Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Victime des arrêts de la Cour Constitutionnelle : Le Collectif des 31 Députés nationaux invalidés chez Joseph Olenghankoy

Victime des arrêts de la Cour Constitutionnelle : Le Collectif des 31 Députés nationaux invalidés chez Joseph Olenghankoy

This post has already been read 548 times!

Ils sont convaincus qu’ils ont été réellement élus et leurs causes seront entendues auprès des institutions habilitées  afin qu’ils soient définitivement rétablis dans leurs droits les plus légitimes. Ils, ce sont les 31 députés nationaux proclamés en premier et dernier ressort par la Cour Constitutionnelle mais, invalidés par les arrêts rendus publics par la Chambre spéciale de la même Cour. Ils ont été reçus ce Jeudi 10 octobre 2019, par Joseph Olenghankoy Mukundji, président  du Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus Electoral (CNSA).

Institution ayant entre autres objectif, le suivi du processus électoral, le collectif des députés nationaux victimes des arrêts de la Cour Constitutionnelle est allé rencontrer le président du CNSA afin qu’il pèse de tout son poids et saisir les institutions concernées afin de mettre fin au dédoublement des arrêts qui posent problème en violation de l’article 168 de la  Constitution. Au sortir d’une séance de travail plus laborieuse et formelle qu’il a eu avec le patron du CNSA, le porte-parole du Collectif des 31 députés nationaux invalidés, Louis D’or Balekelayi s’est exprimé en ces termes: “Nous, en tant que députés nationaux élus, proclamés en premier et dernier ressort par la Cour Constitutionnelle au terme de ses arrêts du mois de mai et juin 2019, nous sommes venus en tant que produit du processus électoral du CNSA, lui soumettre le problème du dédouanement des arrêts qui posent problème en RDC avec les arrêts de la Constitution rendus publics par la Chambre spéciale en violation de l’article 168 de la Constitution. Nous sommes venus lui exposer nos problèmes parce qu’il est l’institution habilitée à décrisper aussi la situation politique d’autant plus qu’il existe effectivement de la crispation posée par ce problème. Et donc, nous pouvons dire à l’opinion qu’il y a un début d’apaisement aujourd’hui  de notre part. L’opinion doit savoir que nous sommes réellement élus et qu’elle n’y ait aucun complexe de nous appeler honorables députés. Le CNSA reconnaît que nous avons des arrêts qui n’ont jamais été abrogés. Il va donc s’investir pour que d’autres institutions de la République convergent vers une situation qui puisse nous donner satisfaction et gain de cause”.

La Pros.