Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[Affaire ‘’pertes techniques et non techniques’’] SNEL : Lushima Djunga accuse Atundu et Kayombo chez Félix Tshisekedi !

[Affaire ‘’pertes techniques et non techniques’’] SNEL : Lushima Djunga accuse Atundu et Kayombo chez Félix Tshisekedi !

This post has already been read 205 times!

*Il transmet au   Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo,  un   document intitulé : «Crucifixion scientifique du tandem Atundu – Kayombo par les pertes techniques et pertes non techniques de la SNEL, SA ». Florent Délice Lushima Djunga Wembadio y  joint également son   Tableau de bord contenant des chiffres qu’il considère comme étant  clairs, exacts, fiables, disponibles, vérifiables et inattaquables sur la gestion calamiteuse de l’énergie non facturée qui a atteint des niveaux excessifs sous le management du tandem Atundu – Kayombo.

Il  recourt, dit-il, au langage des    chiffres parce qui, à  son avis,  les chiffres parlent mieux que quiconque. D’ailleurs, les chiffres s’expriment, selon lui,  mieux que les instruments de musique, les versets bibliques, les textes juridiques, les tableaux des artistes, les ordonnances médicales, les  discours politiques.  Les chiffres, insiste-t-il,  ont le mérite d’avoir la même signification sous les cieux, les eaux et partout sur la terre. Voilà pourquoi,  ‘’les Experts en gestion des sociétés d’électricité qui analyseront mon Tableau de bord, reconnaîtront sa très haute valeur scientifique et aboutiront à la même conclusion sur la gestion calamiteuse de la SNEL, SA, sous le management chaotique du tandem Atundu – Kayombo’’, soutient Lushima Djunga, dans une lettre au Chef de l’Etat.

Et, comme si cela ne suffisait pas, il écrit, en outre,  une lettre ouverte  à Atundu et Kayombo respectivement, Président du Conseil d’Administration et Directeur Général de la SNEL, ainsi qu’à tous  Ingénieurs civils aussi bien curieux qu’intéressés.

Sur un autre registre, il s’oppose à toute tentative de privatisation de la SNEL.

«Le salut de la SNEL ne proviendrait à court terme, ni de sa clientèle industrielle (HT et MT), ni du pauvre Etat Congolais, ni de l’exportation, ni de l’Occident, mais de l’amélioration de la gestion de sa clientèle basse tension ou domestique. La SNEL est capable de multiplier par 5, au minimum, ses ventes et ses recettes sur sa clientèle basse tension ou domestique sans modifier ou en diminuant son tarif moyen en vigueur. Etranglé par le poids de sa dette odieuse, le pauvre Etat Congolais est incapable de payer sa facture d’électricité parce qu’il est victime de surfacturation du fait que l’énergie lui facturée représente quasiment le triple de sa consommation effective », déclare-t-il, depuis plusieurs décennies.

Ici, Lushima Djunga  alerte Félix Tshisekedi et prévient Atundu et Kayombo sur le danger que court la SNEL au sujet de ces pertes techniques et non techniques dont il situe la teneur à des niveaux aussi bien excessifs qu’insoupçonnés.

Lisez-le !!!

La Pros.

 

A Sa Très Haute Excellence

Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO

Président de la République Démocratique

du Congo, Chef de l’Etat Légitime

à Kinshasa

(Avec l’expression de mes hommages les plus  déférents)

 

Concerne   : – Crucifixion scientifique  du tandem Atundu – Kayombo par les   pertes techniques et pertes non techniques de la SNEL, SA.

            Débat sur les pertes définitivement clos, faute des contradicteurs

 

C.I.:    – Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

                 – Son Excellence Monsieur le Ministre du Portefeuille

                 – Son Excellence Monsieur le Ministre des Ressources Hydrauliques et Electricité                

                 – Monsieur le Président du Conseil Supérieur du Portefeuille

                 – Société Nationale d’Electricité, SNEL, SA. (PCA et DG)

 

Tableau de bord de la SNEL, SA, en GWH en 2018

 

  1. Energie brute produite en 2018 :   277 Tableau I
  2. Energie livrée ou vendue aux clients en 2018 :   542 Tableaux I et VII
  3. Energie non facturée en 1998  :        572 Tableau IV
  4. Energie non facturée de 2014 à 2018  :   304 Tableau II, III et IV
  5. Energie non facturée en 2017 et 2018 :     832  Tableau II, III et IV
  6. Energie facturée aux clients BT et MT  :     044  Tableau I et VII
  7. Energie facturée aux clients MT et HT :     541  Tableau I et VII
  8. Energie facturée aux clients HT  :     492  Tableau I et VII
  9. Consommation des clients BT en 2018 :     774  Tableau I et VII
  10. Consommation de la Côte d’Ivoire en 2007 :     457

 

Décryptage du tableau de bord ou de la boite noire de la SNEL, SA

 

12.304 >11.277 > 10.542            :        C’est la désintégration totale de la Société

12.304 >  5.832 >   3.044             :        C’est la désintégration totale de la Société

12.304 >  5.832 >   5.541             :        C’est la désintégration totale de la Société

