Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Sueurs froides

This post has already been read 3817 times!

Il devait parler dans la soirée de  mardi, selon une rumeur qui a embrasé les réseaux sociaux et confirmée par certains médias. Finalement, le chef de l’Etat s’adresse à la Nation ce mercredi, pour la deuxième fois en l’espace d’une semaine. Encore l’un des  accrocs dans la communication de la Présidence de la république auxquels l’opinion a fini par s’habituer.

Le contenu du message attendu va de soi : de nouvelles mesures dans la prévention de la propagation du coronavirus à Kinshasa et en provinces seront certainement annoncées et pour tout dire, le message de Félix Tshisekedi véhicule,  d’ores et déjà,  des appréhensions aux   sueurs froides. Plusieurs cas de figure sont envisagés.

Le premier : le Chef de l’Etat décrète l’état d’urgence. Une urgence sanitaire certes, mais qui s’accompagnera de mesures draconiennes qui réduisent les libertés publiques et restreignent les mouvements des populations. Outre qu’elles confèrent aux pouvoirs publics des compétences de nature à favoriser des abus de  tout genre.

Le second : Kinshasa es mise en quarantaine. Toutes ses voies d’accès  terrestres, aériennes, fluviales et lacustres fermées.

En d’autres termes, son approvisionnement en produits vivriers (maïs, manioc, haricots…) en provenance de l’ex-Bandundu, du Kongo Central, de l’Equateur et du Kivu est coupé. Il n’en faudra pas plus pour susciter dans les jours ou semaines à venir une disette sans nom.

Le troisième et le plus redouté : Félix Tshisekedi décrète un confinement général pour une durée indéterminée, avec fermeture de toutes les entreprises et commerces à quelques exceptions près. Sans oublier, évidemment,  l’interdiction de déplacements.

Comme au second point, les conséquences seraient catastrophiques tant sur le plan des relations sociales que celui de la sécurité.

Le gouvernement se trouve face à une quadrature du cercle. Une équation à plusieurs inconnues dont la solution réside dans la transparence et l’exercice effectif de la solidarité nationale dans la discipline.

La Pros.