Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Volte-face

This post has already been read 37177 times!

Tel un virage serpenté, la question de désignation du Porte-parole de l’Opposition peut, vraisemblablement, briser le ‘’simulacre’’ d’unité qui continue encore à resserrer le rang de l’Opposition, surtout si cela est très mal négociée. Car, d’après moult observateurs, cette désignation devrait absolument mettre d’accord tous les 4 leaders de l’Opposition et leurs troupes de la coalition Lamuka, muée depuis un temps en une plateforme politique. Dans le cas contraire, l’opposition pourrait davantage s’affaiblir et s’exposer au risque de ne plus être en mesure de tenir tête au duo Tshisekedi-Kabila, vu plutôt comme le père de la coalition au pouvoir. Puisque les lignes bougent, sachant que les alliances se font et se défont régulièrement en politique, la correspondance du groupe parlementaire MS-G7 adressée aux deux Présidents du parlement, leur demandant de prendre des dispositions pour la désignation d’un Porte-parole de l’Opposition, serait examinée comme un signe avant-coureur, allant tout droit vers une atomisation probable de l’Opposition congolaise. Telle une pierre d’achoppement, l’antagonisme du pouvoir déjà habitué par la bataille intempestive et sempiternelle des égos, est appelée, cette fois-ci, à se placer au-dessus de la mêlée, et de permettre à tout un chacun de jouer sa partition. Pour sa part, le  MS-G7, à travers cette démarche,  semble s’inscrire dans la vision de Félix Tshisekedi qui, lui, avant même qu’il se rende à Beni où il se retrouve en ce moment, au cours de son passage à Radio Vatican, il n’avait jamais cessé d’encenser une Opposition porteuse des idéaux progressistes. C’est pourquoi, avait-il laissé entendre que la désignation d’un ‘’Porte-parole’’ de l’Opposition  allait faire avancer les choses en RDC. Mais, une question se pose, si Bemba, Muzito, Fayulu et Katumbi n’arrivent pas à se mettre d’accord sur un seul choix  à travers leurs élus, ni au poste du Rapporteur adjoint à l’Assemblée nationale, poste resté vacant depuis plusieurs mois, encore moins à cette désignation, qu’adviendra-t-il ? D’aucuns estiment que l’on irait tout droit vers l’émiettement d’une plateforme politique dont le seul et unique objectif n’aura été que l’intérêt personnel, au lieu  de promouvoir l’intérêt national. Après tout, le rôle de l’Opposition n’est-il pas de formuler des propositions  par des moyens légaux pour faire avancer le pays ? Seulement, avec les leaders congolais, il y a fort à parier que l’effet ‘‘Genève’’ se reproduise, avec la ‘‘volte-face’’ de différentes ‘‘bases’’, si jamais ‘‘quelqu’un’’ est désigné.

La Pros.