12.304 >  5.832 >   4.492             :        C’est la désintégration totale de la Société

 

 

 

Je rêve d’un Congo meilleur. Nous avons le devoir de construire un Congo meilleur où tous les enfants, filles et garçons, ont droit à l’éducation, à la santé ; un Congo où toute personne orpheline, veuve, vulnérable ou vivant avec handicap, est accompagnée par des institutions de l’Etat. Un Congo débarrassé de la haine et du tribalisme. Nous n’avons pas le droit de léguer à notre postérité la misère. Nous sommes en  train d’écrire l’histoire de notre pays et les générations futures nous jugeront. Dixit Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO. Quel magnifique rêve !  Sa réalisation exige l’accompagnement des hommes et des femmes compétents, ambitieux, rêveurs, intègres, travailleurs, altruistes, créateurs sans cesse des richesses nouvelles ou additionnelles à l’instar de Madame Agnès MWAD KATANG, Directeur Général de la CNSS qui, sans financement extérieur, réalise des exploits grâce à la maximisation des recettes de son entreprise. Elle est un modèle à suivre.

 

Je connais la SNEL et la SNEL me connait, je suis le produit fini de la SNEL

 

LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO

Directeur retraité et maltraité

Concepteur du Projet CVS et ASIC

Analyste Financier de l’ESSEC de Paris

Ancien Etudiant du Professeur S.ILUNKAMBA

Ya TSHITSHI de la SNEL, SA.

 

= Kinshasa, le 07 Octobre  2019 =

De 1975 à 2015

 

 

 

 

Exp. : LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO                     Kinshasa, le 07 Octobre 2019

Rue Lusuasua N° 13

Quartier Macampagne Saint-Luc

Commune de Ngaliema

 

                                                                       A  Sa Très Haute Excellence Monsieur le

   Président de la République Démocratique

   du Congo, Chef de l’Etat Légitime

   (Avec l’expression de mes hommages les

    plus déférents)

   à Kinshasa           

Sa Très Haute Excellence,

 

Concerne  : – Crucifixion scientifique  du tandem Atundu – Kayombo par les  

pertes techniques et pertes non techniques de la SNEL, SA.

            Débat sur les pertes définitivement clos, faute des contradicteurs

           

                    J’ai l’honneur de porter très respectueusement à la connaissance de Votre Très Haute Excellence que lors de la présentation aux Cadres de la SNEL, SA, et aux Experts Européens du Groupement EEFF-ICM-MEDIS, des résultats de mon étude inédite, intitulée « Projet CVS et ASIC », menée à partir des 9 bilans énergétiques de la SNEL, DDK, de 1990 à 1998, j’avais fait le 16 Février 1999 en termes de parabole la déclaration suivante :

 

«Le salut de la SNEL ne proviendrait à court terme, ni de sa clientèle industrielle (HT et MT), ni du pauvre Etat Congolais, ni de l’exportation, ni de l’Occident, mais de l’amélioration de la gestion de sa clientèle basse tension ou domestique. La SNEL est capable de multiplier par 5, au minimum, ses ventes et ses recettes sur sa clientèle basse tension ou domestique sans modifier ou en diminuant son tarif moyen en vigueur. Etranglé par le poids de sa dette odieuse, le pauvre Etat Congolais est incapable de payer sa facture d’électricité parce qu’il est victime de surfacturation du fait que l’énergie lui facturée représente quasiment le triple de sa consommation effective ».

 

                    Tous les Ingénieurs Civils et Mandataires Publics de la SNEL, SA, excepté l’ADG Noël Vika-di-Panzu, se sont ligués comme un seul homme pour détruire ma thèse en rejetant la progression permanente de l’énergie non facturée et la surfacturation dont le pauvre Etat Congolais était victime pendant plusieurs années. L’ADG Noël Vika-di-Panzu est l’unique Ingénieur Civil et Mandataire de l’Etat qui m’a approché pour découvrir la « Mine d’Or » qui est cachée dans les habitations des consommateurs domestiques. Après avoir examiné le                  « Projet CVS et ASIC », pendant cinq heures dans un hôtel de haut standing à Kinshasa, de 14h00’  à 19h00’, Monsieur Noël a eu le courage de reconnaitre publiquement devant les travailleurs sa très haute valeur scientifique le 22 Décembre 2004. Qu’il trouve ici l’expression de ma profonde gratitude pour tout ce qu’il a fait en ma faveur. Tous les autres y compris le tandem Atundu – Kayombo ont catégoriquement refusé de me recevoir et de m’entendre.

