Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Coronavirus : Lumbi insiste pour la capacité du gouvernement à négocier avec le FMI, la Banque Mondiale et le gouvernement chinois !

Coronavirus : Lumbi insiste pour la capacité du gouvernement à négocier avec le FMI, la Banque Mondiale et le gouvernement chinois !

This post has already been read 726 times!

‘’1.800.000 USD, c’est trop  peu pour organiser  une riposte sérieuse’’, fait-il observer. Et, pourtant, le Ghana, un pays de l’Afrique Subsaharienne, y met 100.000.000 USD. Puisque la nation congolaise est menacée dans existence, le gouvernement doit prendre des initiatives urgentes vers le FMI, la Banque Mondiale et la Chine.  Il l’a dit et répété hier lundi 23 mars 2020,  à longueur de la journée. Pierre Lumbi Okongo,  invité de Top Congo Fm, est revenu sur les grandes options, telles que proposées  par Ensemble pour le République, le Parti de Moïse Katumbi Chapwe, pour permettre à  la RD. Congo d’organiser la riposte réussie  aux effets néfastes de Coronavirus. Pour lui, le gouvernement congolais n’a pas à se rincer les cils, ni à tourner en rond alors que la pandémie prend des proportions inquiétantes. Concrètement, le Secrétaire Général d’Ensemble pour la République demande aux autorités congolaises de lancer un appel à la solidarité  internationale. Au FMI, le gouvernement congolais  devrait solliciter l’assouplissement des conditions d’un retour rapide au programme assorti d’appuis  budgétaires  conséquents.  A la Banque Mondiale, le même gouvernement congolais  est appelé à négocier la suspension,  pour douze mois, du remboursement de la dette extérieure. A la Chine, dans le volet Infrastructures du contrat signé autrefois  dans le cadre de cinq chantiers, la RD. Congo devrait également négocier pour obtenir  le reste du financement estimé, selon lui, à la hauteur de  1.050.000.000 USD. A tous ces efforts, même s’il faut miser sur l’aide de l’ONU, de l’OMS, de l’UE ou de l’UA, les conditions d’une réunion sacrée contre Coronavirus placent le gouvernement dans l’obligation de ratisser large au niveau de la classe politique en vue d’une implication de toutes les parties à la  mobilisation accrue des moyens internes. Au passage, il salue les mesures préconisées par le Président de la République, Félix Tshisekedi. Toutefois, il note quelques lacunes  autour des marchés de Kinshasa, les administrations publiques, les transports en commun.  Il faut aller plus loin jusqu’à désengorger, en instituant le service minimum ou, à la limite, fermer momentanément certaines  administrations non essentielles.

Trame de la démarche

Ensemble pour la République, le parti de Moïse Katumbi (en constitution),  invite  le Gouvernement à faire appel à la solidarité internationale et à négocier avec les partenaires la suspension du remboursement de la dette pour une durée de 12 mois et l’affectation de la contrepartie financière à la prise en charge de la lutte contre le COVID-19 ainsi qu’à l’appui des secteurs de l’économie nationale touchés par cette grave crise sanitaire.

Pour plus d’efficacité, ce Fonds devrait être géré par une insistance autonome, de circonstance, qui devra répondre à la Nation et à la Communauté Internationale de son activité. «ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE » invite également    le Gouvernement à négocier un assouplissement des conditions de  retour au programme avec le FMI en sollicitant notamment,  un décaissement rapide d’un appui budgétaire conséquent en vue de faire face à la guerre contre Coronavirus.  Bien plus, Ensemble pour le changement exige du gouvernement, la transparence totale envers la population quant aux mesures concrètes concernant la prise en charge des personnes atteintes par le Covid-19.

Dans un communiqué signé le 20 mars par son Secrétaire Général,  Pierre Lumbi Okongo, Ensemble pour le Changement salue les récentes mesures annoncées par le Président de la République. Ces dernières vont, selon le communiqué, dans le sens de la protection de la population congolaise contre le COVID-19.

Toutefois, le communiqué met un bémol : ‘’Dans la guerre qui nous est imposée, maximiser nos chances de victoire appelle la plus large adhésion de toutes les forces vives de la Nation. Alors que dans d’autres pays, les forces vives et sociales ont été consultées afin d’organiser la riposte dans un esprit d’union sacrée et de cohésion nationale, et d’en assurer la plus large appropriation par toute la population, cela n’a pas été fait chez nous’’, remarque Ensemble pour la République.

