Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

L’an I de Félix Tshisekedi : voici les mandataires des entreprises publiques qui se sont distingués (Sondage Echos d’Opinion)

L’an I de Félix Tshisekedi : voici les mandataires des entreprises publiques qui se sont distingués (Sondage Echos d’Opinion)
Spread the love

This post has already been read 804 times!

Il s’est déjà passé un an depuis qu’est intervenu le passage pacifique du Pouvoir entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi. Le constat général est celui de la réussite. La population apprécie l’action du chef de l’Etat. Et la même population a eu son temps pour apprécier les mandataires des Entreprises publiques. Votre agence « Echos d’Opinion » a mené des enquêtes pour déceler des oiseaux rares qui ont été des béquilles pour la bonne marche des affaires placées sous leur responsabilité pendant cette période. Beaucoup d’entreprises étaient sous les feux des projecteurs, mais seulement, 10 mandataires se sont donc distingués pendant cette première année. Pour ce travail, l’échantillon a été constitué de 1000 sujets. Les enquêteurs ont interrogé des personnes de toutes les catégories socioéconomiques, et de tous les âges. Et nous les avons classées d’après leurs performances.

  1. Déo Rugwiza

Cette année, il s’est distingué dans l’amélioration de la gouvernance dans la gestion des ressources naturelles des entreprises publiques et des finances de l’État. Déjà Rugwiza est bien en avance par rapport aux vœux du premier ministre. Avec ses stratégies, son entreprise constitue des béquilles incontournables pour la réussite de la vision du chef de l’Etat. Avec la réalisation exponentielle des assignations, son Entreprise a bien joué son rôle. La population a, encore frais en mémoire, les 3 journées Portes ouvertes organisées à l’occasion du 10ième anniversaire de la DGDA. Le Directeur Général des Douanes et Accises est la personne qui a su relever une entreprise déjà au bord du gouffre. Il a tenu à éradiquer la maffia à grande échelle qui avait élu domicile aux postes frontaliers ainsi qu’auprès de certaines agences de trafic et de transactions des marchandises. L’an I a été pour lui celui d’un combat acharné contre la fraude, la corruption et le détournement… Il en a profité pour donner aux agents et cadre de la DGDA une leçon de bonne gouvernance. Somme toute, Deo Rugwiza avait déjà invité ses collaborateurs à redoubler d’efforts en vue d’atteindre les assignations budgétaires de l’exercice 2020 fixées à plus de 4565 milliards de Francs congolais. Soit un accroissement de 72,6% par rapport à l’exercice 2019 finissant. Pour cela, il leur était recommandé de redoubler d’efforts, en observant le Code d’éthique et de déontologie professionnelle de l’agent de douane. Voilà pourquoi la plupart de compatriotes interrogées lui accordent ce pourcentage fort éloquent. Voilà pourquoi, il engrange 87% d’avis favorable.

  1. Agnès Mwad

Au top, l’opinion a reconnu l’impact des innovations de l’Institut Nationale de la Sécurité Sociale en sigle CNSS par l’entremise de son DG Agnès Mwad. En fait, La CNSS est un

Etablissement public à caractère technique et sociale régi par la loi N° 16/009 du 15 Juillet 2016 fixant les règles relatives au régime général de la sécurité sociale.

A côté de la réforme qui consacre la création de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale(CNSS), on note une autre, celle qui vise notamment à réduire les disparités et améliorer l’accès de tous à une protection sociale pour tous. En plus d’entendre dorénavant les allocations familiales, la nouvelle loi intègre le droit aux allocations prénatales et de maternité et le droit aux indemnités journalières pour la femme travailleuse pendant le congé de maternité pour compenser la perte de ses revenus. Il en est de même de l’allocation de vieillesse pour l’assuré ayant moins de 15 ans d’assurance et la pension d’orphelins et de survivant aux ayants-droit d’un assuré.