 

A cause de cette étude qui a créé plus de 3.000 emplois en faveur des enfants de tous mes persécuteurs, excepté ceux de LUSHIMA DJUNGA, j’ai été plusieurs fois interpellé par les Services de Sécurité où ils m’accusaient d’avoir publié des faux chiffres issus des bilans énergétiques de la SNEL, SA, d’être un élément dangereux  qui était contre le nouveau régime de l’AFDL et de chercher à multiplier par 5 l’énergie livrée, l’énergie facturée et les tarifs domestiques afin d’inciter la population à se soulever contre le nouveau pouvoir. Ils m’ont vilipendé  partout en me traitant de fou parce que je n’ai pas fait à l’Université les études d’engineering pour être capable d’interpréter les pertes techniques et pertes non techniques d’une société d’électricité aussi complexe comme la SNEL, SA. Heureusement pour moi, je n’ai jamais été arrêté comme le souhaitaient mes persécuteurs parce que tous les Cadres des Services de Sécurité qui m’interpellaient me donnaient raison après avoir suivi mes explications et m’exhortaient à tenir bon. Ils me disaient que la vérité finira par triompher tôt ou tard.

Les Ingénieurs Civils et Mandataires de l’Etat, mes détracteurs et persécuteurs       devant l’Eternel Dieu Tout-Puissant, ont confectionné sous le mandat du tandem Professeur                   Maloba – Muyumba un communiqué de presse extraordinaire intitulé « Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ». Cet étrange communiqué dans lequel le nom de LUSHIMA DJUNGA a été cité 21 fois fut largement diffusé dans les journaux locaux, à la télévision, à la radio et sur Internet dans l’unique but d’enterrer vivant le fils de WEMBADIO, leur mal aimé. Il a été publié dans les journaux, ci-après :

 

Le Potentiel : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; Forum des AS : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; UHURU : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ;

La Tempête des Tropiques : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; Nouvel Elan : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; UMOJA : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; Le Phare : Réaction de la SNEl, contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; ELIMA : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; Liberté : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; Demain le Congo : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; L’Alerte : Réaction de la SNEL, contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; La Manchette : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ; Le Socle : Réaction de la SNEL contre les théories erronées et irréalistes de Monsieur LUSHIMA DJUNGA ;

 

Après 20 années de persécution cruelle et méchante ; 20 années des calomnies ; 20 années d’injures ; 22 années de privation de mes salaires, soit de 1997 à 2019 ;

20 années de destruction systématique de mon image dans tous les cabinets politiques ; 20 années de diabolisation à outrance ; 20 années de dénigrement,  de mépris et de médisance ; 20 années d’allégations mensongères sur ma supposée folie dépourvue d’un certificat médical délivré par un médecin psychiatre, etc… ; le temps m’a donné raison. La progression excessive de l’énergie non facturée sous le management du tandem Atundu – Kayombo et la surfacturation dont le pauvre Etat Congolais était victime pendant plusieurs années, sont devenues deux réalités indéniables au grand dam de tous mes persécuteurs.

 

Pendant 20 ans, je ne fais que défendre mon étude devant les Experts de toutes les structures spécialisées du pays qui s’intéressent au secteur de l’électricité. J’ai toujours refusé de parler de moi-même devant mes persécuteurs. Mais au pays des calomniateurs comme le nôtre où le militantisme vaut plus que l’expertise parce qu’il est considéré comme l’unique moyen réservé au citoyen pour être pris en considération, Dieu exhorte toute personne victime de diffamation et de diabolisation de se faire entendre et de parler, mais sans exagération, de sa vie afin de restituer la vérité et de confondre les calomniateurs dans leur métier très prisé de diabolisation des personnes qui, sans raison majeure, sont indésirables à leurs yeux.

 

Le cas de LUSHIMA DJUNGA, « Ya TSHITSHI de la SNEL, SA », comme tous les anciens de la Société l’appellent affectueusement pour avoir lutté courageusement contre toute tentative de privatisation de la SNEL, SA, et mis au service de la Société ses meilleurs talents qu’il a reçus gratuitement de l’Eternel Dieu, est l’illustration la plus éloquente des Congolais victimes de la persécution et d’injustices injustifiées de la part des supers Congolais qui s’estiment être propriétaires du Congo et vivent au-dessus  des lois de la République. Il réclame ensemble avec tous les autres anciens Membres du Comité de Gestion Lubangi pendant 22 ans, soit de 1997 à 2019, mais en vain, le paiement de leurs droits les plus légitimes approuvés par toutes les Autorités compétentes. Le tandem Atundu – Kayombo s’y oppose farouchement, parce qu’il estime que l’ex-PDG Lubangi et consorts ne sont pas des Congolais et de ce fait, ils ne méritent pas de bénéficier des droits reconnus à tous les Mandataires de l’Etat qui se succèdent à la tête de la SNEL, SA. Les acomptes sur salaires qu’ils percevaient par mois, se présentaient de la manière suivante : PDG 2.028,42 USD ; ADT : 1.303,47 USD et ADF : 1.303,47 USD.

Né des parents pauvres, paysans, illettrés ne sachant ni lire, ni écrire dans la région qui a été la plus marginalisée par les colonisateurs belges dans le domaine de l’enseignement et des infrastructures à cause des révoltes des soldats de Ngongo Leteta, leur Chef emblématique tué par pendaison, contre la colonisation belge pendant l’Etat Indépendant du Congo, région la plus enclavée et la plus pauvre caractérisée par le taux d’analphabétisation le plus élevé du pays où le villageois est incapable de s’exprimer en français selon la volonté des colonisateurs qui n’y ont pas construit d’écoles sérieuses comme dans tout le reste du pays. On comprend pourquoi, partout où j’ai étudié à Lubefu, à Lodja, à Kalemie, à Bujumbura, à Kananga, j’ai toujours été le médiocre élève en français, mais le meilleur en mathématique.

