Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kongo bololo ou cerveau Bololo ?

This post has already been read 4094 times!

Les images (photos et vidéos) faisant le buzz dans les réseaux sociaux ces dernières heures sont celles du commerce de la plante médicinale “kongo bololo”, de son nom scientifique ” vernonia amygdalina”.
Dans toute la ville de Kinshasa – à l’exception peut-être de la commune de Gombe – les vendeurs à la criée font concurrence aux vendeuses de pain “chaud” et de fruits tropicaux (avocat, papaye, ananas…).
Rude est la bataille entre vendeurs et revendeurs, rude est aussi la concurrence entre reporters du dimanche qui empoisonnent les nouveaux “médias” de proximité.
Exemple éloquent : l’effroyable info faisant état du décès des enfants d’une même famille après administration par leur mère d’un mélange de kongo bololo, de citron et de gingembre ! Selon Top Congo fm dans son journal de 19h00 le jeudi 26 mars 2020, le fait est avéré. Cette mère est aux arrêts à la maison communale du Mont Ngafula.
Si elle peut se comprendre en raison du niveau des “informateurs”, la confusion en observation ne peut se concevoir dans le chef des Congolais dotés du bon sens.
En effet, l’hystérie gagne du terrain avec pour source d’émission et de relais l’élite politique et sociale.
Acteurs institutionnels (parlementaires, ministres, députés et gouverneurs des provinces, mandataires d’entreprises publiques), mais aussi activistes des droits de l’homme, autorités religieuses et coutumières ainsi que professionnels des médias s’étripent dans les réseaux sociaux en en rajoutant à la confusion.
A peine le Dr Jean-Jacques Muyembe, chargé par le Président Félix Tshisekedi de piloter la Cellule technique de riposte au Coronavirus, est entendu et compris. Et même quand il s’exprime, l’essentiel de son message est banalisé, les réactions se focalisant sur l’accessoire.
La preuve ? Pendant qu’on attend des partenaires nationaux des signaux clairs et nets, on assiste plutôt à une sorte de fuite en avant côté élite, si bien qu’on est en droit de demander où en est-on avec l’approvisionnement de la ville de Kinshasa en produits alimentaires et pharmaceutiques garanti pour les mois de mars, avril et mai 2020 par les opérateurs économiques. De même qu’on est en droit de se poser la question de savoir où en est-on avec le lancement du Fonds de Solidarité Nationale Contre le Coronavirus.
Car, par rapport à l’engagement des opérateurs économiques, c’est maintenant, avec l’annonce du confinement total de la capitale, que les Kinois doivent accéder aux produits de première nécessité.
Or, faute d’approvisionnement, les prix flambent sur le marché  et l’élite pensante (!) se répand dans les médias pour soit prédire avec délectation l’échec de la décision du gouverneur Gentiny Ngobila, décision pouvant susciter la révolte populaire avec pillage en prime ! C’est comme s’il y a un suggestionnement au bouleversement de l’ordre institutionnel, de sorte que ce qu’on n’a pas pu réaliser via les élections du 30 décembre 2018 on l’obtienne via le Coronavirus. Une sorte d’opération Barracuda centrafricaine cette fois en version rd. congolaise avec un “sauveur” qu’on amènera dans la soute d’un avion en provenance on ne sait d’où !
Et avec l’annonce, par la Cellule Muyembe, du budget de 135 millions USD, c’est maintenant que le Fonds doit être rendu opérationnel. On devrait déjà assister à la déclaration des premières contributions.
Faisons-en finalement le constat sans nous gêner : nous agissons comme si nous avions le Cerveau bololo à force de consommer en acte ou en pensée du Kongo Bololo !
On en appellerait à une sorte de “purge” collective ou d’exorcisme (délivrance) qu’on n’aurait pas du tout tort.
Comprenne qui pourra !
Omer Nsongo die Lema/CP