Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

RD CONGO : Tshibala doit être reconnu civilement responsable de l’agression du journaliste Dinanga, exige FFJ

RD CONGO : Tshibala doit être reconnu civilement responsable de l’agression du journaliste Dinanga, exige FFJ

This post has already been read 100 times!

Freedom for journalist (FFJ), organisation de défense de la liberté de la presse et du droit à l’information, exige que Bruno Tshibala, ancien premier ministre de la République démocratique du Congo (RDC) soit reconnu civilement responsable de l’agression, samedi 05 octobre 2019, de Dominique Dinanga, journaliste à Top Congo FM, station émettant à Kinshasa, capitale du pays.

«Il doit être reconnu in solidum responsable des coups et blessures infligés au journaliste en plein exercice de son métier. Sous sa gestion du gouvernement, la liberté de la presse n’était pas du tout reluisante. Le sombre tableau qu’il a laissé le poursuit hors mandat», écrit FFJ dans un communiqué distribué aux médias.

Le journaliste répondait à une invitation de M. Tshibala, président d’une aile de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) au centre-ville où une cérémonie se tenait en son honneur.

Devant les militants du parti, le journaliste a décliné son identité mais a immédiatement été pris à parti. Les partisans de Tshibala l’ont asséné des coups après qu’il a été menacé.

FFJ est d’avis que le journaliste a bien été piégé par l’organisateur de l’activité et les menaces des militants n’a été qu’un prétexte.

« M. Tshibala doit être tenu responsable de ce qui est arrivé au journaliste et prendre en charge l’hospitalisation de Dinanga », a exigé, en outre, FFJ qui a appelé Top Congo à déposer une plainte et invité les journalistes de Kinshasa à se constituer partie civile.

FFJ condamne fermement le passage à tabac du journaliste et se réserve le droit d’appeler les médias et les journalistes à infliger, dans les médias, un embargo sur une durée bien déterminée sur la personne de Tshibala et sur toute activité en lien avec lui.

 

JED exige une enquête urgente sur l’agression d’un journaliste par des militants d’un parti politique  

Journaliste en danger (JED) dénonce vigoureusement l’agression à Kinshasa, d’un journaliste par des militants d’un parti politique et demande que les responsables de cette agression soient identifiés et sanctionnés.

Selon les informations parvenues à JEDsamedi 05 octobre 2019, Dominique DINANGA, journaliste – reporters à la Radio « Top Congo FM » station émettant à Kinshasa, a été l’objet d’une agression de la part des militants du parti politique dénommé : « Udps/Tshibala», formation politique de l’ancien premier ministre Bruno TSHIBALA.

Le journaliste avait été invité par un responsable de ce parti pour couvrir la manifestation de remise d’un prix  à Monsieur Bruno Tshibala. Malgré l’indisponibilité du journaliste, son interlocuteur aurait insisté pour lui demander de venir personnellement couvrir cette manifestation.

« Aussitôt arrivé sur les lieux de la manifestation Dominique Dinanga s’est vu refuser l’entrée par les gardes commis à la sécurité ; il s’est alors présenté comme journaliste en exhibant sa carte de service. Et à  sa grande surprise lorsque les militants ont entendu qu’il est de la Radio Top Congo, ils se sont rués sur le journaliste », a déclaré à Jed un journaliste de cette radio.

Apres avoir reçu des coups des poings et des bâtons, le journaliste a été admis aux urgences dans un centre hospitalier où il a reçu la visite de Monsieur Tshibala qui a condamné cette agression.

Pour JED, cette condamnation verbale est loin d’être suffisante : « il faut donner une suite vigoureuse a cette agression ; le journaliste doit porter plainte ; la police doit effectivement ouvrir une enquête ; et les organisateurs de cette manifestation doivent être tenus pour civilement responsables des dommages subis par le journaliste », a déclaré Tshivis Tshivuadi,  Secrétaire Général de JED.

JED demande aux professionnels des médias de se mobiliser pour dénoncer les exactions que subissent les journalistes dans leur travail.