 

Pour être admis en première année du Cycle d’Orientation au Groupe Scolaire de Lubuyi à Albertville, aujourd’hui Kalemie, le récipiendaire devait obtenir au concours d’admission 50 % en français et 50 % en mathématique. Le petit LUSHIMA réalisa son premier exploit qui sera suivi par d’autres en obtenant zéro points en français et tous les points, c’est-à-dire 100 % des points en mathématique. Surprise agréablement par ce résultat inédit, la Direction de l’école fut obligée de violer son propre règlement en y inscrivant l’enfant LUSHIMA avec l’obligation de suivre les cours de rattrapage en français, son niveau ayant été jugé très bas en rapport à celui de ses condisciples pour des raisons déjà évoquées. Impressionné par son niveau très bas en français et très élevé en mathématique, le Révérend Père Louis, Curé de la Paroisse Saint Clément à Kananga, le recommanda affectueusement auprès de Caritas Congo qui prit en charge toutes ses études secondaires à Kananga. Le petit LUSHIMA DJUNGA fut donc élève boursier de Caritas Congo dès son jeune âge.

 

Pendant que j’étais encore étudiant finaliste à l’Université de Kinshasa où j’ai été enseigné par le Professeur Sylvestre ILUNGA ILUNKAMBA, actuel Premier Ministre, je donnais le cours de comptabilité et des leçons associées à l’Institut Kimbanguiste de Ngilima à Matete et à l’Institut Saint Raphaël à Limete. J’ai été recruté de l’Université à l’âge de 25 ans suite au concours organisé par l’Ingénieur Civil SILINGBI SINGBA – SAI pour le compte de la SNEL en 1975. J’ai fait deux fois l’examen de comptabilité parce que j’ai été soupçonné par les examinateurs d’avoir triché pour obtenir la côte stratosphérique. Le résultat du deuxième examen avait confirmé celui du premier. J’ai été engagé et affecté à la Division Financière de l’ex-COMECTRIK, Société d’Electricité qui venait d’être dissoute au profit de la SNEL. On l’appelait la SNEL Distribution sous la direction de l’Ingénieur Civil NYINDU KITENGE.

 

Les Cadres Expatriés belges qui étaient chargés de préparer les Cadres Nationaux pendant cinq ans, m’ont encadré dans l’élaboration et l’analyse des bilans énergétiques, des rapports commerciaux et des états financiers de l’ex-COMECTRIK. Ils m’ont envoyé en stage professionnel d’un très haut niveau pendant deux ans de 1984 à 1986 dans les Sociétés d’Electricité de la Belgique, de la France et de l’Allemagne en vue de renforcer mes capacités en gestion d’une société d’électricité.  C’est en Belgique lors de mon stage en comptabilité chez ACEC-Charleroi que j’ai rencontré mon ami André Foko Tomesa, Secrétaire Exécutif du Conseil Permanent de la Comptabilité au Congo en sigle CPCC. En France, mes encadreurs de l’Electricité de France, EDF, m’ont persuadé de compléter ma formation en suivant les cours d’analyse financière à l’ISSEC, Institut du Groupe ESSEC de Paris. J’étais accompagné durant mon stage de ma charmante et unique épouse, et de mes trois premiers enfants. Aucun autre Cadre de la Société n’a bénéficié de ce privilège exceptionnel réservé aux Cadres exceptionnels.

 

Je suis donc très fier de mon expertise avérée acquise aux frais de la SNEL, SA, dans la gestion des sociétés d’électricité et de très hautes valeurs morales que j’incarne. J’ai effectué une brillante et extraordinaire carrière professionnelle ininterrompue au sein de la SNEL, SA, pendant 40 ans, soit, de 1975 à 2015, durant laquelle je n’ai aimé aucune femme, Agent de la Société. Je ne prends pas d’alcool, je ne fume pas, je ne commets pas d’adultère, je ne fréquente pas les lieux malsains. Je n’ai jamais été nommé Mandataire de l’Etat par le Président de la République, mais, je suis heureux parce que ma réputation a traversé les frontières de la SNEL, SA, elle surpasse celle de nombreux Mandataires de l’Etat nommés par le Chef de l’Etat.                       Je suis connu même dans le village de mes persécuteurs grâce à mon savoir être et à mon savoir-faire. Je suis l’unique Cadre formé par la SNEL, SA, capable d’interpréter avec dextérité sans le concours d’un assistant, les bilans énergétiques, les rapports commerciaux et les états financiers d’une part, et les pertes techniques et pertes non techniques de la Société d’autre part.

