Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Lutte contre le cancer en RDC : Le Ministère de la santé et Roche lancent un atelier de planification et de concertation avec les parties prenantes pour les soins de santé de qualité

Lutte contre le cancer en RDC : Le Ministère de la santé et Roche lancent un atelier de planification et de concertation avec les parties prenantes pour les soins de santé de qualité

This post has already been read 103 times!

Ouverture ce lundi 18 novembre à l’hôtel Béatrice d’un atelier de concertation et planification avec toutes les parties prenantes pour l’accès aux soins de santé complets de qualité contre le cancer en République Démocratique du Congo. Organisé par le ministère de la santé, en partenariat avec Roche, cet atelier met autour d’une table des experts de tout genre notamment, des médecins, chercheurs, responsables publics, organismes privés etc. Pendant cinq jours, ces experts vont réfléchir dans le souci de mettre en place des stratégies pouvant permettre la mise en place d’un système de soins de santé primaire durable avec une couverture de santé universelle couvrant le cancer comme une maladie chronique contrôlée, possible de guérir. Le Vice-ministre de la santé, Albert Mpeti, qui a ouvert officiellement les travaux de cet atelier, a  rappelé que les résultats attendus visent à donner un nouvel élan au premier axe stratégique du PNDS 2019-2022 recadré qui renforce la lutte contre les maladies chroniques transmissibles et non transmissibles dont le cancer.

S’adressant aux participants, le vice-ministre s’est exprimé en ces termes : «incontestablement vous venez unir vos forces aux côtés du pouvoir public pour qu’ensemble mettions en commun notre expérience pour lutter contre le cancer par des actions efficaces humaines et résolues. Je remercie la firme Roche qui a accepté la tenue de cet atelier à Kinshasa car nous voulons, après tant d’années, pouvoir nous concerter, planifier et mettre en place, une feuille de route pour organiser afin de repousser la peur et la fatalité de cette pathologie dans les ménages».

Pour Albert Mpeti, il est temps de repenser et d’organiser la prévention, le diagnostic, la prise en charge de cas dans un contexte des soins de santé primaires applicables en milieux rural, urbain, urbano-rural avec des stratégies de référence.

Par la même occasion, il a insisté sur la prise en compte, au cours de cet atelier, de tous les domaines de lutte contre le cancer.

Le secrétaire général à la santé a salué, quant à lui, la collaboration entre le ministère de la santé et la firme Roche.  ‘’Voilà pourquoi, nous saluons à sa juste valeur la collaboration avec ROCHE qui va permettre à notre pays  d’adresser cette question combien importante qui est à la base de beaucoup de décès, lesquels décès peuvent être évitable si nous arrivons à nous organiser autrement’’, a-t-il déclaré. André Katukumbani Mupelela, c’est de lui qu’il s’agit,  note que le cancer reste une question à la fois prioritaire et centrale pour le ministère de la santé au regard de son ampleur et surtout les défis en rapport avec la prévention, le diagnostic et la prise en charge.

«L’atelier revêt une importance capitale car il réunit plusieurs experts venus de partout pour réfléchir comment mieux nous organiser pour lutter contre cette maladie qui décime nos populations et fait perdre au pays des millions de dollars suite au transfert à l’étranger. Je remercie Roche pour son appui et souhaite fructueux travaux à tous les experts», a-t-il souligné.

Roche pour des réponses et solutions durables dans la lutte contre le cancer

Au cours de la cérémonie d’ouverture, Roche, co-organisateur de cet atelier, représenté par son directeur général, a dit son souci pour que les réponses et solutions soient apportées dans la lutte contre le cancer. De prime à bord, le DG de cette entreprise pharmaceutique de la Suisse qui œuvre dans plusieurs pays africains, a salué l’engagement ferme et la volonté exprimés par le ministère de la santé dans la lutte contre cette maladie.  Il a également présenté sa gratitude à tous les partenaires techniques et financiers ; aux experts nationaux et internationaux pour avoir répondu favorablement à l’appel de la RDC pour l’accompagner dans la planification intégrée et inclusive dans la lutte contre le cancer.

