Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

«Année de l’action» : peut-on assister à une action concrète le 2 avril 2020 à la RTNC ?

«Année de l’action» : peut-on assister à une action concrète le 2 avril 2020 à la RTNC ?

This post has already been read 255 times!

La réponse est OUI pour les optimistes, et NON pour les pessimistes. Y réfléchir d’abord avant d’opter pour le OUI ou pour le NON nécessite un esprit critique. Critiquer, c’est bien. Mais proposer une solution à un problème qui pose, c’est mieux. Mais dans l’un ou l’autre cas, il doit y avoir nécessairement problème en tant qu’ « écart qui existe entre ce qui est et ce qui devait être ». Et pour résoudre un problème, réduire l’écart dans un cadre approprié est une bonne chose. Le faire à une période déterminée dénote d’un esprit de planification et d’organisation. Pour toute entreprise ou établissement public, la date anniversaire pourrait être le moment propice de réfléchir et méditer sur sa situation annuelle.

C’est pourquoi la RTNC peut ne pas s’en passer pendant cette « Année de l’action. Il s’avèrerait que le 2 avril 2020 est appropriée pour mener une action concrète et visible dont le résultat pourrait donner matière à réflexion aux congolais que nous sommes dans le milieu politique, professionnel, et extra professionnel. Avec l’organisation d’un  culte œcuménique de réconciliation et de pardon mutuel à la date précitée peut être un déclic qui constituerait le point de départ pour le reste des programmes  retenus pour la circonstance.

Cette approche tire son soubassement de l’article 23 de la constitution de la RDC qui stipule que « Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve de la loi, de l’ordre public et des bonnes manières ». Ces bonnes manières voudraient que les critiques constructives en 2020 nous interpellent sectoriellement, en rapport avec la devise de notre pays qui est Justice-Paix-Travail de son hymne national Le Debout Congolais. C’est pourquoi la RTNC peut se servir de ces critiques pour s’améliorer, et éviter les préjugés fondés ou infondés, dont l’éclairage pourrait être donné lors des réflexions d’un anniversaire comme celui du 2 avril 2020.  . Une occasion qui est donnée aux uns et aux  autres de reconnaitre déjà ce qui est fait au niveau de la hiérarchie de l’établissement public et des instances supérieurs du pays, même s’il restait encore à faire pour mieux faire. Car, « Rome n’a pas été construit en seul jour ».

Sans tergiverser, le problème à résoudre pour le moment est celui du changement de mentalités négatives en mentalités positives avec le déclic du 2avril 2020. L’action  concrète qu’entreprendrait la RTNC pour rendre visible toute autre action d’envergure en faveur de l’intérêt général du peuple congolais dépendrait de la victoire des valeurs sur les antivaleurs, notamment la vérité sur le mensonge, la justice sur l’injustice, le bonheur sur le malheur, l’information sur la désinformation etc. Le bon moment pour se souvenir de bons et mauvais souvenirs demeure le jour anniversaire dont la date est une référence comme cela est le cas pour le 8 mars pour ce qui est du mois de la femme en RDC.

Après la fin de l’historique mois de mars en cours, le 1er avril 2020 a aussi son histoire pour certains Congolais qui aiment surprendre agréablement les leurs avec « le poisson d’avril ». Mais le 2 avril est aussi une date historique depuis 1981 pour les professionnels de médias audiovisuels officiels. C’est à cette date qu’est enterrée l’expression chère aux fonctionnaires qui est « travail ou pas travail salaire égale à la fin du mois », pour céder sa place à celle de « travail égale salaire » avec la création de l’Office  Zaïrois de Radiodiffusion et de Télévision (OZRT),actuelle Radio-Télévision Nationale  Congolaise (RTNC) qui était une fusion de la Radio nationale, de la télévision nationale, de la Régie Nationale des Actualités (RENACT), et de la Radio-Télévision Scolaire (RATELESCO). Pour certains l’appellation RTNC date de 1966, avec la naissance de la Télévision le 23 novembre 1966, tandis que d’autres estiment que c’est l’OZRT qui a été mué en RTNC, avec la révolution pardon du 17 mai 1997. Tant mieux. Mais ce qui est important pour le 2 avril 2020, c’est de savoir si la RTNC a progressé ou a régressé du point de vue des moyens humains, matériels et financiers, en suivant  l’accomplissement de ses missions classiques d’informer objectivement, de former/éduquer médiatiquement, et de divertir sainement la population, mieux ses auditeurs et téléspectateurs, entre le 17 mai 1997 jusqu’au 24 janvier 2019, et du 24 janvier 2019 à ces jours.

Tout est fonction du bilan de gestion de chaque entreprise ou établissement public. Les sanctions positives ou négatives à infliger aux mandataires en fonctions doivent répondre aux critères de compétence et de méritocratie, pour éviter le règlement des comptes ou commettre l’erreur de déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul, et se retrouver dans le Médiocre au lieu d’être dans l’Assez Bien ou encore dans le mauvais au lieu d’être dans le médiocre.

Au lieu de se perdre dans la division négative au sein d’une unité de production des services importants qu’attend le peuple congolais, le mieux serait de réfléchir sur ce qui doit être fait par la RTNC après le 2 avril 2020 pour que les antivaleurs soient méthodiquement et médiatiquement anéanties par les valeurs. Et que la RTNC en donne officiellement le ton le 2 avril 2020. La division positive de la classe politique, avec l’opposition politique représenté par son porte-parole,  la coalition CACH-FCC au pouvoir et la société civile dans sa diversité, œuvrent dans la division positive, grâce au travail que la Chaîne nationale va accomplir, avec les moyens disponibles, avant de recourir aux  services d’autres chaines de radio et/ou de télévision qui seraient  aussi branchées sur la visibilité de « l’Année de l’Action ». A chacun de nous d’y prendre sectoriellement conscience.

Aimé Isidore KAKUSA GULUNUGA-MULONDO

Formateur en Audiovisuel/RTNC-A.C.