 

A cause de la confiscation arbitraire et méchante par le tandem Atundu – Kayombo de leurs droits les plus légitimes, Monsieur Lubangi, ex-PDG, 83 ans, l’un des premiers Ingénieurs Civils en électricité du pays, est malvoyant et souffre de la maladie de Parkinson aux côtés de son épouse atteinte de la paralysie et condamnée à vivre sur une chaise roulante depuis 2013 ; Monsieur KUNDA PAKA, ex-ADT, est décédé à l’âge de 71 ans, le 06 Octobre 2014, sans jouir des fruits de son travail. Son épouse est malade, elle souffre de mal au dos et marche péniblement. Quant à Monsieur LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO, ex-ADF, âgé de 69 ans, il est diabétique. Il a été terrassé par un AVC le 24 Mai 2019 à cause de ce litige vieux de 22 ans. Heureusement, il a été immédiatement pris en charge par un centre hospitalier approprié. Son épouse est décédée                     le 1er Janvier 2017. L’indifférence et l’insensibilité du tandem Atundu – Kayombo                                 face à la situation sanitaire préoccupante de l’ex-PDG Lubangi et consorts étonnent toutes les âmes sensibles. Incroyable, mais vrai.

 

Pour terminer, je vous prie, Sa Très Haute Excellence, de bien vouloir trouver ci-joint mon document intitulé : «Crucifixion scientifique du tandem Atundu – Kayombo par les pertes techniques et pertes non techniques de la SNEL, SA ». Vous y trouverez mon Tableau de bord contenant des chiffres clairs, exacts, fiables, disponibles, vérifiables et inattaquables sur la gestion calamiteuse de l’énergie non facturée qui a atteint des niveaux excessifs sous le management du tandem Atundu – Kayombo.

 

Permettez-moi de recourir aux chiffres parce que les chiffres parlent mieux que quiconque. En effet, les chiffres s’expriment mieux que les instruments de musique, les versets bibliques, les textes juridiques, les tableaux des artistes, les ordonnances médicales, les                  discours politiques. Les chiffres ont le mérite d’avoir la même signification sous les cieux, les eaux et partout sur la terre. Tous les Experts en gestion des sociétés d’électricité qui analyseront mon Tableau de bord, reconnaîtront sa très haute valeur scientifique et aboutiront à la même conclusion sur la gestion calamiteuse de la SNEL, SA, sous le management chaotique du tandem Atundu – Kayombo.

 

Veuillez agréer, Sa Très Haute Excellence, l’expression de mes hommages les plus déférents.

 

 

LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO

Directeur retraité et maltraité

Concepteur du Projet CVS et ASIC

Analyste Financier de l’ESSEC de Paris

Ancien étudiant du Professeur S.ILUNKAMBA

Ya TSHITSHI de la SNEL, SA.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crucifixion scientifique  du tandem

Atundu – Kayombo par les pertes techniques

et pertes non techniques de la SNEL, SA.

 

 

 

 

Après le débat organisé par les Ingénieurs Civils et Mandataires de l’Etat de la SNEL, SA, sous le tandem Professeur Maloba –  Muyumba, les 04 et 18 Août 2003, je demande à Monsieur le Directeur Général de la SNEL, SA, d’organiser un deuxième débat, cette fois-ci de clarification, au cours duquel tous les Ingénieurs Civils et Mandataires de l’Etat, mes détracteurs et mes persécuteurs devant l’Eternel Dieu, prouveront devant la Nation que les chiffres issus des bilans énergétiques de la SNEL, SA, que je publie depuis le 16 Février 1999 sont faux, que ma folie est reconnue par un certificat médical  délivré par un médecin psychiatre et que ma théorie sur l’augmentation excessive de l’énergie non facturée et la surfacturation dont le pauvre Etat Congolais était victime, est une théorie erronée et irréaliste. J’affirme et répète en réaffirmant qu’aucun parmi mes persécuteurs ne sera capable de modifier ou de déplacer un seul iota parmi les chiffres publiés dans mon Tableau de bord. Les chiffres m’obéissent et me respectent mieux que le tandem             Atundu – Kayombo parce qu’ils me connaissent depuis mon enfance. J’arrêterai de réclamer mes droits les plus  légitimes, vieux de 22 ans, soit de 1997 à 2019, reconnus par toutes les Autorités compétentes dès le paiement du premier acompte.

 

Fait à Kinshasa, le 07 Octobre 2019

LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO

Ya TSHITSHI de la SNEL, SA.

 

 

 

 

 

 

 

Lettre ouverte au tandem Atundu – Kayombo

et à tous les Ingénieurs Civils de la RDC

 

 

Concerne : Lamentations des victimes silencieuses du tandem

                   Atundu – Kayombo, leur assassin silencieux

 

Après avoir lu attentivement et sereinement ma lettre du 07 Octobre 2019 adressée à Sa Très Haute Excellence, Antoine Félix TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président  de la République, et mon Tableau de bord reflétant la gestion chaotique de la SNEL, SA, sous votre management, je suis persuadé que vous pouvez désormais vous faire une opinion sur ma personnalité et l’évolution de ma brillante et extraordinaire carrière professionnelle ininterrompue pendant 40 ans au sein de la SNEL, SA, soit de 1975 à 2015. Kadogo de la première heure à l’âge de 14 ans, j’ai été sauvé par Mzee L.D. Kabila grâce à l’intervention de mon frère et ami Charles Pungu, un autre Kadogo qui lui avait donné la définition exacte du mot « Putschiste » à Kalemie en 1964. Ancien élève de l’Athénée d’Elisabethville, aujourd’hui Lubumbashi, Charles avait un niveau très élevé en français qui avait séduit Laurent Désiré Kabila encore très jeune.

