Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Première semaine scientifique à l’UPN : la société et la religion au cœur des échanges

Première semaine scientifique à l’UPN : la société et la religion au cœur des échanges

This post has already been read 1746 times!

La troisième journée de la première semaine scientifique de l’Université Pédagogique Nationale a eu lieu vendredi 10 janvier 2020, dans la salle de promotion K2. Lors de ce forum, Baudouin Mubesala et Cyprien Wangila, l’un professeur dans la faculté des Sciences Sociales, l’autre secrétaire général dans la faculté de Religion de cette alma mater, ont tenté de réfléchir sur une thématique, à savoir : ‘’Impact des faits religieux’’. Ces deux éminents scientifiques ont montré à l’assistance la scientificité du domaine de la religion au sein de la société humaine.

Le Professeur Baudouin Mubesala a fait savoir que depuis les croyances de la Grèce Antique, il existe un lien entre la religion et l’être humain dans la mesure où ce dernier a besoin d’un substrat religieux, c’est-à-dire,  la Foi en un Être Suprême, pour entrer dans une dimension, ainsi s’affirmer ou se réaliser dans la société. Pour transcender et atteindre cet Être Suprême, dit-il, l’humain offre des sacrifices qui, au fil du temps, se développe en rites, mythes et symboles sur lesquels repose le phénomène de la religion. Tel est, d’après lui, l’impact de la religion dans la société humaine. Aussi, a-t-il estimé, que le nombre croissant d’églises et des croyants, les modalités des prêches de pasteurs, avec le ton d’une voix agressive, les haut-parleurs et les traductions simultanées qui font tendre la société vers l’hécatombe et font également à dessein une mauvaise image de la religion dans la société congolaise.

En outre, Baudouin Mubesala a évoqué la nécessité et la pertinence des enseignements de religion dans une Université de l’Etat. Selon lui, l’Université Pédagogique Nationale est la première université d’Etat qui organise un département des sciences de Religion avec pour mission d’étudier systématiquement le phénomène religieux, son impact sur l’Homme et la société. Le secrétaire général, Cyprien Wangila s’est, pour sa part, appesanti sur le rapport entre la Religion et le Droit. De ce fait, il a d’abord tenu à rappeler le trait marquant dans l’histoire de la RDC, en termes de ce rapport, celui du recours à l’authenticité sous le règne du président Mobutu, qui avait ordonné la déchristianisation des établissements d’enseignement et des personnes portant des noms chrétiens, nationalisant ceux-ci par la suite. Néanmoins, il a noté que les relations entre la religion et le Droit sont très complexes. En effet, une séparation nette existe entre ces deux domaines et, la plupart des Etats ont consacré la neutralité en matière de religion en garantissant le droit à la liberté des religions, bien que les tensions à ce sujet soient toujours récurrentes.

Benoît Malumbi