Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Contre les 15% d’IPR : le Synamed menace de décréter la grève sèche

Contre les 15% d’IPR : le Synamed menace de décréter la  grève sèche

This post has already been read 86 times!

Consécutivement à l’annonce du Gouvernement de retenir 15% d’Impôt professionnel sur les rémunérations des agents et fonctionnaires de l’Etat, un préavis de trois jours a été donné par le Syndicat National des Médecins (SYNAMED) pour que les autorités répondent à leurs préoccupations. Ce, avant qu’ils ne déclenchent une grève générale dans les hôpitaux, sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo. Ils l’ont fait savoir le vendredi 10 janvier dernier, à travers une lettre adressée au Premier ministre Ilunga Ilunkamba.

Dans cette correspondance, le Bureau Exécutif du  Syndicat National des Médecins (SYNAMED),  informe que ce préavis prend fin ce lundi 13 janvier. Cette structure insiste sur les engagements pris par le Gouvernement, entre autres, la liquidation des arriérés de rémunération; l’alignement de la rémunération des médecins à la hauteur de ce qu’ils perçoivent depuis déjà plusieurs mois, en terme de référence dans le calcul de la prime de risque des médecins; la nomination en grade des médecins; la prise en compte de tous les médecins non-payés et de la mise en retraite des médecins qui ont rendu d’énormes services à la nation et au peuple congolais ; ainsi que  la prise en charge des frais funéraires des médecins décédés et l’octroi d’une allocution substantielle à leurs progénitures. Ces revendications qui datent de longtemps, ont été réveillées par une lettre du Ministre du Budget, demandant au Secrétaire Général d’instruire la Direction de la paie, de retenir 15% sur les primes permanentes liquidées trimestriellement, des agents et fonctionnaires de l’Etat, à partir de janvier 2020, concernant l’Impôt Professionnel sur les Rémunérations (IPR).

De l’avis d’une certaine opinion, cette menace de grève constitue un mauvais signe car, si jamais la menace s’exécute, plusieurs personnes risqueraient de perdre la vie dans des hôpitaux, faute des soins appropriés.

Il sied de noter aussi que les médecins ne sont pas les seuls à revendiquer, les fonctionnaires de l’Etat se sont, en outre, donnés rendez-vous sur la place Golgotha de la Fonction publique pour dire non audit retenu de l’impôt.

Joséphine Mawete