Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Gino Rehema : «le handicap n’est pas une fatalité»

Gino Rehema : «le handicap n’est pas une fatalité»

This post has already been read 351 times!

Dans son allocution où elle a parlé de son parcours, des réussites et des difficultés qu’elle a rencontrées dans l’exercice de son métier, Sergino Rehema dit Gino, journaliste à la Radio Top Congo et Coordonnatrice de l’ONG « Zéro Handicap »,  a révélé au grand jour le quotidien des personnes vivant avec handicap. D’après elle, l’infirmité n’est pas une fatalité et le handicap n’est pas seulement physique mais aussi mental. Son message a été prononcé lors de la 1ère édition de la Foire des femmes des médias organisée mercredi 18 mars 2020, au Collège Boboto, par l’Union Congolaise des Femmes des Médias (UCOFEM) et l’Association Congolaise des Femmes de la Presse Ecrite (ACOFEPE).

Lors de cette exposition au niveau de chapiteau du centre culturel Boboto, la salle Père Boka avait permis, d’entrée, à Mme la Ministre d’Etat en charge du Genre, famille et enfant, Béatrice Lomeya, de convier les femmes journalistes de travailler en odeur de sainteté avec leurs collègues hommes. Après ce mot d’ouverture, la Ministre avait visité  chaque stand où les organes de presse ont exposé leurs œuvres. Elle était accompagnée du représentant du Ministre de la Communication et Médias et les autres parrains de l’événement entre autres Internews. Prenant la parole, Gino Rehema, journaliste à la Radio Top Congo FM, a parlé longuement de son parcours plein de rebondissement. « Etre femme et être une personne vivant avec handicap n’est pas facile, car en dehors de ce combat,  je dois mener celui de me faire accepter dans la société. Comme femme j’ai besoin de mener encore un deuxième combat d’enlever de la tête des gens que je ne suis pas handicapée comme  les autres le pensent. Ce n’est pas facile  de se faire intégrer dans la société », dixit la coordonnatrice de l’ONG Handicap zéro. A cause de la discrimination, du rejet, Gino Rehema n’a pas bénéficié de l’amitié, du goût de la jeunesse. En outre, elle a demandé aux parents de tirer les oreilles de leurs enfants à ne pas se moquer des personnes vivant avec handicap car c’est dur et cela fait mal de vivre ainsi.

Ornella Muleka