Rôle d’opposition Républicaine

Néanmoins, le parti de Katumbi entend jouer pleinement son rôle d’Opposition républicaine, en appelant les pouvoirs publics à se départir de toute forme d’hésitation et d’atermoiement dans la mise en œuvre des mesures prises pour préserver la vie des Congolais et limiter le plus possible les conséquences dramatiques de cette pandémie.

Les recommandations au Gouvernement vont, de la publication quotidienne des statistiques des personnes infectées, des personnes guéries et des morts éventuels, à la prise des mesures qui s’imposent pour la gestion des grands marchés de Kinshasa afin d’éviter que ces grands foyers de concentration humaine ne deviennent des points de multiplication de la contagion, en passant un appel au  soutien à l’économie en détresse, plus  spécialement,  les petites et moyennes entreprises.

Dans le cadre de la coopération bi- et multilatérale, Ensemble pour la République invite le Gouvernement à faire appel à la solidarité internationale et à négocier avec les partenaires,  la suspension du remboursement de la dette pour une durée de 12 mois et l’affectation de la contrepartie financière à la prise en charge de la lutte contre le COVID-19 ainsi qu’à l’appui des secteurs de l’économie nationale touchés par cette grave crise sanitaire.

Ensemble pour la République demande, par la même occasion, à la population congolaise de  ne pas céder à la  panique mais d’être très disciplinée et de suivre scrupuleusement les mesures prises par le gouvernement et l’OMS afin d’éviter la contamination et la propagation du coronavirus.

La Pros.

 

ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE

Communiqué relatif à l’infection à Coronavirus, le COVID-19

Le 18 mars 2020, quatorze cas de personnes infectées par le coronavirus ont été confirmés en République Démocratique du Congo. Douze concernent des patients venant de pays à haute contagiosité et deux sont des cas de contamination locale.

Cette situation est particulièrement préoccupante dans la mesure où elle constitue le point de départ d’une augmentation exponentielle des cas de maladie.

Après avoir traversé la douloureuse épreuve de maladie à virus d’EBOLA dans l’Est du pays, la RDC se retrouve à nouveau confrontée à une des plus grandes menaces sanitaires de son histoire.

Comme l’OMS l’a rappelé, « nous devons nous préparer au pire ! »

Dans ce contexte, « ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT » salue les récentes mesures annoncées par le Président de la République. Ces mesures vont dans le sens de la protection de la population congolaise contre la pandémie COVID-19.

Toutefois, « ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT »  regrette le retard important pris par le gouvernement pour prendre des mesures fortes qui pourraient aujourd’hui s’avérer insuffisantes face à la propagation du virus.

Pour rappel, le premier cas des personnes infectées a été diagnostiqué dans notre pays au début du mois de mars courant.

Dans la guerre qui nous est imposée, maximiser nos chances de victoire appelle la plus large adhésion de toutes les forces vives de la Nation. Alors que dans d’autres pays, les forces politiques et sociales ont été largement consultées afin d’organiser la riposte dans un esprit d’union sacrée et de cohésion nationale ; et d’en assurer la plus large appropriation par toute la population, cela n’a pas été le cas chez nous.

«ENSEMBLE POUR LE CHANGEMENT » entend,  toutefois,  jouer pleinement son rôle d’Opposition républicaine. Aussi, appelle-t-il les pouvoirs publics à se départir de toute forme d’hésitation et d’atermoiements dans la mise en œuvre des mesures prises pour préserver la vie des Congolais et limiter le plus possible les conséquences dramatiques de cette pandémie.

Il soutient la mise en place de toutes les mesures prises par le Président de la République pour empêcher la propagation de cette maladie en réduisant les contacts interhumains au strict minimum.

Cependant, cela impose tout de suite, en plus de ce qui a déjà été décidé :

  • La fermeture des administrations publiques sauf le service essentiel minimum, à défaut, l’organisation du travail dans le strict respect des mesures d’hygiènes nécessaires (distance entre les préposés, produits désinfectants, lavage régulier des mains, masques d’hygiène, etc.) ;
  • Une limitation temporaire renouvelable pour 30 jours des mouvements de la population, à Kinshasa mais également en Province ainsi que la limitation des déplacements de Kinshasa vers les Provinces et vice-versa.

