Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Culture & Arts : le ministre Jean-Marie Lukundji et l’Ambassadeur russe cogitent sur la célébration de 60 ans des relations RDC-Russie

Culture & Arts : le ministre Jean-Marie Lukundji et l’Ambassadeur russe cogitent sur la célébration de 60 ans des relations RDC-Russie

This post has already been read 88 times!

Après le premier forum économique Russie-Afrique tenue au cours du mois d’octobre dernier à Sotchi, le pays de Vladmir Poutine, dans la foulée de discussions entreprises avec le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, s’est, en effet, lancé dans le raffermissement des relations avec la RD. Congo ainsi que d’autres pays africains. C’est dans ce sens que le ministre de la Culture et des arts, Jean-Marie Lukundji, a échangé, mercredi dernier, dans son cabinet de travail, avec l’ambassadeur russe à Kinshasa, Alexey Sentebov, autour de la célébration en 2020 du 60ème anniversaire des relations RDC-Russie.

D’ores et déjà, les deux personnalités entendent se battre, autant que faire se peut, pour la tenue effective de la commémoration de cette collaboration, débutée depuis 1960, année même de l’indépendance de la République démocratique du Congo.

L’Ambassadeur Alexey Sentebov a, de son côté, émis le vœu qu’a son pays d’organiser dans les tout prochains jours, des activités culturelles au Congo-Kinshasa et de ramener les artistes russes à Kinshasa, pour rapprocher les deux peuples, en favorisant les échanges culturelles entre les deux Etats qui, du reste, partagent, en effet, un lien soudé, de plus de 59 ans actuellement.

La RD. Congo, à travers le ministère de la Culture et des arts, compte vraisemblablement promouvoir les valeurs congolaises vis-à-vis des peuples russes, a fait savoir une source dudit portefeuille.

La Russie et la RD. Congo sont redevenues dans une même perspective après le sommet de Sotchi au cours duquel le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a eu à s’entretenir avec Vladmir Poutine, en vue de l’amélioration des relations bilatérales. Ces discussions ont conduit, à ce jour, à plusieurs coopérations notamment, la relance du Chemin de fer congolais.

De souligner, en outre, que le Président Tshisekedi Tshilombo, lors de son allocution audit forum, avait principalement appelé les multinationales à ne pas investir seulement dans le domaine minier mais aussi dans d’autres secteurs. D’où, avait-il aussi signifié l’importance d’investir dans l’agriculture au Congo-Kinshasa. D’autant que ce dernier domaine, avait-il précisé, peut aider à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire et nourrir deux milliards de personnes en résorbant ainsi deux fois le déficit alimentaire mondial. Ce, avec ses 120 millions d’hectares des terres arables, le lac Tanganyika, le plus poissonneux et le deuxième lac au monde par le volume et la profondeur après le lac Baïkal.

La Pros.