Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Abolition de la peine capitale : REJAP-RDC en synergie avec RADHOMA convient les journalistes en atelier de renforcement de capacité

Abolition de la peine capitale : REJAP-RDC en synergie avec RADHOMA convient les journalistes en atelier de renforcement de capacité

This post has already been read 516 times!

En prévision de la journée mondiale contre la peine de mort célébrée le 10 octobre de chaque année, le secrétariat exécutif du réseau des journalistes abolitionnistes de la peine de mort en RDC, REJAP-RDC, en synergie avec le réseau des associations et militants abolitionnistes de la peine de mort en RDC, RADHOMA en sigle, ont organisé un atelier de renforcement des capacités à l’intention des journalistes. Cela s’est tenu dernièrement au centre culturel Texaf Bilembo situé dans la périphérie de la commune de la Gombe. Il s’est agi en marge de ces assises censées mettre l’homme au centre de son action, ce leitmotiv qui d’ailleurs corrobore au  cri d’excellence lancé par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, celui d’informer et de sensibiliser les chevaliers de la plume et du micro de la ville-province de Kinshasa, sur leur rôle dans la vulgarisation de l’abolition de la peine capitale en République démocratique du Congo.

En temps normal, il est toujours nécessaire que les notions de droit pénal soient apprises par les journalistes en vue de faciliter l’exercice de leur métier qui nécessite beaucoup de connaissances dans plusieurs domaines. Ayant compris cela, REJAP-RDC, a en prévision de la journée mondiale contre la peine de mort, célébrée le 10 octobre de chaque année, sensibilisé les chevaliers de la plume et de micro sur l’abolition de la peine de mort en RDC. Car, informer le public sur les réelles motivations qui militent en faveur de l’abolition de la peine capitale et sur comment contribuer à promouvoir la culture de sa suppression au sein de la société congolaise longtemps restée sous informée ou carrément sans être informée  à ce sujet. C’est en partenariat avec RADHOMA  que cet atelier de renforcement de capacité a été organisé sous les auspices de François Mukandila, secrétaire exécutif de la REJAP-RDC et de Baudouin Kipaka Basilimu, magistrat et spécialiste en droits humains. Ce juriste a sensibilisé les journalistes sur multiples points, entre autres, l’approche définitionnelle, l’historique et fonctions pour achever avec les arguments en faveur de l’abolition de la peine de mort.

Dans son intervention, Baudouin Kipaka Basilimu, a qualifié le maintien de la peine de mort comme  violation au droit sacré à la vie et à la dignité humaine du détenu, en lieu et en place de resocialiser voire réadapter le détenu à la vie sociétale. Dans son élan, Kipaka Beaudoin  a chuté avec les arguments en faveur de l’abolition proprement dite, sujet qu’il a  exploité de fond en comble sous 17 paliers, résumés dans un support remis aux participants.

Sous la modération de François Mukandila,  les professionnels des médias ont échangé sur le rôle d’un chevalier de la plume par apport à cette problématique tout en parlant  sur les canaux à emprunter pour vulgariser ce message.

Loin s’en faut, pour les abolitionnistes la prétention de faire l’apologie des actes des criminels, de les banaliser ou de réduire l’importance des crimes ni de les cautionner, les deux militants abolitionnistes à savoir , Baudouin kipaka basilimu et François Mukandila ont clôturé cette séance en affirmant haut et fort que l’abolition de la peine de mort est devenue sous d’autres cieux , une question de civilisation , du développement et de la démocratisation de tout un pays .

Jimmy Sita