Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Annoncé à la tête du PPRD : Kabila signe un retour en force dans l’arène politique !

Annoncé à la tête du PPRD : Kabila signe un retour en force dans l’arène politique !

This post has already been read 998 times!

Autorité Morale du FCC, l’allié patenté de l’action de Félix Tshisekedi, l’Autorité morale du Cach, Sénateur à vie,  Président Honoraire, Joseph Kabila Kabange, en trônant à la tête du Pprd, en qualité du Président national, conformément aux Statuts révisés de ce parti, plante là, un nouveau paysage, en ratissant large, à la fois, à la base et en recherchant de nouvelles personnalités pour les échéances prévues en 2023. Déjà, ses partisans, selon des fuites d’information interceptées sur la toile et confirmées, du reste, par certains médias internationaux dont la très sérieuse Rfi et l’imposant hebdomadaire Jeune Afrique, Moïse Katumbi serait sur le point de fumer le calumet de la paix avec Kabila. Même si la date et le jour ne sont pas encore connus, il n’en est pas moins évident qu’une rencontre en tête-à-tête entre ces deux figures emblématiques de l’agora politique  intervienne incessamment dès la fin des tractations en cours. De plus en plus, Katumbi dont les affidés réclament l’étoffe de porte-parole de l’opposition, en aurait eu la certitude que Kabila n’y verrait le moindre vibrion, ni l’ombre d’une quelconque caricature faisandée.

Le Président National du PPRD et ancien chef de l’Etat, Joseph Kabila, a décidé de faire sa rentrée politique dans les tous prochains jours, «après un petit temps de vacance ou de congé fort bien mérité». Emmanuel Ramazani Shadary, le Secrétaire permanent du parti l’a annoncé à l’ouverture des assises de leur première matinée politique d’évaluation, ce mardi 22 octobre 2019 à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga. Tous les cadres influents de l’ex-parti présidentiel y sont présents depuis hier pour évaluer objectivement le travail réalisé lors des dernières élections, s’interroger sur le fonctionnement du parti dans tous ses aspects, déployer une réflexion approfondie sur l’opportunité de repenser la structuration de notre parti mais également proposer des stratégies efficaces ainsi que des perspectives nouvelles, innovantes et fécondes pour une action politique de plus grande performance.

Avec ses 120 députés nationaux, 37 sénateurs, 167 Députés provinciaux et 15 Gouverneurs de Province, le parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) est incontestablement le mieux positionné sur la scène politique congolaise actuellement. Evidement il manque à cet actif la Présidence de la République qui leur a échappé en décembre 2018, à l’issue des élections générales consacrant l’ancien opposant Félix Tshisekedi à la tête du pays.

Ce parti membre du Front Commun pour le Congo (FCC), plateforme politique chapeautée par Joseph Kabila, affûte ses armes en vue des prochaines échéances électorales en 2023. ‘’A nous donc de travailler avec conscience et détermination afin que nous puissions offrir, à l’issue de nos assises, les meilleurs résultats à notre Président National et à l’ensemble de nos camarades du Parti‘’, martèle le Dauphin de Kabila, tombé démocratiquement face à FATSHI l’année passée. Il est question pour lui d’accroître les chances de plus grands succès sur la scène politique congolaise.

Encore plus grand, plus vivant, plus ambitieux et toujours plus dynamique, le PPRD ne voudrait plus trébucher sur les erreurs du passé. ‘’Notre ambition la plus haute, pour le bien de notre patrie, c’est de remporter le plus grand nombre de sièges ; je veux dire, la majorité absolue des sièges dans toutes les instances délibérantes‘’, lâche le secrétaire permanent dans la province cuprifère.

Pour une victoire sans appel en 2023

Et la plus ultime de leur ambition reste celle de remporter, en tant que formation politique, une victoire sans appel à la prochaine élection présidentielle et relever les innombrables défis parmi lesquels la consolidation de la souveraineté nationale. Mais aussi la bonne gouvernance, l’oblitération de la faim et la misère, l’instauration d’un ordre juridique qui serait l’expression d’une société juste et solidaire, un Congo fort et prospère.

