Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Dimanche magique : de moi à moi-même !

Dimanche magique : de moi à moi-même !

This post has already been read 1125 times!

*L’horloge a tourné et après plusieurs tic-tacs, elle est revenue sur ce jour du 15 mars 2020. Un an de plus s’est ajouté à mon âge : jour magique, s’il en est, car 65 ans ont sonné depuis aujourd’hui.

Rétrospective d’une existence, comme tout le monde, avec des hauts et des bas.

Je suis l’aîné d’une grande famille de 18 enfants dont dix issus de mon défunt père arraché brutalement à notre affection,  il y a 50 ans et 8 autres découlant de ma mère, elle aussi partie dans l’au-delà, le 30 juin 2019, il y a juste 9 mois des suites d’une courte maladie. Pour revenir à moi-même, je suis père de 7 enfants dont deux filles qui ont fait de moi grand-père 8 fois et 5 garçons ayant produit, à leur tour 3 rejetons. En faisant bien le compte, je suis le papy de 11 jeunes pousses. Séparé à l’amiable depuis 5 ans après une vie amoureuse passée entre joies et peines durant 30 ans d’avec celle qui m’a donné 3 garçons dont elle a la garde, je ne regrette rien sauf qu’elle refuse systématiquement de me rencontrer encore moins de m’assister dans les moments de bonheur et de malheur. Comme lors du décès de ma maman au cours duquel elle a brillé par son absence. Journaliste depuis 1976, année de naissance de mon premier enfant, une fille, j’avoue avoir tout gagné avec ce métier. Fondateur et propriétaire de l’Agence Temps Libre, de E-Radio, E-Télé et des publications E-Mbandaka et E-Kinshasa. Et depuis 2011, haut conseiller au CSAC (deux mandats) au cours desquels, j’ai pleuré 4 collègues qui nous ont quittés. Souvent malade, mais constamment sur la brèche même à distance grâce à la magie de télé-travail…

Je voudrais avant de refermer ce post exprimer toute ma gratitude à ma famille biologique pour l’unité qui a toujours prévalu, envers et contre tout. Un lien solide nous unit. Car la famille, quoiqu’il arrive, c’est ce fil qui peut s’étirer sans se casser. Et je dois une fière chandelle à mes amis et connaissances pour avoir été toujours là. En cet instant magique, je me souhaite un pétillant anniversaire.
Paris,  le 10 mars 2020

Jean Pierre Eale/CP