Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Bras de fer Gouverneurs – Assemblées provinciales : le VPM Tunda calme la tempête !

Bras de fer Gouverneurs – Assemblées provinciales : le VPM Tunda calme la tempête !

This post has already been read 820 times!

*Trêve de bavardage, place au travail. L’instabilité qui prend de plus en plus ses quartiers au sein des institutions provinciales n’aura que trop duré. Plus d’une fois, le chef de l’Etat a tapé du poing sur la table, pour exprimer son désaccord face à cette réalité qu’il faut, à tout prix, tirer au clair en partant de la base. Des gouverneurs destitués au mépris de la loi, des motions des Assemblées provinciales jugées non conformes, des états d’humeurs dans la gestion de la chose publique,…Aussi, l’Exécutif central a décidé d’y mettre un terme. C’est la raison de la mise sur pied de la Commission interinstitutionnelle chargée de réfléchir sur la crise au sein des provinces et y apporter des solutions efficientes le plus rapidement possible. Placé à la tête de cette commission, le VPM Célestin Tunda ya Kasende, en charge de la Justice et Garde des Sceaux, a 3 jours pour faire le ménage.

Ce jeudi 9 janvier 2020, initiant une série de réunions, il s’est entretenu avec des experts de son portefeuille, dans son cabinet de travail où ils ont examiné en profondeur la question de la crise institutionnelle qui se pose principalement dans quatre provinces de la RD. Congo. Il s’agit du Kongo Central, Haut-Lomami, Sankuru et Ituri. S’en suivra, aujourd’hui, une séance de travail avec les membres du gouvernement avant de recevoir, lundi 13 janvier 2020, les gouverneurs et vice-gouverneurs concernés ainsi que les présidents et les vice-présidents des Assemblées provinciales.

Avec notamment, le Ministre de l’Intérieur et Sécurité, cette commission devra, au finish, calmer les ardeurs politiques de chacun et tenter de les ramener à la raison.

Bref, au sortir de la première réunion avec les experts, le Directeur de cabinet du VPM en charge de la Justice, Paul Musafiri, a renseigné qu’il était aussi question avec le numéro Un de la Justice congolaise de définir les causes de l’instabilité qui prévaut dans ces quatre provinces et de proposer des pistes de solutions afin de ramener la paix sur l’ensemble du territoire.

Etude approfondie

Il a laissé entendre que la réunion avec les membres du gouvernement sera fondée sur une étude approfondie que les experts de leurs ministères auront menée et en confrontant la situation par rapport aux textes qui régissent les différentes institutions. D’où, a-t-il fait savoir, c’est cet exercice qui est en train de se faire pour essayer de voir les faits et les confronter en droit, en tenant compte, bien entendu, des aspects politiques et proposer aux ministres les voies et moyens de sortir de cette crise institutionnelle qui sévit dans des provinces.

‘’C’est le fait que certains gouverneurs étaient démis qui constitue la crise. Nous examinons la situation tel qu’elle sévit dans certaines provinces et nous allons examiner froidement, en tout cas, cette situation par rapport au droit parce qu’il existe des lois‘’, a déclaré Paul Musafiri. Cependant, dit-il, si les lois ont été respectées, si les lois ont été violées ; nous, nous sommes experts, nous allons faire des propositions qui tiendront compte du droit et de la situation politique dans chaque province.

Bon fonctionnement de l’INAFORJ

Autre registre, dans le cadre du bon fonctionnement de l’Institut national de formation judiciaire (INAFORJ), le VPM, ministre de la Justice, Me Célestin Tunda ya Kasende, a reçu ce même 9 janvier, l’Ambassadeur de France en RDC, François Pujolas. Privilégiant le partenariat RDC-France, ces deux autorités ont évoqué différents sujets notamment, des coopérations bilatérales, en particulier la contribution que la France et d’autres partenaires de la RD. Congo apportent pour la mise en place au bon fonctionnement de l’INAFORJ.

François Pujolas, pour sa part, a fait savoir que le souci du gouvernement congolais est de renforcer cet appareil judiciaire qui, du reste, est largement partagé et il faudrait le professionnaliser. Aussi, a-t-il dit, la France souhaite l’appuyer pour améliorer l’efficacité de la justice en RD. Congo. De ce fait, il a indiqué que ceci est important pour le bon fonctionnement des institutions de la démocratie, et utile pour l’amélioration du climat des affaires, en complément de l’appui de la France à l’INAFORJ. ‘’L’action que nous souhaitons renforcer en faveur de la bonne application, de la bonne formation  au droit OHADA, c’est le commercial commun qui permet de sécuriser davantage le fonctionnement des affaires et des entreprises‘’, a indiqué l’Ambassadeur de France en RD. Congo.

La Pros.