Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

CENI : la société civile contre un cycle électoral inachevé

CENI : la société civile contre un cycle électoral inachevé

This post has already been read 87 times!

Une rencontre a eu lieu le mercredi 27 novembre dernier à l’Eglise Corps du Christ au Congo du quartier Sans-fil à Masina, entre cinq organisations membres du Service civil pour la paix (SCP) de la société civile. Animée par la coordonnatrice nationale de la Lifded, Madame Grâce Lula Hamba a, au nom de ces cinq organisations, invité les participants à faire pression sur les autorités de la Commission électorale nationale indépendant (CENI) pour l’organisation des élections locales, municipales ainsi que urbaines comme prévu dans le calendrier électoral global. Ce rendez-vous a marqué le lancement de la campagne de sensibilisation des masses dans le cadre d’éveil de conscience de la population sur l’achèvement du processus électoral du 30 décembre 2018. Le thème retenu pour ce début était : « l’importance des élections locales, municipales et urbaines : place et rôle des femmes dans les élections ».  

Les élections locales sont très importantes, selon Grâce Lula, Coordonnatrice nationale de la Ligue des femmes pour le développement et l’éducation à la démocratie (Lifded) et ce, dans le sens où elles contribuent, tant soit, peu au développement à la base et facilitent la  construction et la consolidation de la jeune démocratie en République Démocratique du Congo. Voilà pourquoi, en se référant aux deux premières élections organisées respectivement en 2006 et 2011 qui n’ont en aucun cas connu la tenue des élections locales, municipales et urbaines, la coordonnatrice de la Lifded a placé des garde-fous concernant les derniers scrutins du 30 décembre 2018.  «Les élections sont un des piliers de la démocratie. Ainsi, participer quantitativement et qualitativement aux élections pour les femmes et pour les jeunes est une façon de contribuer à la construction et à la consolidation de la jeune démocratie congolaise», a-t-elle dit.

Le lancement de cette campagne touche particulièrement la population congolaise, premièrement dans le souci d’éveiller sa conscience sur la nécessité de l’organisation des élections locales, municipales et urbaines. Et secundo, du rôle et de la place des femmes et de la jeunesse dans ces élections.

Signalons, en outre, que les organisations ayant pris part à cette campagne sont appuyées par une structure internationale dénommée «Pain pour le Monde». Cette dernière a pour mission d’appuyer quelques organisations congolaises pour débattre sur les questions de paix, de la résolution pacifique des conflits, de la non-violence et autres questions des droits de l’Homme.

Cette campagne de sensibilisation de masses lancée depuis le 27 novembre 2019 vient d’ouvrir, en effet, une série d’activités qui irons jusqu’à janvier 2020. Celle-ci reprendra des activités comme les tribunes d’expression populaire et les matinées électorales.

Cyprien Indi