Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Haut risque !

This post has already been read 12949 times!

Alors que Félix Tshisekedi,  lui-même, livrait  l’information au Conseil des Ministres à propos de la catastrophe aérienne survenue sur le chemin de retour d’un des avions qui l’ont accompagné, lors de son séjour à Beni, les combattants de l’Udps, eux,  sont passés aux actes.

Le siège du PPRD, un des partis  membres  de la coalition FCC-CACH, a été saccagé. Bien d’autres cas de fracas ainsi que de multiples expéditions punitives ont été signalés, ce week-end, à Limete et dans les communes les plus peuplées de la capitale.

Dans la foulée, le fils Mukoko, l’un des jeunes fougueux de l’Udps, aurait été pris pour cible par des hommes non autrement identifiés qui, selon des photos flottant sur la toile, l’ont criblé des coups. Il s’en serait tiré avec des contusions  dans les parties intimes,  un thorax écrabouillé et la tête bizarrement rasée.  Il semble qu’il s’agissait, pour ses bourreaux, de lui infliger l’avant-dernière leçon en prélude d’un dernier assaut qui l’obligerait à quitter la terre des hommes, au cas où lui et ses jeunes enragés en arrivaient à  récidiver.
Donc, une sorte d’avertissement au biceps ou au  forceps, c’est selon. Mais, quoi qu’il en soit, la violence, celle-là même qui a été toujours été la fille aînée de la guerre des nerfs, retrouve, désormais, toutes ses marques.

Ce qui inquiète, curieusement,  est que lorsqu’un crash subvient, l’on y voit la silhouette de l’ancien PrésidentKabila ou la main noire de ses lieutenants, alors que les données techniques, telles que livrées par l’Autorité de l’Aviation civile disent le contraire.

On va, d’ailleurs,    jusqu’à insinuer qu’il s’agirait d’un attentat puisqu’en son temps, un autre avion du même genre avait été abattu à bout portant au Maniema, le lieu même où ce nouveau crash s’est  produit à la même date : le 10 octobre. Drôle de coïncidence, certes.  Confusion totale inacceptable, pour les sceptiques.

Et, pourtant, ces accusations, aussi  vraies ou fausses soient-elles, ont une incidence sur l’avenir de la coalition, sur la suite de la feuille de route du nouveau Président Félix Tshisekedi dont les missions d’itinérance à l’intérieur et à l’extérieur du pays  ont encore toute la pertinence d’être finalisées.

Bien plus, elles interviennent au moment où le CLC, sous le  prétexte de la lutte contre l’impunité et l’impuissance la justice, annonce une marche aux allures d’une croisade, le 19 octobre prochain. Un appel auquel Lamuka, le Mlc, le Mouvement Social, le G7, Ensemble pour le changement, répondent favorablement et se préparent à y participer.

Comme quoi, la RDC, même  à l’ère de la coalition FCC-CACH,   traverse, une fois de plus, une nouvelle  zone de turbulences.   Si bien que les analystes avertis en appellent  au bon sens des sages, pour calmer les esprits et ramener les choses sur la table en vue de rechercher, de manière concertée ou consensuelle,  les causes de tout ce qui est décrié.

Sans fantasme, ni jugement hâtif, il y a bien moyen de mener des enquêtes sur le crash, les quinze millions, l’impunité ainsi que sur toute la litanie d’affaires mises en exergue ces derniers temps, pour en tirer des conclusions qui s’imposent et faire avancer le pays.

Après autant de mois d’attente d’un gouvernement, il est plus que temps, pour Félix Tshisekedi et Sylvestre Ilunga,  de continuer à mener la barque de la nation vers de nouveaux  horizons, en dépit de tous les soubresauts et autres averses  à haut risque.

LPM