Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

24 heures après l’incendie : Jolino Makelele a visité CCTV, CKTV et Radio Liberté

24 heures après l’incendie : Jolino Makelele a visité CCTV, CKTV et Radio Liberté

This post has already been read 115 times!

Le Ministre d’Etat en charge de communication et medias, Jolino Makelele Diwampovesa, a effectué, mardi 29 octobre 2019, une visite au bâtiment abritant les chaînes de télévision CCTV et CKTV ainsi que la station de Radio Liberté Kinshasa (Ralik), qui ont pris feu dans la matinée de lundi 28 octobre 2019. Il a été question pour cette bouche attitrée de l’exécutif, d’apporter un réconfort moral et compassion du gouvernement ainsi que du peuple congolais aux agents et cadres de ces entreprises de presse appartenant au Chairman Jean-Pierre Bemba.

Lors de sa descente, le ministre d’Etat de la Communication et médias a fait savoir que la raison de sa visite cadre avec la volonté du Chef de l’Etat et du Premier ministre qui l’ont dépêché pour compatir avec les agents et dirigeants éplorés à la suite de ce malheureux incendie. «Le Président de la République et le Premier ministre ont décidé que je vienne présenter à ces chaines leur marque de compassion et à travers eux, de tout le gouvernement et de tout le peuple congolais. C’est une nouvelle triste non seulement pour la presse, mais aussi pour le peuple congolais qui a besoin d’une information aussi variée que possible et les chaînes qui viennent d’être compilées en apportent la preuve», a dit Jolino Makelele.

Conscient des dégâts matériels causés, le Ministre d’Etat a promis de faire l’essentiel pour que ces médias puissent reprendre aussi rapidement que possible les activités. «Et je ferai rapport au Premier ministre et au Chef de l’Etat de ce que je viens de constater. Quant aux personnels, je leur demande de prendre leur mal en patience, je crois que tout sera fait pour que ces chaînes retrouvent leurs couleurs dans un bref délai», a-t-il soutenu.

De noter que les causes de ce deuxième incendie, après celui de 2006, ne sont pas encore connues.

Jimmy Sita