Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme : Samy Badibanga alerte les parlementaires sur l’urgence d’éradiquer ces fléaux d’ici 2030

Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme : Samy Badibanga alerte les parlementaires sur l’urgence d’éradiquer ces fléaux d’ici 2030

This post has already been read 338 times!

Ouverts lundi 18 novembre par la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, les travaux des Parlementaires Francophones sur la lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme se sont clôturés, mardi 19 novembre. Eteignant les lampions de cette activité, le premier vice-président du Sénat, Samy Badibanga a fait savoir que le réseau parlementaire constitue un des plus puissants instruments puisqu’il regroupe les élus du peuple qui, par leur pouvoir de contrôle et de décision, agissent notamment dans les discussions budgétaires du Gouvernement. A cet effet, il a interpellé les participants dans le sens de contribuer à l’éradication,  d’ici 2030, du VIH/Sida, du paludisme et de la tuberculose.

Rappelant que la RD. Congo compte au moins trois programmes nationaux de lutte contre le VIH, le paludisme et contre la tuberculose, le 1er Vice-Président du Senat, Samy Badibanga, a réaffirmé la volonté des autorités congolaises visant à mettre fin à ces fléaux. «Sur le plan juridique, le pays s’est doté de quelques instruments importants permettant l’organisation de cette lutte», a-t-il dit, tout en précisant que le Parlement congolais a adopté deux lois importantes, à savoir : la loi fixant les principes fondamentaux relatifs à l’organisation de la santé publique ainsi que de la loi portant protection des personnes vivant avec le VIH/Sida.

Cependant, il a interpelé les participants sur les dégâts causés par les trois maladies, en rappelant que le paludisme tue dans le monde 45 millions de personnes par an, dont 90% en Afrique et 36 millions de personnes contaminées, avec plus de 70% en Afrique. « …L’importance et l’urgence d’éradiquer d’ici 2030 le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme ne sont plus à démontrer», a-t-il laissé comprendre avant d’ajouter que c’est un défi qu’a lancé la communauté internationale, à travers l’ONU-Sida et le Fond Mondial de lutte contre les maladies cités plus haut.

Il sied de noter que le Chef de l’Etat a engagé le pays dans un vaste programme de couverture sanitaire visant à assurer l’accès universel aux soins de santé.

Joséphine Mawete