Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Mesures restrictives prises pour le transport en commun : la Police Nationale fait appliquer la loi

Mesures restrictives prises pour le transport en commun : la Police Nationale fait appliquer la loi

This post has already been read 127 times!

Le coronavirus est un virus qui ravage le monde. En République Démocratique du Congo, les cas contaminés à ce jour passent à 36 selon l’INRB dont deux personnes ont déjà perdu la vie et deux autres cas testés positifs ont été signalés à Lubumbashi. A Kinshasa, le Premier ministre Ilunga Ilunkamba et le Gouverneur de la Ville de Kinshasa ont pris des mesures pour limiter la chaine de contamination de cette pandémie. Parmi lesquelles, la limitation de nombre des passagers dans le transport en commun. Mesure respectée par les uns et non respectée par les autres. Sur ce, la Police nationale congolaise entre en jeu pour faire appliquer les mesures prises par l’Hôtel de ville.

Il vous souviendra que c’est depuis le week-end dernier que le Gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila Mbaka a signé un Arrêté sur les mesures à prendre en cette période de la guerre sanitaire contre le covid-19 dans la capitale congolaise. Les chauffeurs de taxi, taxi-bus et moto sont contraints d’appliquer lesdites mesures.  D’après Sylvano Kasongo, la police nationale congolaise s’est déployée dans les carrefours de la ville pour le contrôle, ceux qui n’ont pas respecté les mesures ont été déjà arrêtés. «Nous appliquons les mesures prises par le Président de la République et répercutées par le Gouverneur qui a signé un Arrêté depuis le samedi. Le samedi et dimanche nous avons sensibilisé les agents et aujourd’hui nous avons commencé à appliquer. Nous sommes en train d’interpeller les personnes qui ne respectent pas la loi et saisir les véhicules pour protéger la population», a déclaré le commissaire générale de la Police Ville de Kinshasa. Et de renchérir : «Le cas de poids lourd est un exemple, quand on dit que le minibus doit prendre 10 personnes, eux ils prennent 20, ils doivent respecter l’Arrêté du Gouverneur. La police compte intensifier le contrôle  pour que les gens comprennent que la force est dans la loi. Ces mesures sont des mesures préventives pour sauver des vies face à cette maladie et la DGRK va descendre là où il y a la police pour faire payer les amendes et donner leur quittance», dit-il. Cette situation a favorisé le système de demi-terrain pour les autres chauffeurs et de l’autre côté l’augmentation arbitraire de prix de transport.

Pour rappel, envers tout conducteur de transport en commun, le Gouverneur de Kinshasa a interdit l’embarcation de plus de passagers que  prévu dans son Arrêté. Le TRANCO Grand bus  n’a besoin que de 20 passagers ; petit bus : 16 passagers, Taxi 3 passagers alors que le Taxi Moto n’a besoin que d’un passager.

Ornella Muleka