La population intériorise sa vision de faire de la CNSS l’un des meilleurs régimes de sécurité sociale en Afrique, appelé à apporter une contribution majeur au développement socioéconomique de la République Démocratique du Congo. Par ailleurs, l’opinion retient qu’Agnès Mwad a mobilisé toutes ses énergies pour réfectionner l’immeuble de son entreprise dans un temps record. . A celle-ci s’ajoutent la réhabilitation des infrastructures de base et l’amélioration des conditions sociales des agents et cadres de cette entreprise ainsi que celles des pensionnés. Le choix que les membres de l’Association internationale de la sécurité sociale pour l’Afrique centrale (BLAISAC), avaient porté sur sa personne continue à peser sur l’opinion. La fin de l’année a été tout simplement heureuse pour tous les assujettis de la CNSS. Grace à ces innovations le baromètre indique 85% d’avis favorables.

  1. Daudet Laya Sinsu

Le Directeur Général de la Société Commerciale des Transports et des Ports est l’homme qui a su redorer l’image ternie de cette Entreprise. Tous les matelots, des cheminots et des transporteurs, de l’intersyndical ainsi que de tous ceux qui, de loin ou de près, dépendent de cette Entreprise ne cessent de parler de lui en des termes flatteurs. La fluidité du transport sous sa gestion contribue à l’amélioration des conditions de vie de la population.

Cette société publique, grâce à son leadership, a sur redonner le sourire à son personnel. Il a remis la pendule à l’heure dans plusieurs compartiments de son entreprise, notamment la remise en marche des machines longtemps abandonnées, la circulation du train express, le bateau qui flotte à nouveau, le paiement régulier de salaire une gestion orthodoxe de l’appareil de l’Etat…Le budget de l’Etat a trouvé son compte et tout semble baigner dans l’huile. Plus personne ne parle de la grève. Avec la confiance qui renait, l’opinion lui attribue 82% des points.

  1. Lucien Bonyeme Ekofo

Contrairement aux autres années où les salariés de la SONAS vivaient comme en enfer, l’an I de Félix Tshisekedi a été tout simplement salvateur pour eux. D’ailleurs, depuis la nomination de Lucien Bonyeme, l’entreprise vit dans une paix sociale jamais vécue. Il s’est révélé l’homme de la situation. Il a doté la Sonas d’un charroi automobile et, pour des clients, le respect de « jeudi sinistre » qui indemnise tous les accidentés, les victimes des

catastrophes naturelles…les Le Directeur Général de la Sonas, fils maison, aura mis tout le monde d’accord en termes de la gestion orthodoxe de l’Entreprise. Saignée à blanc, la Sonas, malgré la concurrence due à la libéralisation de l’espace des assurances remis de l’ordre dans la boutique, en maintenant l’entreprise au zénith comme fut l’époque du monopole. Il a procédé au paiement régulier de salaire est respecté sur toute l’étendue nationale à travers les entités Sonas et au siège successivement 9 mois se sont écoulé chaque 23 ou 25 du mois les agents de cette Entreprise reçoivent leur salaire à la banque. Pour une première après 18 ans à la Sonas cadre et agent viennent de toucher leur gratification dont le travailleur aiment appeler 13emois.

Le paiement de sinistre le seuil a été revu à la hausse dont le minimum d’indemnisation s’élève à 500usd en CDf. Sans oublier qu’avec la concurrence accrue dont le secteur a été libéralisé des efforts innombrables ont été fournis pour améliorer le produit d’assurance. Aussi, retenons que la prime d’assurance a été revue à la baisse pour un véhicule qui vous coutez 217usd actuellement elle vaut 199usd. Sans oublier la remise à niveau du personnel Sonas sur plusieurs aspects de formation dont le thème tourne essentiellement les techniques de vente. Pour ainsi rajeunir certains postes de condamner plusieurs cadres et agents ont été retraités afin de se laisser la place à la génération montant. Avec toutes ces performances, l’opinion lui attribue 80 %.

