Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Victimes expiatoires ?

This post has already been read 9072 times!

A peine réhabilité par Gilbert Kankonde, Vice-premier ministre de l’Intérieur et Sécurité, Atou Matubuana, Gouverneur du Kongo Central, est frappé d’une motion de défiance dont il devra d’ailleurs répondre ce mercredi 4 décembre 2019. D’ores et déjà, cette manœuvre, quoique fondée ou non, remet derechef de la cacophonie au sein de cette Assemblée provinciale de l’ex Bas-Congo.

Anatole Matusila, président de cet organe délibérant, est accusé de faute lourde et de ‘’deux poids, deux mesures’’, de par sa précipitation démontrée dans la convocation de la plénière pour l’examen de cette motion, alors qu’une autre motion contre sa personne, déposée il y a un bon moment, n’a jamais été programmée jusqu’à ce jour.

Aussi, cette menace à l’égard de Matubuana tombe-t-elle à pic, après que le Front commun pour le Congo (FCC), longtemps frustré par l’élection de ce Gouverneur, ait déclaré son regret, à la suite de la réhabilitation de ce dernier. Ce qui, selon des analystes, reviendrait à dire que cette déchéance ainsi mise en musique émanerait des officines du FCC qui a promis d’œuvrer dans le sens de doter le Kongo central de nouveaux dirigeants pétris de valeurs républicaines et dont les noms ne pourraient être cités dans les affaires sordides et saugrenues de sextape, comme a été le cas pour Atou Matubuana et son adjoint Justin Luemba.

Au regard de plusieurs tentatives pour motiver son départ comme sa levée des immunités manquée, ce Gouverneur, élu comme indépendant dans une Assemblée majoritairement composé de députés FCC, serait-il victime de sa démarcation et de l’irritation de cette plateforme pro-Kabila déçue par sa défaite ?

Mais, dans l’entre temps, du côté de Sankuru, Joseph Mukumadi qui, du reste, a été élu après moult manifestations de la population de cette partie du pays, est aussi visé de déchéance, faute de sa non-présentation lors de l’investiture de son gouvernement. Les dés semblent jetés pour ce tombeur de Lambert Mende. Il risque de compléter la liste de gouverneurs déchus, aux côtés de Jean Bamanisa de l’Ituri et de Marcel Lenge du Haut-Lomami et ce, outre Martin Kabuya qui, en effet, y a échappé de justesse.

Et, aux côtés des réalisations, promesses et voyages du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, l’opinion se souviendra de cette année 2019 qui, du reste, tend sauvagement vers son épilogue, comme celle des motions de déchéances contre les autorités provinciales. Déjà, du nombre des raisons liées notamment, à la megestion, le courroux des députés provinciaux seraient, en outre, la cause de ces initiatives de défiance. D’autant qu’ils n’ont pas encore perçu leurs émoluments, depuis leur installation. Chose qui a été affirmée, vendredi 29 novembre, lors du conseil des ministres présidé par le Président de la République. In globo, ces premiers citoyens des provinces seraient, eux aussi, victimes expiatoires de l’exaspération des élus provinciaux.

La Pros.