Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Halte aux violences faites aux femmes : le mouvement «Je dénonce» sollicite l’implication de la chambre basse du parlement

Halte aux violences faites aux femmes : le mouvement «Je dénonce» sollicite l’implication de la chambre basse du parlement

This post has already been read 111 times!

Le mouvement «JE DENONCE» a organisé le samedi 30 novembre 2019, un sit-in devant le palais du peuple afin de solliciter l’implication de la chambre basse du parlement sur la question des violences faites aux femmes. Dans leur mémorandum déposé auprès de la commission genre, enfant et famille de l’Assemblée nationale, il exige des sanctions plus sévères contre les violeurs.

En synergie avec les structures féminines de lutte contre les violences faites aux femmes notamment, Sofepadi, Justices pour elles, Acofepe, le Mouvement JE DENONCE, un regroupement des hommes et des femmes de medias, était devant le palais du peuple pour dénoncer les actes de violences que subissent les femmes, de manière générale. Banderoles et Calicots en main, sous la pluie de samedi 30 novembre, ils sont montés au créneau pour exprimer leur mécontentement et réaffirmer leur soutien aux victimes de ce fléau qui pollue la société.

Dans leur mémorandum, ce collectif a constaté que les sanctions prévues par la loi sur les violences sexuelles ne s’appliquent pas réellement parce que jusqu’à présent, les viols continuent à être à la Une sans que ses auteurs ne soient inquiétés. Raison pour laquelle, elle sollicite l’implication du Parlement, spécialement de l’Assemblée nationale, afin que les mesures reprises dans la Constitution en rapport avec ce fléau soient accentuées pour que les auteurs répondent de leurs actes. ‘’Nous nous attendons à ce que la loi sur les violences sexuelles soit modifiée en tenant compte de notre mémorandum‘’, a lâché la coordinatrice de JE DENONCE, Maguy Mbuku.

Dorcas Nzumea