Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa et Brazzaville s’associent pour l’inscription de la Rumba congolaise sur l’échiquier mondial

Kinshasa et Brazzaville s’associent pour l’inscription de la Rumba congolaise sur l’échiquier mondial

This post has already been read 601 times!

Il s’est tenu le 11 mars dernier au Musée national de la RDC (MNRDC), à Kinshasa, la cérémonie du lancement du Colloque international de la Rumba congolaise par M. Jean-Marie Lukundji, Ministre de la Culture et des Arts de la RDC. Au cours de ces assises, la République Démocratique du Congo, ensemble avec la République du Congo se sont engagées à une démarche conjointe consistant à préparer le dossier de la candidature de la Rumba congolaise pour son inscription sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Une initiative émanant des gouvernements de deux pays voisins à travers leurs ministères de Culture et des Arts. Cette cérémonie a connu également la participation de M. Augustin Bikale, chef du bureau de l’UNESCO.

Le Ministre RD congolais en charge de la Culture et des Arts, M. Jean-Marie Lukundji, a insisté sur l’engagement de son pays dans le processus de la préparation conjointe du dossier de la candidature de la Rumba congolaise sur la prestigieuse liste du patrimoine immatériel de l’humanité, dont le dépôt interviendra impérativement le 26 mars prochain à l’UNESCO.

S’agissant des critères d’éligibilité, le Ministre Lukundji  a précisé que ce dossier mené par la RDC et le Congo-Brazza auprès de l’UNESCO remplit déjà au total 5 critères notamment, les arrêtés ministériels de 2017 et 2018 classant la Rumba congolaise comme élément du patrimoine culturel national immatériel et celui de la mise en place d’une Commission nationale pour inscription de cette Rumba sur la liste du patrimoine culturel.

Dans le même ordre d’idée, M. Dieudonné Muyongo, ministre de la Culture et des Arts du Congo-Brazza, tout en saluant l’accueil chaleureux réservé à leur modeste personne, il a, dans la foulée, précisé que les deux capitales sœurs et les plus rapprochées du monde (Kinshasa-Brazzaville) disposent d’un riche patrimoine culturel commun dans le domaine de la musique qui est symbolisé par la Rumba congolaise en tant que musique et danse.

Quant au chef du bureau de l’UNESCO, M. Augustin Bikale a affirmé qu’ils sont tenus de venir en appui technique à ce processus, et il a par conséquent lancé un appel aux gouvernements de deux pays et mélomanes de la Rumba d’apporter leur soutien à cette candidature, tout en espérant que cette inscription sera une nouvelle manière de célébrer la musique congolaise.

Nelson Mafuta