A en croire ses propos, en s’alignant sur le plan national de développement sanitaire de la RDC et dans le cadre du partenariat public-privé, Roche est engagé à apporter son appui nécessaire afin d’établir un système de soins de santé primaire durable avec une couverture santé universelle couvrant le cancer comme une maladie chronique contrôlée, possible de guérir.

Pour rappel, Roche est un leader mondial et un partenaire de santé intégrée centrée sur les besoins de patients et engagé dans la recherche, le développement et la fabrication des produits de santé depuis plus de 120 ans.

« Nous sommes présents en Afrique depuis plus de 50 ans et engagé dans un partenariat public-privé avec des gouvernements de plusieurs pays africains afin de remédier aux obstacles d’accès aux soins de santé et réduire l’inégalité d’accès aux soins de qualité entre les populations.  Nous avons appris qu’il fallait adopter une approche holistique pour mettre en place un système durable et écologique de lutte contre le cancer bénéfique pour les patients, les professionnels de la santé, le pays en général et les partenaires techniques et financiers impliqués.  Nous apporterons toute notre expertise et nous nous engagerons à vous écouter et à trouver ensemble des solutions qui peuvent fonctionner ici au Congo», a dit Markus Gemund, le Directeur Général de cette entreprise.

Il s’agit pour lui, entre autres, de la mise en place du groupe de réflexion composée d’experts venant de tous les sous-secteurs sanitaires pour se concerter en vue de définir la vision et les objectifs contre le cancer d’ici à 2024.

Les cancers du sein et col de l’utérus, comme exemple,  constituent la principale cause de morbidité, de mortalité par cancer chez les femmes en RDC.  Ces cancers sont évitables, poursuit-il, guérissables si le dépistage, la propre diagnose et prise en charge sont précoce. Malheureusement,  a-t-il regretté, à ce jour, les traitements ne sont pas toujours disponibles ou inaccessibles à un grand nombre de patients.

« Des patients en général ne connaissent pas le service de lutte contre le cancer disponible quand il existe.  Pour contribuer au renforcement du système de santé, une gestion efficace de ressources disponibles et une mobilisation des ressources complémentaires s’imposent. Face à ce défi de santé, le ministère de la santé de la RDC avec le soutien de tous ses partenaires techniques et financiers manifestent sa volonté à améliorer la prise en charge de cancer mais aussi  favoriser l’accès à la prévention, au dépistage, à la prise en charge et au suivi des patients atteint de cancer en RDC », a-t-il argué.

Vivement un plan stratégique de lutte contre le cancer

Du haut de la tribune, Markus Gemund plaide pour la mise en place urgente d’un plan stratégique de lutte contre le cancer. « A cours terme, nous devons pouvoir élaborer et finaliser le plan stratégique national de lutte contre le cancer, déterminer le cadre programmatique et financier des interventions après quantifications de besoin complet, soit infrastructure, soit matériels, équipements, soit formation, soit ressources humaines, disponibilité de traitement et suivi de patients. Avec l’ensemble des acteurs de santé de la RDC, nous allons mettre en commun tous nos efforts pour contribuer à améliorer l’accès aux soins de santé afin que chaque congolaise et chaque congolais puissent continuer à vivre pleinement sa vie », a-t-il insisté.

L’ambassadeur de la Suisse en RDC salue la politique sanitaire de Tshisekedi    

Présent lors de l’ouverture des travaux de cet atelier, l’Ambassadeur de la Suisse en République Démocratique du Congo n’est pas allé par le dos de la cuillère pour saluer la politique sanitaire du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Il a, par la même occasion, invité les participants à réfléchir sur des voies et moyens pouvant permettre d’assurer des soins de santé de qualité à ceux qui souffrent du cancer. Pour l’Ambassadeur Roger Denzer, le cancer est un fléau qui endeuille les populations, il est donc temps de mettre en place des méthodes pour lutter contre cette maladie.

Kevin Inana