Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

COVID-19 : Lubumbashi en confinement lundi 23 mars

COVID-19 : Lubumbashi en confinement lundi 23 mars

This post has already been read 250 times!

La deuxième ville de la République démocratique du Congo vit à son tour dans la psychose de l’impact du coronavirus. Lubumbashi a enregistré deux cas testés positifs parmi les 75 passagers d’un vol de la compagnie nationale Congo Airways en provenance de Kinshasa ce dimanche 22 mars. L’autorité provinciale a aussitôt pris des mesures strictes qui viennent s’ajouter aux directives du gouvernement central. Ce lundi, la ville était en confinement intégral, les autorités sanitaires étaient à la recherche des autres passagers du vol de Congo Airways en vue de leur mise en quarantaine.

La ville de Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, vit sur le pied de guerre dès les premières heures de lundi 23 mars. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, avant d’être confirmée dans un message radiodiffusé du gouverneur Jacques Kyabula Katwe : 2 cas positifs au coronavirus ont  été détectés parmi les 75 passagers d’un vol de Congo Airways. Il s’agirait d’un homme âgé de 47 ans et de son fils de 13 ans.

Le gouvernement provincial a aussitôt décidé un confinement général sur toute l’étendue de la capitale du cuivre. Des patrouilles mixtes de la police et de l’armée étaient visibles dans les rues désertes de 7 communes, et des barrages ont été érigés sur certaines grandes artères notamment, à la hauteur de Matshipisha, sur la route de Kipushi.

A Lubumbashi comme à Likasi (à 120 km) et Kolwezi (320 km à l’Ouest), les commerces et marchés étaient fermés. Pendant ce temps, les autorités sanitaires étaient à la recherche de 73 autres passagers du vol Congo Airways dans l’éventualité de leur mise en quarantaine.

L’inquiétude est d’autant plus grande à Lubumbashi que la mise en quarantaine de deux porteurs du virus s’est faite bien des heures après le passage du test au pied de l’avion sur le tarmac de l’aéroport lushois de la Luano. Comme les autres passagers, les deux sujets auraient, dans un premier temps, quitté l’aéroport, avant d’être rattrapés plusieurs heures après. C’est donc à juste titre que l’opinion se pose la question de savoir pourquoi les deux personnes atteintes n’ont pas été immédiatement mises en isolement avant qu’elles ne quittent les installations aéroportuaires.

Pénurie aigüe de farine de maïs

Un malheur ne venant jamais seul, la confirmation du coronavirus à Lubumbashi coïncide avec l’une des pires pénuries de farine de maïs jamais connues ces dernières années. Le prix du sac de 25 kg de cette denrée de toute première nécessité, essentiellement importée de la république zambienne voisine est passé en moins d’une semaine de 38.000 à 90.000, voire 100.000 FC.

Le week-end dernier, des opérations coup de poing ont été lancées à travers la ville en vue de débusquer d’éventuels spéculateurs. Les sacs saisis ici et là dans les arrière-boutiques de certains commerçants par les équipes du gouverneur, généralement sur dénonciation, ont été éventrés et leur contenu répandu dans le caniveau.

La pénurie risque d’empirer, au cas où la Zambie, suivant l’exemple de l’Angola et du Rwanda venait à fermer sa frontière, la récolte du maïs local n’intervenant dans le Sud de l’ex-Katanga qu’à la mi-mai.

La Pros.