Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Fustigeant son inefficacité vis-à-vis des tueries dans l’Est de la RDC : les ressortissants de Beni exigent le départ de la Monusco

Fustigeant son inefficacité vis-à-vis des tueries dans  l’Est de la RDC : les ressortissants de Beni exigent le départ de la Monusco

This post has already been read 81 times!

Les ressortissants de Beni, plus précisément le peuple Nande qui réside  dans la ville-province de Kinshasa, ont exprimé leur ras-le-bol vendredi 29 novembre dernier, devant le quartier Général de la Monusco. C’est pour montrer leur solidarité avec leurs pères, mères, sœurs  tués par les ADF et autres groupes armés à l’Est du pays, plus précisément à Béni. A  cette occasion, les manifestants ont exigé le départ de la Monusco tout en réitérant justement leur confiance aux FARDC. Car, selon eux, il y a 20 ans que la mission onusienne est dans ce pays, tandis que la guerre  à l’Est demeure une éternité.

Les manifestants accusent la Monusco d’inefficace en rapport avec la situation qui sévit actuellement dans la partie Est de la République démocratique du Congo, précisément dans la ville de Beni. Pour Calice Luwara Nseke, l’attaque qui a eu lieu mercredi 27 novembre 2019 à Beni vient de confirmer ce qu’il qualifie d’inefficacité de la Monusco. «Nous sommes là parce que nous dénonçons l’insécurité dans notre province,  précisément en territoire de Béni. Il y a des tueries chaque jour et nous avons trouvé une sorte d’immobilisme de la Monusco. Et pourtant, elle a reçu le mandat de sécuriser la population. Les tueries qui se sont passées avant-hier étaient à 30 mètres du camp de contingent de la Monusco. Donc, elle n’a pas intervenu. Nous lui demandons de quitter le Congo et de nous laisser avec les FARDC, qui sont en train de se déplacer tant bien que mal pour attaquer les ADF », a rappelé Calice Luwara.

La majorité de ces manifestants était composée des personnes ayant perdu leurs proches dans ces attaques à Béni. Parmi eux, des étudiants qui ont perdu les parents voir les membres toutes leurs familles. C’est le cas de Serge Kakasu. « Mon père, ma mère et ma sœur venaient de mourir en chemin de retour de la maison, il reste que moi et mon jeune frère de 14 ans qui est resté seul à Béni. Si j’étais là peut-être que je serai mort aussi. Mon petit frère est resté seul, moi j’ai trouvé la vie sauve parce que je suis ici à Kinshasa pour les études que je ne sais comment continuer, tous ces actes se sont déroulés devant le siège de la Monusco. Je suis venu demander leur départ sinon, il faut nous tuer tous», a précisé Serge.

Au finish, un mémorandum a  été déposé au Bureau de la Monusco, après un petit dialogue entre une délégation de quatre personnes parmi les manifestants et les responsables de la Monusco trouvés sur place.

Il sied de signaler qu’a Béni, les combattants ADF s’en prennent aux paisibles citoyens depuis le lancement de la grande offensive des Fardc.

Richard Mfumu & Jimmy Sita