 

Né des parents pauvres, paysans, illettrés, ne sachant ni lire, ni écrire, je dois tout à la SNEL, SA, entreprise que j’ai toujours considérée comme mon père et ma mère, parce qu’elle m’a tout donné en commençant par le crédit qui m’avait permis de doter ma charmante et unique épouse, la défunte Elisabeth OLOMBA MUNDEKE en 1976, à l’époque du PDG Faustin NZEZA MAKUNSI. Depuis mon recrutement par la SNEL, SA, de l’Université en 1975, la Société a investi beaucoup d’argent dans ma formation aussi bien au pays qu’à l’étranger.

 

Tous les Expatriés Européens de l’ex-COMECTRICK, pépinière de meilleurs cadres de la Société, qui m’ont encadré doivent être fiers de LUSHIMA DJUNGA. Ils ont légué à la SNEL, SA, un Cadre d’un très haut niveau en gestion des sociétés d’électricité  que l’on ne ramasse pas à la pelle, capable d’interpréter avec dextérité depuis l’âge de 25 ans sans le concours d’un assistant, les niveaux des pertes techniques et pertes non techniques de la SNEL, SA.  C’est une matière très hautement technique qu’on n’apprend pas à l’âge de 50 ans, ni au Comité de Gestion, ni au Conseil d’Administration de la Société.

 

Sous le leadership de Son Excellence, Joseph Kabila Kabange, Président de la République, Chef de l’Etat, la SNEL, SA, a enregistré des performances pharaoniques jamais réalisées en Afrique en termes de production et de consommation de l’énergie électrique. En effet, la production est passée de 5.778 GWH en 2001 à 11.277 GWH en 2018 tandis que la consommation est passée de 5.357 GWH en 2001 à 10.542 GW en 2018. Le Sénateur à vie, homme aux nerfs d’acier, a hissé la RDC dans le top 10 des plus grands pays producteurs et consommateurs de l’énergie électrique en Afrique n’en déplaise à ses calomniateurs. Qu’il trouve ici l’expression de mes très sincères félicitations.

 

L’énergie électrique est un produit hautement stratégique qui se trouve en amont de toutes les activités socio-économiques d’une nation. Considérant les performances prodigieuses réalisées par la SNEL, SA, de 2001 à 2018, j’ai toujours défendu le Président honoraire Joseph Kabila Kabange en soutenant que son bilan était largement positif. Dans mon article publié dans le Journal La Prospérité N° 4945 du 26 Novembre 2018 au sujet de ce bilan, j’ai lancé un défi à tous les contradicteurs pour me prouver le contraire, mais personne ne m’a contredit jusqu’à ce jour. Fier de ce que je suis, je défends les valeurs et non les individus parce que les valeurs reflètent la personnalité de tous les grands hommes et les immortalisent. Je déteste les antivaleurs  telles que la haine, le mensonge, la médisance, la paresse, la calomnie, la corruption, la médiocrité, etc…  Le nom de LUSHIMA DJUNGA n’a jamais été et ne sera jamais cité dans les dossiers sales. Tous ceux qui le connaissent le savent.

 

C’est pourquoi, j’apprécie à sa juste valeur, l’immense humilité qui caractérise Sa Très Haute Excellence, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République pour avoir reconnu qu’il n’a pas hérité d’un pays en lambeaux, mais un pays normal, un pays debout sur les rails avec les Institutions stables qui fonctionnent normalement, une armée et une police bien structurées qui font la fierté de toute la nation et de tous les hommes honnêtes, sincères et sérieux qui aiment encore ce pays magnifique. Il est diamétralement opposé à son père qui faisait trembler les malfaiteurs chaque fois qu’il prenait la parole. Il est Homme de paix, de justice et de grand cœur qui ne rêve que de la grandeur, de la dignité et de la prospérité de son pays. Il a prouvé sa détermination à hisser le pays à un niveau très élevé dans le concert des nations et à en chasser la pauvreté. Il mérite le soutien du peuple.

 

Malheureusement, l’augmentation exponentielle de la production et de la consommation de l’énergie électrique n’a pas impacté le chiffre d’affaires, les recettes et la trésorerie de la Société à cause de votre gestion calamiteuse caractérisée par l’augmentation excessive de l’énergie non facturée. Malgré cette performance historique, la SNEL, SA, se classe en termes des ventes et recettes sous votre management derrière toutes les sociétés d’électricité des pays dont la production est de + 5.000  GWH l’an. L’exemple d’une société des télécommunications qui avait réalisé les recettes de l’ordre de 198,89 millions USD par mois, alors que la SNEL, SA, n’a réalisé sur sa clientèle domestique que des recettes médiocres de l’ordre de 75,64 millions USD pour toute l’année 2018 devrait vous interpeller

 

Sans financement extérieur, l’Institut National de la Sécurité Sociale, aujourd’hui Caisse Nationale de la Sécurité Sociale, CNSS, canard boiteux pendant des décennies, est en train d’émerger et de réaliser des performances prodigieuses sous le management de Madame Agnès MWAD KATANG alors que la SNEL, SA, se distingue comme les Experts de Manitoba HI dans l’augmentation exponentielle de son énergie non facturée comme si elle n’avait pas besoin d’argent et se réjouit des bénéfices artificiels qu’elle réalise. Madame Agnès MWAD KATANG                  a découvert le secret de développement de toutes les entreprises révélé par Dieu lui-même dans sa parabole des talents qui constitue  le fondement de la gestion financière.