  1. Célestin Pierre RISASI TABU wa M’SIMBWA

L’Office de contrôle de la qualité, de la quantité et de la conformité des produits sur l’ensemble du territoire de la République démocratique du Congo, pour ne pas citer l’Office congolais de contrôle s’est engagé l’année passée à de la mise en œuvre du plan de renforcement des capacités par la formation des responsables de laboratoires OCC à la norme ISO/CEI 2017 RVA Formation des ingénieurs-techniciens OCC à l’évaluation de la conformité des produits électrotechniques en République démocratique du Congo. A l’interne les échos ont été flatteurs. D’après le Syndicat de cette entreprise, Célestin Pierre RISASI TABU wa M’SIMBWA, a tenu à honorer les représentants de tous les travailleurs OCC dans diverses actions posées. Il n’y a réellement rien qui cloche car l’OCC effectue à temps : le paiement des salaires des cadres et agents, honore les factures des fournisseurs dans le délai, s’acquitte loyalement de ses obligations fiscales et assure les soins médicaux des employés et de leurs familles. La gestion transparente et rigoureuse du bien commun flatte tous les partenaires. On n’oubliera nullement l’allocation de la prime kilométrique et de frais de scolarité qui sont versé à chaque employé pour ses enfants, surtout à l’approche de l’année scolaire. Et les consommateurs congolais ne cachent pas leur satisfaction eut égard aux nombreuses innovations de ce mandataire consciencieux. Il mérite alors les 78% que lui accorde l’opinion.

  1. Abdallah Bilenge

L’an I de Félix Tshisekedi été bien rempli par la Régie de Voies Aériennes. Le Directeur Général Abdallah Bilenge s’était engagé dans la réhabilitation des infrastructures aéroportuaires du pays, en rénovant les pistes existantes ou en faisant construire de nouveaux éléments. Déjà en 2018, le directeur général de la RVA a amené le président de la République honoraire à

poser la première pierre d’une nouvelle aérogare visant à poursuivre la modernisation de l’aéroport international de N’Djili ici même à Kinshasa, porte d’entrée dans la troisième mégapole d’Afrique. Évalué à 364,9 millions de dollars pour un contrat de 36 mois, la future aérogare aura une capacité de 40.000 m2 soit quatre fois plus que l’actuelle aérogare. Il s’agit de construire également de nouvelles pistes et un nouveau parking. Le nouveau projet devra “répondre aux problèmes de flux annuel de trois millions de passagers et répondre aux normes internationales. C’est une innovation spectaculaire qui a été bien perçue par la population. Surtout qu’il a, la semaine passée, expliquer, par certains organes des medias interposés, les tenants et les aboutissants de ce grand projet en cours de matérialisation. On ne parlera pas des autres réalisations à Goma, à Mbuji-Mayi et, dans un avenir tout proche, à Kananga, comme le souhaitent certaines personnes interrogées. Il sied également de signaler les travaux de rénovation du Hangar devant abriter les Directions opérationnelles de Congo Airways à l’Aéroport de N’djili. Toutes ces performances lui valent 75%.

  1. Patrice Kitebi

Avec 70%, Patrice Kitebi est l’initiateur des 13 alignés au financement du FPI dans la droite ligne du programme d’urgence des 100 jours du chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi. Le Projet de construction du Pont-Route –Rail entre Brazza et Kinshasa a fait couler beaucoup d’encres. Mais la FPI avait signé, à Kinshasa le 23 mars 2018, une convention pour la construction d’un port à Banana. Grâce à la clairvoyance de Kitebi, une firme des Emirats Arabes Unis connue comme le troisième exploitant portuaire mondial viendra réaliser cet ouvrage au grand bonheur du Kongo-Central. Cette action a fait tache d’huile auprès des enquêtés. Le FPI, depuis un temps, procède au recouvrement forcé qui vise, sans aucune distinction, des clients n’ayant ni satisfait à ses exigences en termes de cahier de charge présenté au moment de l’octroi du prêt, ni respecté l’échéance de remboursement convenu. Plus d’une vingtaine de maisons ou immeubles sont dans le viseur. Et la réhabilitation des institutions publiques avec son financement est très appréciée de tous. Il engrange 73% des propos favorables.