Afin de faire face au défi du COVID-19, les contributions et recommandations de « ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE » sont les suivantes :

Au Gouvernement central :

«ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE » demande une transparence totale envers la population quant aux mesures concrètes concernant  la prise en charge des personnes atteintes par le Covid-19, en particulier :

  • l’identification et le nombre d’hôpitaux retenus pour accueillir les malades, à Kinshasa et en province ;
  • l’identification des services de réanimation opérationnels en précisant le nombre des lits et des respirateurs ;
  • la publication quotidienne des statistiques des personnes infectées, des personnes guéries et des morts éventuels ;
  • le nombre de kits de protection ;
  • le choix de différents traitements ou protocoles retenus ;
  • la prise en charge effective des malades aux frais de la République ;
  • les modalités pratiques de confinement ;
  • le soutien psychologique et matériel aux professionnels de santé engagés dans cette guerre sanitaire ;
  • les moyens financiers mis à disposition pour faire face à ce défi sanitaire vital ;

«ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE » demande au Gouvernement de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour la gestion des grands marchés de Kinshasa afin d’éviter que ces grands foyers de concentration humaine ne deviennent les points de multiplication de la contagion.

Il lui demande aussi de prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir l’économie en détresse, spécialement, les petites et moyennes entreprises.

A l’instar du Maroc, de la Corée du Sud et des Etats-Unis d’Amérique, «ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE » demande au Gouvernement de faire des stocks de médicaments, parmi lesquels la chloroquine et les masques, pour les soins spécifiques des personnes déjà atteintes.

A nos Partenaires bilatéraux et multilatéraux :

La vie humaine en Afrique vaut toute vie humaine sur la planète.

L’effort financier engagé par les partenaires pour sauver leur population doit être étendu à tous les Etats.

Dans le cadre des accords en partenariat privilégié, « ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE » appelle le Gouvernement  à engager sans délai des négociations avec les partenaires,  tels que les Etats-Unis d’Amérique, la Chine, l’Union Européenne ainsi que tout autre pays disposé à nous aider dans le cadre de l’assistance sanitaire ainsi que tous les services y afférents.

En outre, il invite également le Gouvernement à faire appel à la solidarité internationale et à négocier avec les partenaires la suspension du remboursement de la dette pour une durée de 12 mois et l’affectation de la contrepartie financière à la prise en charge de la lutte contre le COVID-19 ainsi qu’à l’appui des secteurs de l’économie nationale touchés par cette grave crise sanitaire.

Pour plus d’efficacité, ce Fonds devrait être géré par une insistance autonome, de circonstance, qui devra répondre à la Nation et à la Communauté Internationale de son activité.

«ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE » invite,  enfin,  le Gouvernement à négocier un assouplissement des conditions visant au retour au programme avec le FMI en sollicitant un décaissement rapide d’un appui budgétaire conséquent en vue de faire face à la guerre contre le virus.

A la population congolaise :

Nous demandons :

  • de ne pas céder à la panique mais d’être très disciplinée et de suivre scrupuleusement les mesures prises par le Gouvernement et l’OMS afin d’éviter la contamination et la propagation du virus ;
  • de s’associer au personnel médical qui se dévoue dans des conditions particulièrement difficiles pour sauver des vies humaines ;
  • de limiter, pour 30 jours au moins, ses déplacements au strict minimum, de se relayer en famille pour s’occuper des courses ou des achats du ménage et éviter de sortie en groupe ;
  • de ne prendre le transport en commun qu’en cas d’extrême urgence et d’éviter, autant que possible, les déplacements non nécessaires ;
  • ne se rendre dans les grands marchés qu’en cas de stricte nécessité et s’approvisionner plutôt dans les Wenze de quartiers (Marchés de proximité) ;
  • de surveiller les mouvements des enfants pour qu’ils ne s’éloignent pas loin de leurs domiciles et encore moins de leurs quartiers.

A la classe politique :

Face à cette pandémie qui menace la Nation, nous lui demandons de se serrer les coudes et de ne pas verser dans la polémique.

L’heure est grave, il appartient à chacun d’entre nous de se protéger et, en le faisant, de protéger la vie des autres.

Nous sommes grands ENSEMBLE,

Nous sommes forts ENSEMBLE,

Nous vaincrons le Covid-19 ENSEMBLE.

Fait à Kinshasa, le 20 mars 2020

Lumbi  Okongo  Pierre

SECRETAIRE GENERAL