Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

La chasse aux sorcières

La chasse aux sorcières

This post has already been read 130242 times!

Bandits, récalcitrants, infiltrés,… sont les étudiants qui se trouveront sur le site du campus de l’Université de Kinshasa à partir de ce vendredi 10 janvier 2020. Du moins, selon la Police nationale congolaise qui a reçu l’ordre de procéder au déguerpissement des occupants des résidences estudiantines, après la suspension par le gouvernement, de toutes les activités à l’ex-Lovanium, jusqu’à nouvel ordre. Traits tirés, semblant de sérénité et réels grincements de dents se confondent sur les visages de ces étudiants dont certains sont condamnés à l’errance, n’ayant aucun domicile de repli dans la capitale.

Aucune pitié déjà ce week-end pour les indociles qui traineront encore les pieds sur le site. Dans certains homes, ce jeudi, des armes à feu et des munitions ont été découverts par la police. Surprise ?

Bonne ou mauvaise, cette mesure conservatoire aura fait des victimes dans tous les camps. Particulièrement, les étudiants de la colline inspirée qui devront désormais compter avec un nouveau gros retard du calendrier académique, hormis celui qui existe depuis des années, devenu presque naturel. Travaux pratiques, sessions et soutenances devront une fois de plus attendre. A cette allure, les étudiants de l’Université de Kinshasa risquent de faire une plus longue carrière dans leur cursus académique que dans la vie pratique. Enfin, c’est tout ce qu’il faut éviter.

Il ne faudrait également pas acquiescer tout rapport de force, susceptible d’envenimer la situation. Déjà, un jour après la décision forte du gouvernement par le biais de Thomas Luhaka, Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, la représentation des étudiants du Congo a lâché une déclaration poignante que plusieurs ont jugé inopportune en ce moment où le climat est assez tendu. En fait, elle avait rendu l’appareil à l’Exécutif national, lui accordant à son tour 48 heures pour annuler la mesure de déguerpissement des étudiants dans les homes, avant de répondre à sa manière.

Dans tous les cas, une solution devra rapidement être trouvée face à cet important cas.

BL