationales », martèle le Représentant de l’UNESCO. Ce dernier prône un monde où s’appliquerait l’accès universel à l’information.

Le Ministre d’Etat Jolino Makelele a laissé entendre que l’accès à l’information est une néccessite pour la population. D’où, a-t-il insisté sur la responsabilité des journalistes, mieux es futurs journalistes de l’IFASIC, à bien mésurer la portée de ce métier qui mène à tout.  Paraphrasant le Président de la République, Félix Tshisekedi, le Ministre d’Etat, ministre de la communication et des médias promet de travailler avec la presse, pour que cette dernière devienne véritablement le quatrième pouvoir. Dans un autre chapitre, il a répondu expressi verbis aux préoccupations des étudiants de l’IFASIC.

D’emblée, en célébrant la Journée internationale de l’Accès universel à l’information, l’UNESCO  renforce l’information au service du développement en tant que complément néccessaire du droit à l’information, en encourageant l’adoption des TIC, les politiques de libre accès et le développement des compétences en matière de maîtrise des médias et de l’information, a fait savoir le représentant de cette structure des Nations Unies. A l’encroire, l’UNESCO souligne que le droit à l’information ne peut être effectivement exercé et mis en œuvre que sur la base de lois, réglementant ce droit conformément aux normes internationales, et de systèmes efficaces de mise en œuvre. L’UNESCO promeut la prise de conscience du fait que le droit à l’information est essentiel pour une gouvernance transparente et responsable et qu’il est une condition préalable à la participation du public à la formulation des politiques sociales et aux processus décisionnels de gouvernance.

Merdi Bosengele