Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

[Partenariat public-privé Ministère de la Santé- Roche] Cancer : les parties prenantes plaident pour la création d’un Centre National de lutte contre la maladie

[Partenariat public-privé Ministère de la Santé- Roche] Cancer : les parties prenantes plaident pour la création d’un Centre National de lutte contre la maladie

This post has already been read 96 times!

Les rideaux sont tombés à l’atelier de planification et de concertation avec les parties prenantes pour les soins de santé complets de qualité contre le cancer en République Démocratique du Congo. C’est le Vice-ministre à la santé, Albert Mpeti, qui a clôturé ces assises à Béatrice Hôtel dans la commune de la Gombe. Organisé par le ministère de la santé et Roche, cet atelier avait trois objectifs majeurs, à savoir : mettre en place un programme national de lutte contre le cancer d’ici 2021, élargir la couverture de formulaire local des médicaments 2022 et, enfin, sensibiliser les décideurs aux soins liés au cancer d’ici 2024.

Pendant quatre jours, les participants ont réfléchi sur les voies et moyens à mettre en place pour arriver non seulement à stabiliser le cancer, mais aussi et surtout à sensibiliser un grand nombre de la population sur cette maladie. Cet atelier, faut-il le dire, est organisé dans le cadre d’un partenariat public-privé entre le gouvernement de la RDC et Roche pour la lutte contre le cancer. Un autre objectif poursuivi par ces travaux,  c’est le souci d’avoir des résultats concrets dans la collaboration synergique pour donner l’espoir aux familles affligés par le cancer. Pour les organisateurs et les participants à ces assises, le cancer ne sera plus une fatalité, mais une maladie chronique susceptible d’être maitrisée.

Les défis à relever

Pendant quatre jours, les participants ont effectué des descentes sur terrain pour palper du doigt les réalités dans des hôpitaux de la ville-province de Kinshasa. Ils se sont séparés en groupe pour couvrir tous les hôpitaux de la capitale. Plusieurs défis restent à relever, entre autres, le diagnostic tardif ; les structures de santé non optimales et non centralisées ; l’insuffisance des moyens thérapeutiques ; ignorance de la maladie par les communautés de la Police nationale congolaise et des forces armées de la République ; absence des moyens de base pour la prise en charge du cancer du côté de la PNC ; absence d’une stratégie de gestion du cancer du côté des communautés de la PNC et FARDC. Il y a également le manque d’organisation des services d’oncologies ; manque de formation du personnel et la mise à jour de leur formation sur la cancérologie ; manque de sensibilisation de la population sur le cancer ; manque de prise en charge par l’Etat congolais. Sans ambages, les participants à cet atelier ont plaidé pour le renforcement des compétences dans la prise en charge du cancer et la formalisation de la chaine d’approvisionnement des médicaments contre le cancer.

Des pistes de solution et recommandations

Au ministère de la santé, les participants recommandent de mettre en place les dispositions légales créant le « Centre National Contre le Cancer » et son comité exécutif fonctionnel comme unité de coordination de la lutte ; assurer la disponibilité des équipements des services impliqués dans le diagnostic précoce et précis des cancers ; faciliter l’importation des médicaments essentiels et innovants contre les cancers à travers différents documents d’exonération ; mobiliser les ressources nécessaires pour la lutte contre les cancers ; assurer la collaboration intersectorielle devant rendre la lutte contre les cancers efficace ; et exécuter le plan de 90 jours.

Au Partenaire Roche, appuyer la coordination du Centre National contre le cancer ; rendre disponible les équipements des services impliqués dans le diagnostic précoce et précis des cancers ; rendre disponible les médicaments essentiels et innovants contre les cancers ; assurer la formation des prestataires ; appuyer l’écriture du Plan stratégique de lutte contre les cancers et exécuter le plan de 90 jours.

Aux membres participants de cet atelier de créer un réseau whatsapp pour le partage rapide d’information ; rester impliquer dans les institutions respectives comme ambassadeur de lutte contre les cancers ; exécuter le plan de 90 jours.

La mise en place d’un comité d’organisation pour travailler sur un plan de sensibilisation au sujet du cancer reste le souci majeur de tous les participants à ces assises.            

Le satisfecit de Mpeti Albert 

Le vice-ministre à la santé se dit satisfait des résolutions issues de ces assises. Albert Mpeti n’est pas allé par le dos de la cuillère pour vanter les mérites intellectuels des participants qui ont produit un travail de qualité.

‘’Je suis très honoré et très fier du travail que vous avez produit. Nous avons une grande ressource : les congolais. Nous devons avoir confiance en nous. Vous avez produit un travail de qualité. C’est une grande révolution pour notre pays. Au nom du Ministre de la santé, je déclare clos l’atelier sur la lutte contre le cancer’’.

Kevin Inana