Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : un atelier d’évaluation de la campagne d’enregistrement à l’état-civil dans les écoles

Kinshasa : un atelier d’évaluation  de la campagne d’enregistrement à l’état-civil dans les écoles
Spread the love

This post has already been read 670 times!

Le comité technique de la réforme de l’état-civil a tenu un atelier jeudi 13 février 2020, en vue d’évaluer la première phase pilote du projet de Renforcement  des Systèmes de Développement Humain (PRSDH),  à travers la ville de Kinshasa. A l’issue de cette activité qui s’est tenue au Centre Culturel Boboto, Jean Tshikuna a laissé entendre qu’ils sont satisfaits des résultats de cette réforme puisque cela renforce l’état-civil de la RDC qui est actuellement très faible.  D’où, avec le financement de la Banque Mondiale,  le consortium CIVIPOL, UNFPA, CARITAS Congo, DIGITECH, IDEMIA, TRANSTEC, avait lancé la campagne de rattrapage d’enregistrement des élèves ainsi que leur fratrie à l’état-civil. Ce, en vue d’améliorer  le système de l’état-civil en République Démocratique du Congo.

Le Représentant du Projet de Renforcement des Systèmes de Développement humain,  Jean Tshikuna a déclaré qu’il y a une grande satisfaction par rapport à cette mission relative au statut de réforme. ‘’Nous allons valider le projet de la stratégie. Une fois que c’est fait, nous allons le déposer au niveau du Gouvernement qui pourra le valider en temps opportun’’, a-t-il fait savoir.

Il a précisé que l’évolution de la campagne de rattrapage d’enregistrement à l’état-civil fait aussi partie du projet. ‘’A Kinshasa, nous avons déjà plus de 800.000 enfants qui sont enregistrés et d’autres en possession de leurs actes de naissance. D’ici la fin de l’année, nous espérons atteindre nos objectifs en inscrivant plus de 2.400.000 enfants pour atteindre nos objectifs dans les villes ciblées de la République’’, dit-il.

En effet,  depuis le début de ce projet,  plusieurs activités ont été menées, à savoir, le diagnostic du système d’état-civil de la République Démocratique du Congo ainsi que la cartographie de tous les bureaux de l’état-civil, en vue de connaître l’état des lieux de l’état- civil afin de développer une stratégie  pour moderniser le système. D’où, des expérimentations tirées des stratégies sont observées à Limete et dans la ville de Mbanza-Ngungu.

Objectif dudit projet

Ainsi, ce projet du  Gouvernement congolais se veut de moderniser le système d’état-civil, en vue de lui permettre de répondre efficacement aux besoins et aux droits de la population en matière d’identification civique et de protection sociale. Cet appui se matérialise par l’exécution de deux projets, dont le premier concerne l’établissement de 2.400.000 actes de naissance à  600.000 élèves de la maternelle et du primaire ainsi que leur fratrie, avec une phase pilote axée sur la ville de Kinshasa  où 400.000 actes de naissance ont été  établis pour 100.000 élèves et leur fratrie.  Mais, la difficulté réside sur le fait que certains enfants ont changé d’école à cause de la gratuité. Cela n’empêche pas de réaliser du porte-à-porte pour remettre des actes de naissance. Le second projet concerne l’appui à la modernisation du système de l’état-civil en RDC, à travers la collecte des données dans plus de 1.200 bureaux d’état-civil du pays.

Par ailleurs, l’exécution de la phase pilote de ces deux projets a connu  l’implication des Ministères de l’EPSP, de l’Intérieur et de la Justice, à travers leurs rôles respectifs à différentes étapes de l’opération. La préparation de celle-ci a connu plusieurs réunions d’information et de formation à l’intention des experts et cadres desdits Ministères et du personnel de terrain qui ont été chargés de faciliter le déroulement de l’activité,  l’introduction de la requête d’actes de naissance des élèves par les parents à l’obtention gratuite de ce document de droit civique par les mêmes géniteurs.

Acte de naissance, un document important pour l’homme

Dans la mise en œuvre de ce projet, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a conduit les opérations de collecte pour l’élaboration de la cartographie du système d’état-civil  et la mise en place d’une base de données sur les enfants bénéficiaires d’actes de naissance. D’où, l’importance de noter que la déclaration de naissance d’un enfant par les parents est une obligation légale, et sa non-observation est punie par la loi. Car, l’acte de naissance est un document qui atteste le début de l’existence d’un enfant et dont la fin est constatée par un acte de décès. Il procure à chaque enfant et à tout citoyen, la nationalité, le droit de prouver et de constater son identité mais aussi, son appartenance à une famille.  Et, l’acte de naissance fournit à l’enfant et à tout citoyen, des droits, tels que le droit à la protection, le droit de succession lors de la séparation des conjoints ou du décès d’un des parents ainsi que des droits civiques et politiques.

Joséphine Mawete