Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Problématique de ‘‘bons de Trésor’’ : Jonas Tshiombela fustige l’emprunt mais plaide pour la diversification de l’économie

Problématique de ‘‘bons de Trésor’’ : Jonas Tshiombela fustige l’emprunt mais plaide pour la diversification de l’économie

This post has already been read 75 times!

La Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC) doute encore de la croissance de l’économie Rd. Congolaise à travers le lancement des adjudications sur les bons de Trésor pour ce quatrième trimestre de l’exercice budgétaire 2019. Par le biais de son coordonnateur, Jonas Tshiombela, la NSCC pense que l’endettement peut coûter cher à la RDC dans l’avenir. D’où, il propose que l’Etat congolais puisse penser à d’autres possibilités, pourquoi ne pas maximiser les recettes au pays à travers plusieurs sources de revenus, ou simplement recourir à la diversification de l’économie en vue de trouver de l’argent.

Dans un entretien avec votre  Journal, Jonas Tshiombela, Coordonnateur de la Nouvelle société civile congolaise, a fait savoir que les bons de trésor font partie des mécanismes des recherches des revenus pour contribuer aux engagements que le pays peut prendre. Pour lui, au lieu que la RDC puisse s’endetter ailleurs, elle a la possibilité de maximiser les recettes au niveau du pays à travers plusieurs sources de revenus notamment, à travers la diversification de l’économie pour trouver de l’argent. Par exemple, estime t-il, l’on peut recourir à l’impôt sur la location  de cette ville ou encore puiser dans le secteur minier. Avec ce dernier, en 2012, le pays avait réalisé près de 42 milliards FC qui étaient produits, mais qui n’entraient pas dans les caisses de l’Etat.

Une diversification de l’économie…

«Déjà avec l’IRL, qui est l’impôt locative que les locataires paient, 20%  déjà sur cette ville si c’est bien fait, il y a moyen d’avoir l’argent et financer même l’enseignement ou  le budget de l’Etat. Je ne veux pas parler du secteur minier ou les gens se sont donnés des concessions et que l’argent n’entre pas dans les caisses de l’Etat. Il faut rétablir la Gécamines qui était le grand pourvoyeur du budget de l’Etat, qui est devenue une histoire des privés, je pense que l’Etat congolais est en train de se rechercher mais je doute fort, de la manière dont il se recherche qu’on puisse déboucher sur le développement»,  a-t-il souligné.

Il sied de rappeler qu’un bon de trésor est un titre d’emprunt émis par l’Etat et remboursable à l’échéance. La République démocratique du Congo entend lever 150 milliards de Francs congolais sur le marché local, essentiellement à travers les bons de trésor, où l’acheteur d’un bon de trésor se retrouve donc créancier de l’Etat. Ce dernier s’engage alors à rembourser à l’acheteur à une échéance déterminée et à lui verser régulièrement des intérêts.

Marlene Basusu