 

Au lieu de travailler pour la rentabilisation de la société dont la direction vous a été confiée, vous avez consacré tout le temps de votre gestion à la persécution de LUSHIMA DJUNGA en confisquant arbitrairement et illégalement ses rémunérations, vieilles de 22 ans, soit de 1997 à 2019, approuvées par le Président du Conseil Supérieur du Portefeuille; le Ministre du Portefeuille ; le Ministre de l’Energie ; Madame le Ministre des Droits Humains ; le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux ; la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe et la Cour Constitutionnelle. Votre tandem est-il  au-dessus  de la loi ?

 

Cette attitude immorale vis-à-vis des droits les plus légitimes dus aux anciens Mandataires de l’Etat du Comité de Gestion Lubangi, est en contradiction manifeste avec le nouveau vent qui souffle dans le pays depuis l’avènement à la Magistrature Suprême de Sa Très Haute Excellence, Antoine Félix TSHISEKEDI TSHILOMBO qui prône la restauration d’un Etat de Droit, la primauté de la Loi et l’égalité de tous les Citoyens devant la Justice. Toutes les formes de corruption comme celle pratiquée à travers le « Fait saillant criminel du 15 Juin 2016 » est une antivaleur géante à déboulonner définitivement du pays.

 

Ils ont dirigé la SNEL, SA, de 1997 à 2000, en exerçant leur mandat dans un contexte extrêmement difficile et inédit dans l’histoire de la Société depuis sa création en 1970, caractérisé par : le changement révolutionnaire du pouvoir par les armes intervenu le 17 Mai 1997 par opposition à l’alternance civilisée et pacifique du pouvoir intervenue le 24 Janvier 2019 ; l’occupation du barrage d’INGA par les agresseurs Rwando-ougando-burundais au mois d’Août 1998 qui plongea la Ville de Kinshasa, la Capitale, dans l’obscurité totale ; la cession par l’Etat de deux Directions de Distribution de Kinshasa, (DKS et DKE) au Groupement Européen EEFF-ICM-MEDIS ; la gratuité de la consommation de l’énergie électrique décrétée par Mzee Laurent Désiré Kabila ; la fin du contrat d’exportation de l’électricité vers le Zimbabwe, etc.

 

Chacun d’eux, a été arrêté, humilié et jeté soit en prison, soit au cachot de la mort à cause des coupures d’électricité durant l’exercice de leur mandat et la signature du contrat d’exportation de l’électricité vers l’Afrique du Sud pendant la guerre en 1998. Le PDG Lubangi a été arbitrairement arrêté et jeté aux cachots de DEMIAP et de GLM ainsi qu’à la Prison de Makala ; l’ADT Kunda Paka a été arbitrairement arrêté et jeté aux cachots du Camp KOKOLO et de KIN MAZIERE. Quand on n’a pas encore été arrêté et vécu au cachot, il est difficile de savoir la signification exacte du cachot. Aucun parmi vous deux n’a connu le cachot souterrain de GLM pour évaluer la souffrance subie par l’ex-PDG Lubangi et consorts.

 

Quant à l’ADF LUSHIMA DJUNGA, il a été arbitrairement arrêté et jeté au cachot souterrain de GLM où il fut torturé et fouetté comme un malfrat ainsi qu’aux cachots de la DEMIAP, de l’ANR et de la TGI/Gombe. Il n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention divine par la regrettée Maman EGWANKE. Pendant que Monsieur  LUSHIMA DJUNGA était maltraité au cachot de GLM, sa résidence fut perquisitionnée de fonds à comble par les Militaires qui emportèrent tous ses biens de valeur y compris la Jeep neuve de son épouse.  Il porte jusqu’à ce jour les stigmates de ces tortures sur son corps et garde soigneusement 111 convocations qu’il avait reçues émanant des divers services de l’Etat durant son mandat.

