Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Pour sa première édition, «La foire des femmes des médias a été une réussite totale», affirment les panélistes

Pour sa première édition, «La foire des femmes des médias a été une réussite totale», affirment les panélistes

This post has already been read 276 times!

A l’initiative de l’Union Congolaise des femmes des médias (UCOFEM) et de l’Association Congolaise des Femmes de la presse écrite, (ACOFEPE) avec l’appui de quelques partenaires, la première édition de la foire  des femmes des médias s’est tenue, le mercredi 18 mars 2020, au chapiteau du collège Boboto, à la grande satisfaction de tous les participants. Avec des activités d’exposition des produits médiatiques à travers des stands, des panels pour les échanges d’expérience, la foire des femmes des médias a été organisée en marge de la célébration du mois de la femme qui a pour thème national : « Congolaises et congolais, levons-nous pour défendre les droits des femmes ».

Anna Mayimona, Directrice Nationale de l’Ucofem, fait savoir que l’objectif visé par cette Foire était de promouvoir l’image positive des femmes œuvrant dans les médias. ‘’Il s’agit d’une vitrine, d’un espace d’échanges, d’analyse et de réflexion sur la situation des femmes évoluant dans différents médias et du rôle qu’elles jouent dans la consolidation de la démocratie par leurs productions‘’, a-t-elle fait savoir. Grâce Ngyke, quant à elle, a laissé comprendre que cette fête foraine répond à l’un des Objectifs de Développement Durable, « Femme et médias », ayant trait à l’appel à l’action sur la professionnalisation des femmes des médias. Avant d’ajouter que cette foire est une forme de plaidoyer pour cette femme des médias qui contribue au développement de son pays.

L’une des intervenantes, la professeure de l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication, Madeleine Mbongopasi, a décortiqué avec les professionnels des médias « La qualité du contenu de production des femmes des médias crée l’impact sur le développement durable ».

Estimant qu’il est difficile d’en mesurer l’impact, elle a élargi le thème au sens de l’apport car, selon elle, la femme a emmené ses problèmes dans les médias, en parlant des violences sexuelles et domestiques.

Madeleine Mbongopasi a relevé que les médias ne possèdent plus le monopole de diffusion de l’information. ‘’De nos jours, tout le monde peut recevoir l’information à sa manière juste à travers son téléphone, ce qui rend le monde en petit village planétaire, et avec le décalage horaire l’information n’attend pas. Mais le journaliste doit être là pour donner une communication fiable et bien traitée‘’, a-t-elle souligné.

Soulignons que c’est grâce au programme Media Sector Development Activity (MSDA) de l’USAID, avec un financement complémentaire de la coopération suédoise et Internews, que la première édition de la Foire des femmes des médias a été rendue possible.

Joséphine Mawete