En fait, le PPRD entend s’identifier et anticiper les changements environnementaux, prendre des mesures progressives pour s’y adapter plutôt que d’évoluer en réaction à ces changements, sans exercer aucune action consciente, ni aucune influence sur la mutation sociale en perspective.

Cet exercice de la nouvelle structuration et de gestion critique et prospective du parti, souligne Ramazani Shadary face à ses camarades, requiert non seulement beaucoup d’efforts et de lucidité, mais aussi de maturité politique, de loyauté, de fidélité, de créativité et même d’autocritique comme rampe de résilience. ‘’Si nous nous reposons en oubliant de nous préparer avec force et intelligence pour les prochaines batailles électorales, qui ne sont pas du tout très lointaines, nous risquons de ne point atteindre notre objectif ultime de remporter la victoire à tous les niveaux du pouvoir d’Etat‘’.

Pour être grand et demeurer grand sur la scène politique, un parti est obligé de demeurer constamment dynamique, vivant, ambitieux. Il n’y a aucun doute là-dessus.

Ainsi, comme parti politique, ils demandent au Gouvernement de la République, de poursuivre l’œuvre commencée par Joseph Kabila qui, selon eux, a posé toute la fondation pour bâtir un Congo plus qu’émergent.

Des éloges à Kabila…

Ce parti qui l’a porté au sommet de l’Etat en 2006 et 2011 lui rend hommage à Lubumbashi pour son engagement et sa détermination à faire du PPRD une véritable plateforme de rassemblement et d’éveil de la conscience nationale des congolaises et congolais.

‘’Je rappelle ici que lorsque Joseph Kabila accède à la Présidence de la République, il a hérité d’une situation alarmante, consécutive aux affres de longues années d’instabilité politique, caractérisée par la dégradation de la gouvernance institutionnelle de l’Etat, la récurrence des conflits armés, le marasme économique et un contexte social explosif. Le Congo avait atteint le fond de l’abime‘’, alarme Shadary.

Et selon lui, le travail abattu, plus particulièrement depuis 2001, peut se résumer en trois mots : réunifier, rassembler et rebâtir.

Les caciques du PPRD, en tout cas la plupart d’entre eux, pensent qu’au bout de 17 ans d’existence, ce parti s’est façonné en articulant la construction de l’homme congolais et le fonctionnement de ses organes autour des principes ou des valeurs de démocratie, de souveraineté nationale, de l’affirmation de notre identité politique, historique et culturelle en vue de construire une société de plus en plus juste et solidaire.

Favoriser l’atteinte de nouveaux objectifs

Cette évaluation politique ouverte ce mardi consiste donc pour les membres du PPRD à relever les points forts comme les points de défaillance de leurs actions aux multiples scrutins.

S’interroger notamment sur la capacité du parti à financer les actions destinées à une plus large implantation du parti, à un plus grand recrutement des membres, à une plus large diffusion de son idéologie et donc des valeurs politiques, morales et sociales, et à une plus grande fidélisation des adhérents.

Il s’agit aussi de la redynamisation des activités du parti qui dépend du diagnostic de l’environnement interne et externe dans lequel évolue le PPRD. Ce, en vue de planifier et d’agir de manière plus consciente, plus cohérente et plus efficace, afin d’améliorer la continuité et de favoriser l’atteinte des objectifs.

Il est aussi question de proposer des stratégies efficaces ainsi que des perspectives nouvelles, innovantes et fécondes pour une action politique de plus grande performance. Ces stratégies sont à couler sous forme de recommandations à présenter à Joseph Kabila en vue de rendre très intelligible la feuille de route du PPRD pour des actions à très courts et courts termes. ‘’Enfin notre parti doit donner sa vision sur les réformes institutionnelles qu’il faut présenter au parlement et au gouvernement‘’, annonce Emmanuel Ramazani Shadary.

La Pros.