 

A cause de ce contexte exceptionnel, les anciens Membres du Comité de Gestion Lubangi n’ont pas pu bénéficier de leurs rémunérations et avantages sociaux reconnus à tous les Mandataires de l’Etat à la tête de la SNEL, SA. Par sa  lettre n° 247/MINPF/JM/2004 du 16 Mars 2004 adressée à la SNEL, SA, le Ministre du Portefeuille avait demandé à cette dernière de régulariser la situation de leurs rémunérations et avantages sociaux. Mais,  le tandem Atundu – Kayombo refuse de s’è soumettre jusqu’aujourd’hui. Ils percevaient par mois, des acomptes sur salaires fixés de la manière suivante : PDG : 2.028,42 USD ; ADT : 1.303,47 USD  et ADF : 1.303,47 USD. L’instruction du Ministre du Portefeuille a été appuyée par deux lettres du Ministre de l’Energie et une lettre de Madame le Ministre des Droits Humains. La haine viscérale  et la jalousie que vous éprouvez à leur égard vous empêche de reconnaitre leurs droits légalement approuvés par toutes les autorités compétentes.

 

 

Pendant 22 ans, soit de 1997 à 2019, les anciens  Membres du Comité de Gestion Lubangi, réclament le paiement de leurs droits les plus légitimes, mais en vain parce que le tandem Atundu – Kayombo s’y oppose sans fondement juridique et se réjouit de leur souffrance. Monsieur Lubangi Mwana Kahenga, ex-PDG, 83 ans, l’un des premiers Ingénieurs Civils en électricité de la première génération du pays en 1964, est malvoyant et souffre de la maladie de parkinson aux côtés de son épouse atteinte de la paralysie et condamnée à vivre sur une chaise roulante depuis 2013 faute de moyens financiers. Monsieur Kunda Paka, ex-ADT, l’un des premiers Ingénieurs Civils du pays comme Lubangi, est décédé à l’âge de 71 ans, le 06 Octobre 2014, sans jouir de fruits de son travail. Son épouse est malade, elle souffre de mal au dos et marche péniblement. Quant à Monsieur LUSHIMA DJUNGA, ex-ADF, 69 ans, il est diabétique, son épouse est décédée le 1er Janvier 2017.

 

Tous les efforts que nous avons déployés pour vous rencontrer ont été malheureusement infructueux. Depuis le « Fait saillant criminel du 15 Juin 2016 », nous vous avons adressé 34 lettres pour réclamer le paiement de nos droits les plus légitimes, curieusement, toutes ces lettres sont demeurées sans suite jusqu’à ce jour, peut-être parce qu’elles n’arrivaient pas à la destination. N’endurcissez pas votre cœur devant la situation angoissante que traverse le couple de l’ex-PDG de la SNEL, SA, Monsieur  LUBANGI MWANA KAHENGA. A cause de votre méchanceté et de votre indifférence, son épouse est clouée sur une chaise roulante pendant 6 ans, soit de 2013 à 2019 sur l’Avenue Maï-Ndombe à Kintambo.

 

Quand mon épouse est décédée, vous avez refusé de m’accorder deux mini-bus que j’avais sollicités pour l’organisation de ses obsèques. Vous avez remboursé les factures de son hospitalisation après l’inhumation. Pourtant, vous utilisez les bus de la SNEL, SA pour les obsèques de vos concubines qui n’ont rien fait de bon pour la SNEL, SA.

 

Fatigués et épuisés pendant 22 ans des réclamations infructueuses, soit de 1997 à 2019, dont 8 ans devant les Cours et Tribunaux, nous lançons un cri d’alarme en direction de tous les hommes et de toutes les femmes de bonne volonté qui jouissent d’une influence quelconque sur le tandem Atundu – Kayombo, afin qu’ils puissent intervenir en faveur de Monsieur LUBANGI MWANA KAHENGA, Ingénieur Civil en électricité en 1964 et ex-PDG de la SNEL, SA, en persuadant le tandem d’arrêter ses manœuvres de persécution à l’endroit des personnes qui ont sauvé l’entreprise durant la période la plus difficile de son histoire depuis sa création en 1970.

Pour le tandem Atundu – Kayombo : Après FATSHI = AVANT FATSHI. Le changement des mentalités, cheval de bataille du nouveau Président ne l’intéresse pas. Il éprouve d’énormes difficultés pour se débarrasser de vieilles pratiques de l’époque du Roi Léopold II.

 

Tandem Atundu – Kayombo, ayez pitié de nous ; Tandem Atundu – Kayombo ayez pitié de nous ; Tandem Atundu – Kayombo, ayez pitié de nous.  Tandem Atundu – Kayombo, arrêtez de nous persécuter ; Tandem Atundu – Kayombo, arrêtez de nous persécuter ; Tandem Atundu – Kayombo, arrêtez de nous persécuter, car trop c’est trop ; trop c’est trop ; trop c’est trop. Savez-vous où se trouvent tous les persécuteurs qui vous ont précédés ?  Pouvez-vous communiquer comme nous l’avons fait votre salaire mensuel à la presse Congolaise ?

 

Que Dieu vous pardonne parce que vous ne savez pas mesurer la souffrance que vous imposez aux membres des familles respectives de vos victimes silencieuses depuis 1997.

 

Fait à Kinshasa, le 07 Octobre 2019

 

LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO

Directeur retraité et maltraité de la SNEL, SA

Fondateur des Points de Perception

Concepteur du « Projet CVS et ASIC »

Analyste Financier de l’ESSEC de Paris

Ancien Etudiant du Professeur S. ILUNKAMBA

Ya TSHITSHI de la SNEL, SA.