Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Pour la République

This post has already been read 8603 times!

Le rendez-vous est donc pris pour ce mercredi 21 novembre 2019. Sylvestre Ilunga Ilunkamba, septuagénaire de son état, sait ce qui attend demain son exécutif  qu’il dirige de main de Maître depuis maintenant près de deux mois. Il en est conscient. Oui, il est conscient de cette lourde responsabilité qui pèse sur ses épaules. Tenir un discours devant la représentation nationale est loin, très loin d’être une mince affaire.  Alors, que dire de convaincre ? Après qu’il ait exposé brillamment l’économie générale de son projet de lois du budget pour l’exercice 2020,  ce professeur d’Université est appelé à revenir, cette-fois-ci, avec les éléments des réponses. But ? Rencontrer les desideratas formulés par les élus du peuple. Sera-t-il à la hauteur de ce rendez-vous ? Surtout, quand on sait qu’il a hérité d’un pays dont l’argent se volatilise jours et nuits par des voies peu catholiques. Et ben… L’on se demande indubitablement par quels moyens va-t-il mobiliser des fonds pour sortir ce pays du précipice. Comment va-t-il mettre fin à la corruption ? Et comment faire pour mobiliser les recettes de l’Etat ? Que des équations à mille inconnus.

Sans compter la corruption à longue échelle, l’impunité, l’injustice, les antivaleurs, l’insécurité, fausse-vraie gratuité de l’enseignement de base, l’insécurité çà et là, bref… Il y a du pain sur planche à l’horizon. Puisque papa Cardinal Ambongo l’a si bien dit devant le peuple de Dieu au stade de martyrs en présence de Félix Tshisekedi, le Premier ministre qui jouit pleinement de son pouvoir lui confié par le Chef de l’Etat, ne peut que multiplier des efforts, afin d’instaurer un véritable Etat de droit. Un Etat juste où les affaires telles que celle de 15 millions vitalement retro-commissionnées n’auront plus leur place. Un Etat capable de répondre aux aspirations profondes de sa population. Un Etat vertueux.  Comme pour dire que la balle ne se trouverait pas simplement dans le camp du Gouvernement. Le développement passe aussi par le changement des mentalités de tous. Le Redressement national tel que prôné par le Premier ministre  est une affaire de tout le monde. A l’heure où le pays semble être divisé en deux camps : camps  des gentils et des démons ; seules les valeurs républicaines devraient envahir les cœurs de tout un peuple. Après tout, cet appel, n’est-il pas une exhortation pour l’intérêt supérieur de la République ? Alors, travaillons, tous ensemble, mains dans les mains pour la République.

La Pros.