  1. Benjamin Wenga

Benjamin Wenga est au centre de toutes les conversations. Mais depuis que l’Intersyndical de son Entreprise a annoncé la fin des travaux des « Saut-de-mouton » de Ngaliema, le sourire commence à se dessiner sur presque toutes lèvres. C’est comme si c’était lui le « créateur» des embouteillages. Au four et au moulin, Benjamin Wenga, est décidé de transformer la voirie urbaine. Pas seulement de la capitale, mais aussi du Congo profond. Pour le directeur général de l’OVD, « les travaux consistent en la réhabilitation profonde, totale et partielle des différents axes qu’on a sélectionnés. Il s’agit donc de la modernisation de la voirie ». Son entreprise va réhabiliter 40 km des voiries dans la ville de Kinshasa, dans le cadre du Programme d’urgence du Président Félix-Antoine Tshisekedi. L’office des voiries et drainage (OVD) avait lancé depuis le 5 mars à Kinshasa, les travaux d’urgence de réhabilitation des infrastructures routières dans quelques axes principaux de la ville, notamment sur les avenues Université, Force publique, et Saio. Aujourd’hui tout est praticable. « Cette initiative va se poursuivre prochainement pour la voirie urbaine de Mbuji-Mayi, à de Kananga et ailleurs. Selon le directeur général de l’OVD, Benjamin Wenga, tous les moyens matériels, techniques et humains sont disponibles pour achever ces travaux endéans 100 jours. Il mérite ses 68%.

  1. Maurice Tshikuya,

Le Directeur Général de l’Institut National de Préparation Professionnelle, INPP en sigle, devait s’estimer l’homme le plus heureux du monde dans la mesure où il a donné du travail aux citoyens qui, par manque d’instruction, étaient bloqué. En plus, Tshikuya a initié des travaux de construction des bâtiments de son entreprise. En dehors de Kinshasa, à Lubumbashi les nouveaux bâtiments de l’INPP. Les travaux financés par les gouvernements japonais et congolais ont duré 18 mois et ont coûté 29 millions de dollars américains. La RDC y a participé à hauteur de 20%.

Maurice Tshikuya, ADG de l’INNP indique toujours qu’ils ont mis en place de formations sur l’entreprenariat. Une fois outillés, ces jeunes entrepreneurs peuvent accéder à un crédit mis en place grâce à un fonds financé par le Japon et logé à la banque FINCA RDC. La seule garantie à présenter par les souscripteurs, c’est le diplôme de l’INPP. Il est remarquable avec 62% d’opinion.

  1. Jean-Marie Elese

Depuis l’avènement de Jean-Marie Elese, l’opinion a constaté, l’année qui vient de s’achever, de sérieuses améliorations. Depuis l’année écoulée, il y a eu des accrochages entre la FEC et l’Etat sur base de certains tarifs, mais la LMC, par intermédiaire de son Directeur Général, avait remarqué que les droits de trafic avaient un impact marginal sur les prix des biens et services. Par conséquent, les LMC avaient demandé au gouvernement de ne pas céder à la pression des agents maritimes, car l’augmentation des prix qu’ils réclament ne repose sur aucun fondement. Cette décision a fait des innovations remarquables sur la mobilisation des recettes de l’entreprise. Il conviendrait de signaler que l’entreprise en train de vivre contrairement aux jours passés. Le directeur rafle pour cela 58%.

Conclusion

Il sied de conclure que l’Agence avait ciblé plusieurs mandataires des Entreprise du portefeuille de l’Etat. Il convenait d’en retenir que 10 qui ont véritablement marqué des points pendant l’an I du Pouvoir de Félix Tshisekedi.

Fidèle à ses méthodes, l’Agence de Sondage « Echo d’Opinion » n’a retenu que des personnalités d’entreprises qui émergent au-dessus du seuil fixé à 50%. Ceci se justifie par manier de créer et de prendre des initiatives louables d’après la lecture de la population cible. Comme toujours, notre idée n’est pas de sous-estimer les autres, mais de nous limiter à quelques cas pour permettre à notre grand public de juger ceux qui ont excellé pendant un certain temps. Loin d’e s’affirmer exhaustives, investigations continueront pour déboucher sur une liste beaucoup plus longue. Il est donc temps que les autres doublent d’effort dans les innovations.

Sondage « Echo d’Opinion »