Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : Le boulevard du 30 juin en mode fleuve !

Kinshasa : Le boulevard du 30 juin en mode fleuve !

This post has already been read 480 times!

Après les fortes pluies qui se sont abattues dans la matinée et la soirée du vendredi 25 octobre dernier dans la ville de Kinshasa, le très célèbre boulevard du 30 juin dans la commune de la Gombe s’est métamorphosé en un fleuve, principalement sur ses tronçons allant de Rond-point Mandela jusqu’à la place Royal, sans compter son autre point névralgique du siège de la Banque commerciale du Congo (BCDC) à quelques mètres de la Gare centrale.

Depuis l’entame de ce mois d’octobre, l’on enregistre des fortes pluies. Si sous d’autres cieux, la pluie est un signe de bénédiction, dans la capitale congolaise, son retour n’est pas tout à fait une bénédiction et fait craindre parfois des dégâts et même des pertes en vies humaines.  Le monde a pris l’habitude de dire qu’« après la pluie, vient le bon temps ». Ce dicton est loin d’être une réalité dans la ville-province de Kinshasa. Censée être le miroir de la capitale, la commune de la Gombe était inondée des eaux des pluies du week-end dernier. «On ne sait pas si nous sommes en ville ou dans une campagne, car le boulevard où se construit les sauts-de-mouton ne doit pas être dans cet état. Que les autorités agissent de manière conséquente pour trouver une solution rapide en cette période où les pluies sont de plus en plus régulières», a suggéré un usager de la route.

Certains Kinois, déplorant la persistance de ce genre de phénomènes naturels, ont laissé entendre que la mauvaise gestion des déchets jetés dans des caniveaux, créeraient, par ricochet, ces débordements. «Depuis, la construction de ce boulevard, l’Etat ne s’occupe pas du curage de ces caniveaux. Raison pour laquelle, le boulevard s’inonde et cela détruit de plus en plus l’image de Kinshasa, surtout que plusieurs étrangers résident et passent généralement sur ce coin », a dit un autre kinois.

Ces inondations étaient signalées dans plusieurs grandes artères de la ville telle que l’avenue des huileries qui traverse la commune de Lingwala et Kinshasa.

Raphaël Mansangu