Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Tshikapa : le mot d’ordre de grève bien suivi par les Magistrats

Tshikapa : le mot d’ordre de grève bien suivi par les Magistrats
Spread the love

This post has already been read 543 times!

Ils l’ont exprimé à travers un mémo qu’ils ont adressé à M. le Président du Conseil supérieur de la magistrature à Kinshasa/Gombe, avec copie à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Félix Antoine TSHISEKEDI Tshilombo, magistrat suprême et garant des institutions de la République et au Gouverneur de la province du Kasaï. La lecture de ce mémo a été faite devant les hommes des Médias par madame Yanga Ekofo Elie, juge d’instance et porte-parole des magistrats, devant le bâtiment abritant  la cour d’appel du Kasaï.

‘‘Nous, magistrats de la République, œuvrant dans la province du Kasaï, nous nous solidarisons avec nos collègues de toutes les 26 provinces,

Vu la précarité des conditions de vie et de travail des magistrats, en général, et ceux de la province du Kasaï, en particulier,

Vu la constitution de la République qui reconnaît l’existence de trois pouvoirs : Exécutif, législatif et judiciaire.

Considérant que la justice constitue un des grands piliers du développement au sein d’une Nation, Considérant que le pouvoir judiciaire demeure un des pouvoirs le plus marginalisé au sein de la République, Considérant que dans la province du Kasaï, par esprit de patriotisme, des magistrats martyrs ont versé de leur sang pour que triomphe la justice dans la province, Considérant les difficultés de logement auxquels font face les magistrats de la province du Kasaï, en particulier, et ceux de la République, en général, au mépris des dispositions statutaires en son article 25 alinéa 3 qui leur accorde une indemnité de logement à défaut d’être logé par l’Etat en vue de conforter leur indépendance,

Considérant que faute d’être garantis, les Magistrats de la province du Kasaï, en particulier, et ceux de la République, en général, se retrouvent logés dans des hôtels ou locataires chez les particuliers où ils se voient chaque jour humiliés par ces potentiels justiciables. Ce qui compromet leur indépendance et leur dignité, Considérant globalement la retenue intempestive de 15% de l’IPR sur le salaire des Magistrats en lieu et place de 3% tel que prévu par la loi de finances, frisant un détournement qui ne dit son nom,

Considérant le salaire de misère que touchent les magistrats de la République au mépris des dispositions statutaires en son article 25 qui reconnaît aux magistrats une rémunération suffisante à même de conforter leur indépendance,

Considérant l’inapplication des dispositions statutaires à son titre deuxième qui leur garantit des droits et des avantages sociaux en son article 25,

Considérant les conditions inhumaines, dégradantes et malsaines des infrastructures abritant les services judiciaires dans la province du Kasaï, en particulier, et dans la République, en général,

Considérant les frais de fonctionnement dotés par le gouvernement de la République aux cours et tribunaux ainsi qu’aux parquets près ces juridictions mais qui, malheureusement, sont détournés à un certain niveau au détriment du bon fonctionnement de la justice et qui exige dès lors à ce jour un audit pour une période couverte de 2010 à ce jour,

Considérant l’allocution du Chef de l’Etat sur l’état de la Nation devant le parlement réuni en congrès à Kinshasa en date du 13/12/2019, nous citons : ” La justice constitue un des leviers d’amélioration du climat des affaires. A ce titre, je veillerai à garantir l’indépendance véritable du pouvoir judiciaire. Ceci passe impérativement par l’amélioration des conditions de vie et de travail des magistrats et du personnel judiciaire pour les mettre à l’abri de diverses sollicitations”.

Considérant, enfin, le mot d’ordre de grève générale lancé par les syndicats des magistrats sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo, afin d’exiger l’application immédiate du Barème Lwamba ainsi que la garantie des droits et avantages statutaires sociaux en faveur de tous les magistrats de la République,

Décidons, à ce jour, un arrêt de travail jusqu’à nouvel ordre.

Fait à TSHIKAPA, le 10/02/2020

Le porte-parole des magistrats

YANGA EKOFO ELIE

Juge d’instance